Le monde est tout petit ou la monoculture des salariés

Qu'elle est la relation entre un retraité qui fait son jardin, un employé dans une entreprise, un cadre du cac 40 et une indienne au coeur du Marathwada?

En lisant un article du monde diplomatique du mois de Mars 2018 sur une indienne du Marathwada qui a décidé de multiplier les ressources de sa famille en exploitant un hectare de terre, je me suis rendu compte que nous avions la même conception que son mari et les paysans de sa région.

En lisant l'article, j'ai facilement fait le rapprochement avec les paysans qui sont dans ma région avec des mono-culture sur de grande surface. Ensuite, en y repensant je me suis rendu compte que la majorité des gens faisait la même chose: "Mettre tous les œufs dans le même panier".

Un employé français, pour payer son loyer, son chauffage, son électricité, ses vêtements, son eau travaille en échange d'un salaire. C'est un mode de fonctionnement que l'on retrouve de la même façon pour un cadre du CAC 40 ou un retraité qui touche sa pension. Dans tous ces cas, ces personnes misent sur une seule ressource, un seul salaire.

Dans le monde du travail, on comprend mieux comment ce choix, majoritaire, entraîne une peur de perdre cet unique revenu. On est prêt à tout pour le garder, on accepte des conditions de travail pénibles, des pressions managériales, des heures dans les transports...

Si on transposait cette idée dans le monde du travail, par exemple pour une entreprise de jouet, qui ne fabriquerait qu'un type d'ourson marron on dirait que c'est un pari risqué et qu'elle devrait produire d'autres produits pour multiplier les ressources et diminuer les risques.

Cette indienne nous montre le chemin. Essayons d'y penser. Multiplions les ressources.

Un travail à mi-temps, disons 50% pour assurer une partie importante. Ce serait notre première ressource. Ensuite viendrait un travail... dans le jardin pour produire nos légumes, un travail... dans la cuisine ou on ferait sa charcuterie (un cochon bio de 160kg coûte 600 euros environ, 2 jours de boulot, il devient l'équivalent de plus de 2500 euros!!), un travail ... dans le verger du voisin (il ne peut plus ramasser ses fruits, il est trop fatigué, vous lui rendez service et vous repartez avec des pommes, poires...), un travail  ... sur votre voiture (vidange,...), un travail ... à coupez du bois pour l'hiver,...

Tout ce que vous consommez directement (achat) ou indirectement (abonnement, achat récurrent...) vous demande du travail en plus. Quand vous achetez un smartphone à 200 euros, qui s'est posé la question du nombres de jours de travail que cela lui demande ou dit autrement, combien seriez-vous prêt à payer pour éviter d’aller travailler une journée? si le montant que vous seriez prêt à mettre est supérieur au montant que vous gagnez à y aller trouvez ou prenez les ressources cité ci-dessus. ;-)

Bref,

Tout ce que vous ne consommez pas peut être une ressource

Tout ce que vous ne consommez pas est du travail en moins à fournir

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.