ElCapeo404
Multiples
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2011

Édition spéciale : tous les détails à l'intérieur !

ElCapeo404
Multiples
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© armand duberges
© armand duberges

Bernard-Henri Levy,

Moi qui ne suis qu’un fils de l’homme et de la femme qui m’ont engendré et mis au monde, je m’adresse à toi, « l’homme libre descendant d’une des plus anciennes tribus du monde ».

Comment résister à ce désir ardent qui s’empare de tant de personnes à travers le monde, à cette soif inextinguible de paroles de vérité et à cette faim d’actes de justice, toutes ces vertus que ta tribu cherche depuis si longtemps, et pour laquelle elle s’est déjà perdue, desséchée puis retrouvée, combien de fois dans combien de déserts ?

C’est donc un fils de l’Homme qui prend sa plume ce soir, pour parler à un autre homme prénommé Bernard-Henri, celui que tu connais si bien.

Cette adresse en forme de lettre offerte à tous les yeux qui voudront bien la lire, n’appelle pas de réponse de ta part, Bernard : il ne s’agit ici que du sifflement de la soupape de sécurité de ma modeste cocotte personnelle. Si le bruit et l’odeur qui s’en échappent t’incommodent, ferme juste cette fenêtre, et passe le chemin qui est le tien.

Mais avant de te rendre à tes nombreuses et prenantes occupations, j’aimerais pouvoir te dire deux ou trois choses que je pense de toi, et des paroles et des actes que tu donnes si généreusement à voir au monde. Ce monde qui a l’air à peine suffisamment grand pour toi et tes aventures de philosophe-guerrier, je pousse ici l’immodestie jusqu’à vouloir parler en son nom pour te répondre, et le simple fantassin de seconde classe aura ce soir l’audace de s’adresser au général qui a vaincu le mal libyen, armé de sa seule voix et coiffé de sa plus belle plume, accompagné de ses seuls carnets de bord, de vol, de chèques, et des puissants contacts de son bottin mondain.

L’autre soir, j’ai lu les mots flamboyants que tu as prononcés sous les oriflammes déployées par les vainqueurs :

« Il n’y a pas un juif au monde qui, du Bangladesh à la Bosnie, de l’Afghanistan au Darfour et, maintenant, à la Libye, de la fondation de SOS Racisme en France, à la lutte contre l’islamisme radical sur l’ensemble de la planète, aura autant fait pour les musulmans du monde ».

Oui tu as triomphé, toi le commandant en chef, toi le représentant des juifs et successeur autoproclamé des Pères, des Sages et des Justes qui t’ont précédé sur cette terre, et maintenant que tu as gagné, tu cries au monde entier de célébrer ta victoire…

Mais est-elle vraiment totale, cette victoire que tu as offerte au Grand Ignorant, celui que tu sers avec une grandeur d’âme et un dévouement dignes d’un Aristote enseignant l’éthique à Nicomaque ?

Je me permets humblement d’en douter, car même si tu es revenu avec comme trophée ton ennemi déclaré planté au bout d’une pique, et que le monde stupéfait a pu voir exposée la dépouille d’un fou transformé en pantin, as-tu pris le temps, avant de rentrer de ta campagne, de visiter d’autres choses que les ruines fumantes de tes champs de bataille ?

Es-tu allé te recueillir sur les fosses des victimes ?..

Connais-tu tous leurs noms ? Ou au moins, connais-tu leur nombre ?..

Es-tu allé parler aux veuves et aux orphelins abandonnés des cieux ?..

As-tu prié pour eux ou pour toi ?...

Et qui as-tu prié ce jour-là ?..

Si tu l’as fait, était-ce pour te faire pardonner toutes ces coquilles vides et écrasées que tes pas de géant ont laissées derrière eux ?..

Je l’espère sincèrement pour toi, Bernard-Henri, car tu ne peux ignorer ce que l’Etat français a fait là-bas, et comment depuis des années, au nom du souverain peuple français, il a œuvré dans l’ombre pour doter ton futur ennemi mortel d’une puissance et d’une protection sans pareilles, offertes sur ce même plateau qui te sert aujourd’hui à jouer les Judith exhibant le fruit de son sacrifice.

Tu sais aussi, j’en suis certain, ce que le maître de l’OTAN fait en ce moment-même du côté d’Israël, cette fière et jeune nation, ce nouveau monde de paix et havre pour tant d’anciens damnés et de déshérités.

Tu nous a montré ce que tu es capable d’accomplir seul, par la force des mots et des idées que tu défends, et c’est un succès éclatant, tellement éblouissant qu’on se demande ce qui pourrait t’arrêter en si bon chemin, toi le Juif errant de par le monde dans tes avions de combat.

Une fois que tu auras fini de contempler la splendeur des ruines de Benghazi, de savourer la défaite de l’obscurité sous les feux des lumières brûlantes comme des éclairs, et d’accrocher aux murs de l’Histoire tes portraits en pied destinés à la postérité, alors demande-toi ce que tu vas pouvoir faire de mieux et de meilleur encore, pour ce monde en détresse que tu rêves de voir en liesse plutôt qu’en laisse.

Réfléchis Bernard-Henri, et prend ton temps. Même si tu as pris celui de tant d’innocents que tu ne reverras jamais, tu as encore le temps de songer et de réfléchir, comme tous ces miroirs où se mirent les reflets argentés de tes tempes grisonnantes. Quelle chance.

Cherche, et tu trouveras.

Demande, et il te sera répondu.

Donne-toi, et il te sera rendu au centuple.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat