Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2018

Pourquoi je me suis (finalement) réabonné à Mediapart

Titulaire d’un abonnement annuel venu à échéance récemment, je me suis finalement décidé à le renouveler. Pourtant, la tentation m’a effleuré plusieurs fois en 2017 de tout arrêter.

Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon hésitation ne vient pas des travers habituels du journal, comme l’interminable guerre avec Charlie qui continue son cours. On se demande d’ailleurs si elle n’est pas partie pour durer longtemps après que les protagonistes en auront oublié les causes, un peu comme le conflit entre les guelfes et les gibelins dans l’Italie médiévale. De même, l’hypothèse « islamophobo-colonialiste » tend à se transformer en origine unique des dysfonctionnements de notre société et en prétexte à de quelques fois laborieux numéros de rhétorique teintés de francophobie. Enfin, la critique présente de bizarres variations d’intensité : elle est par exemple toujours étonnamment faible pour les nationalistes régionaux malgré leurs forts relents identitaires.

En réalité, tout média, même indépendant, offre un regard forcément biaisé de l’actualité, car les journalistes ne sont pas des Dieux au-dessus de leur temps, de leur classe et de leur milieu professionnel. De même que le navigateur sait qu’il doit corriger la valeur affichée par le sextant de la hauteur du soleil pour tenir compte des erreurs de mesure de l’instrument, cela ne me gêne pas de devoir parfois interpréter ce que publie Mediapart.

Non, mon agacement vient de ce qui m’est apparu comme un abus du pouvoir qu’une démocratie accorde à la presse. J’ai ainsi trouvé déplacée la campagne menée par le journal pour que le bon peuple de gauche aille voter Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle au nom d’une fumeuse « pédagogie antifasciste ». Ah, que le mot « pédagogie », merveilleux quand il répond au souci du maître de partager ses connaissances, sonne faux quand il masque une propagande toxique, car il apparaît maintenant clairement que toutes les voix de gauche en trop pour Emmanuel Macron ont démultiplié sa capacité à détruire l’état social.

J’ai été également choqué par les mauvaises manières faites à la France insoumise lors des campagnes des élections présidentielles et législatives, qui contrastaient avec le traitement plus anodin réservé à l’ectoplasme hamonique. Le journal l’a diabolisée à feu plus ou moins vif à cause de l’hostilité ancienne, recuite et toujours pas dépassée contre son fondateur (1). La partialité de Médiapart s’est manifestée avec le plus d’éclat dans un article du 29 mai 2017 intitulé « Pour une Assemblée plurielle contre le fait présidentiel », où a été osée une mise en équivalence totalement surréaliste entre un pouvoir se cherchant une majorité absolue et la France insoumise simplement désireuse d’exister politiquement en disposant d’un groupe parlementaire (2).

Relu six mois après, cet article apparaît obsolète, voire ridicule, compte tenu de l’inexistence oppositionnelle des autres composantes de la gauche, à l’exception du PCF, qui fait son devoir d’opposant malgré les pesanteurs qui l’entraînent vers le fond. Reconnaissons cependant que Mediapart a assez rapidement pris acte de la vigueur de la contestation par les députés de la France insoumise de la politique macroniste (3).

Portons également à son crédit que Mediapart est resté, dans sa virulence anti-mélenchoniste, dans l’ordre du discours. Il n’a pas basculé, comme le Canard enchaîné, dans la presse de caniveau en dévoilant, dans ce qui apparaissait comme une vengeance mesquine après une série de « pans sur le bec », les déboires financiers transitoires d’une proche de Jean-Luc Mélenchon.

Et puis, quand on aime la presse écrite et que l’on considère la masse des articles disponibles sur le site du journal, on ne peut pas en rester à des aigreurs. Sinon, on s’exposerait à une réplique du même tonneau, à l’instar de celle de Goscinny à un fâcheux : « Le lecteur fidèle qui nous écrit, d’une plume trempée dans le vinaigre : à lire vos machins, je me sens cornichon. » (4)

J’aurais de toute façon du mal à me passer du flot continu de révélations sur les frasques de nos puissants, des enquêtes homériques de Laurent Mauduit sur l’interminable affaire Tapie et des excellents papiers sur l’actualité économique et sociale de Martine Orange et de Romaric Godin. Les écrits un tantinet libertarien de Philippe Riès me provoquent intelligemment, même si je ne crois pas une seconde que l’on puisse se passer de banques centrales. Enfin, les articles historiques sont plutôt bons et il arrive que les parallèles et autres interpolations d’Antoine Perraud tombent assez près d’une certaine réalité.

C’est pourquoi j’ai apporté finalement avec plaisir mon écot à la pérennité de Mediapart.

(1) Cf. l’invraisemblable procès fait dans l’éditorial du 1er mai « Dire non aux désastres » au candidat de la France insoumise où les vertus sont collectives et les vices portés par un seul individu incarnant le Mal politique : « Mais il est un autre apprenti sorcier, Jean-Luc Mélenchon, qui, comme d’autres auraient fait du plomb avec de l’or, a transformé un indéniable succès collectif – La France insoumise en tête de la gauche, loin devant le PS – en défaite personnelle. Rassemblant nombre d’idées et d’expériences dont Mediapart est, depuis 2008, le carrefour, sa formidable campagne et le programme qui en fut l’ossature se heurtent désormais aux limites, aux travers et aux ambiguïtés de sa pratique politique. Le sectarisme, l’exclusive, l’intolérance n’ont jamais servi les idéaux de l’émancipation, de l’égalité et de la fraternité. Il n’y a pas, à gauche, de détenteurs de la vraie croix, légitimes à excommunier tout contradicteur ou tout dissident. »

(2) « Mais, de même qu’il nous oblige à refuser le chèque en blanc d’une majorité absolue, cet impératif démocratique nous invite aussi à rejeter le sectarisme d’une opposition unique. Comme en miroir de la volonté hégémonique de La République en marche, portée par le fait présidentiel, la gauche, dans sa diversité, est aujourd’hui confrontée au désir hégémonique de La France insoumise, portée par le score de Jean-Luc Mélenchon au premier tour. »

(3) Cf. notamment «La démocratie expliquée à Emmanuel Macron » 13 juillet 2017.

(4) Lu à l’exposition Goscinny au Musée du judaïsme planche III «Des carottes pour Iznogoud ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire