Dans le monde d'après on met les bouchées doubles

 Et hop!  Ils zont pas chômé pendant le confinement. Et maintenant place à l'action. 

1ere phase:  remise en mains propres au propriétaire de la cabane l'arrêté de démolition sous 15 jours. Y'a pas de propriétaire qu'on lui a dit au gentil monsieur tout mignon tout bien propre sur lui qui est venu nous apporter la missive. La cabane, notre guinguette, nous permet de manger boire rire beaucoup, chanter discuter des nombreux problèmes techniques auxquels chacun de nous est confronté mais aussi les prêts d'outils les échanges de savoir faire et l'information l'aide aux gens de passage immobilisés là par une panne, tout ça sur notre lieu de travail où nous réparons ou amenageons parfois des mois durant nos bateaux, calés à sec dans la zone technique.  Mais sa construction est illicite nous précise le gentil monsieur empathique et comprehensif: Oh! il apprécie ces lieux alternatifs mais..... pas ici, ailleurs,pas là car là c'est illicite. Alors démolition et. ensuite. on se concertera pour évaluer ce qui peut être proposé. 

Mais oui bien sûr.

2ème phase: sécuriser la zone technique. Accès interdit entre 9h et 20h30 donc interdiction de dormir dans son bateau. Que ce soit votre habitation ou que voyageurs vous n'ayez pas d'autre alternative n'est pas envisagé, il y a des hôtels.  Mise en place d'un système de surveillance par caméra et embauche d'un vigile de nuit. 

3ème phase encore en processus d'élaboration: révision et mise à jour du règlement du port et des contrats d'amarrage (signé lors de l'arrivée au port il donne une place au bateau et l'accès aux services:eau électricité sanitaires) L'une des finalités de toit ce renouveau étant de virer tous les habitants du port.  Moins de problèmes moins d'entretien moins d'interventions techniques moins de services donc moins de personnel à la capitainerie et plus d'économies.              Ce que veulent nos instances directrices et décisionnaires: gérer un grand garage à bateaux tout bien rangé bien propre. La sécurité des bateaux assurée par caméras et notre fameux vigile.  Qu'importent les vieux marins. deau douce ou bourlingueurs des mers vieillissant ici sur l'eau encore toujours.   Qu'importent ces familles sur des penichettes, un autre rapport à l'habitat, l'eau omniprésente, apprendre son danger mais aussi la vie aquatique, le canoë comme moyen de déplacement de transport de ballade.   Mais je m'égare je m'égare.  Qu'importent toutes et tous.

Il l'a dit à des millions de personnes : il faut se renouveler, changer, il a bien dit un truc comme ça, tout le monde l'a entendu. Je l'ai pas cru et vous?

Dans ce que je vis et vois se mettre en place par nos dirigeants pour les Domaines, hum, Publics, c'est l'interdiction de vivre et de travailler heureux.  

IL EST INTERDIT D'ÊTRE HEUREUX. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.