La République en guerre?

«Il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser» déclarait Manuel Valls il y a un an, le 9 janvier 2016, à l'occasion d'un hommage aux victimes des attentats de janvier 2015...

"La France est en guerre" (F. Hollande, 16 novembre 2015),"J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé.(...) Il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser. » (M. Valls, 9 janvier 2016) Telles étaient les paroles d'analyse de la situation par lesquelles Manuel Valls et François Hollande tentaient de réconforter le pays meurtri par les attentats de 2015.

C'était pourtant bien d'explications que nous avions besoin ou, à tout le moins, d'éléments de réflexion propres à faire sortir ces actes du halo de terreur dans lequel les chaînes d'information en continu nous avaient plongés pendant ces journées de janvier et de novembre 2015.

Illustration : François Hollande s'exprimant devant le Congrès, le 16 novembre 2015 © El Sueño films, tous droits réservés Illustration : François Hollande s'exprimant devant le Congrès, le 16 novembre 2015 © El Sueño films, tous droits réservés

Expliquer, ce n'est pas excuser. Si l'on s'en tient à la définition du dictionnaire, "expliquer", c'est faire comprendre la cause, le motif, d'un événement extraordinaire, inconcevable. Aussi, sauf à se bercer de l'illusion selon laquelle les actes des tueurs de masse sont sans causes (déterminations matérielles) et sans motifs (même imaginaires et fautifs), il semble bien que toute tentative d'explication, si lacunaire soit-elle, vaille plus et mieux que son absence ou son interdiction. 

Mais comment expliquer ? Qu'y a-t-il d'ailleurs à expliquer quand la situation est si confuse et les éléments si peu stables ? Comment se peut-il que la France soit en guerre sans que nous l'ayons décidée, ni même approuvée ? N'est-il pas possible, et même souhaitable, de s'efforcer de comprendre pour expliquer ensuite ce qui a pu conduire de jeunes gens d'origine sociale, culturelle et géographique relativement proche à se trouver des deux côtés des mitraillettes, des bombes et des camions dans les rues de notre pays ?

Telles étaient les questions que nous avions en tête quand nous sommes allés à la rencontre de cinq figures intellectuelles qui nous accompagnent depuis notre enfance (Denis Guénoun, Jean-Luc Mélenchon, Daniel Mermet, Edwy Plenel, Shlomo Sand), qui appartiennent à la génération qui précède la nôtre, celle qui est née au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, qui a assisté et/ou participé aux changements historiques que nous, jeunes Français, n'avons suivis que d'un œil rétrospectif et distant et qui, peu ou prou, semblent avoir mécaniquement conduit le monde dans la situation dans laquelle il se trouve aujourd'hui. En fils, nous leur avons donc demandé si la France était en guerre et si expliquer, c'était déjà vouloir un peu excuser...

"La République en guerre ?" (Film) © El Sueño Films
 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.