L'AIR DE LA CALOMNIE dans La Provence. Pour Maître Albert Salmeron.

L' AIR DE LA CALOMNIE dans un quotidien de Provence... Techniques de diffamation par l insinuation et la rumeur.

Le papier ci-dessous, paru dans La Provence du 2 avril 2019, édition Vaucluse, est un document d'anthologie en matière de calomnie journalistique,  destiné à détruire l'avocate qui défend avec courage et gracieusement les Gilets Jaunes à Avignon, Maître Sophia Albert Salmeron.

Il s'agit de la couvrir de boue pour tenter de la faire radier de l Ordre des Avocats, comme la main servile et sale qui tient la plume, l'écrit quasi ouvertement.

Après la répression féroce des manifestants, la volonté de leur supprimer toute défense !

QUI sont les commanditaires de cet acte de délation calomnieuse dans la Cité des Papes? Poser la question, c'est y répondre...

La Provence.com

mardi 02/04/2019 à 08h41
| Faits divers - Justice
| Avignon

Avignon : l'avocate des gilets jaunes convoquée au commissariat pour outrage à un policier

Par Mélanie Ferhallad

Le 9 février dernier, Me Albert-Salmeron avait posté une vidéo filmée dans ses toilettes et adressée à un officier de police.

En quelques mois, elle est devenue la robe noire des gilets jaunes. L'avocate Sophia Albert-Salmeron n'a cessé de défendre les manifestants placés en garde à vue, multipliant les conseils et les réunions d'information pour leur expliquer leurs droits face aux policiers et gendarmes (certains "gilets" avaient même inscrit au stylo son numéro de portable sur leurs poignets en cas d'interpellation) ! En quelques mois aussi, Me Albert-Salmeron ne s'est pas fait que des amis au palais de justice mais aussi du côté des forces de l'ordre...

Déjà convoquée une première fois le 20 mars dernier à la brigade de Sorgues pour avoir refusé de présenter les papiers de son véhicule à un gendarme en février dernier dans le cadre d'un rassemblement des gilets jaunes sur un rond-point, ce jeudi 4 avril, elle devra répondre à une nouvelle convocation, cette fois des policiers du commissariat d'Avignon. Des faits d'outrage à agent lui sont reprochés à la suite d'une vidéo que l'avocate a mise en ligne le 9 février sur sa page Facebook et dans laquelle elle s'adresse directement à un officier de police.

D'une durée de dix minutes, cet enregistrement intitulé "message à un neurone en soins palliatifs" était adressé à un policier du commissariat d'Orange à la suite de rapports de procédure et d'observations qu'il avait adressés au parquet à propos d'une sombre histoire d'enregistrement qui aurait été réalisé par l'avocate lors d'une garde à vue de gilets jaunes et à son insu...

Visiblement mécontente de la missive, l'avocate s'en est prise directement à cet officier, dans sa vidéo, filmée depuis l'intérieur de ses toilettes ! "Cette vidéo, elle est pour toi mon cher ami policier" attaque-t-elle en tutoyant l'officier avant de montrer la cuvette ! "L'endroit te semble familier (...). Les gens qui me font rire sont mes amis !"

Et aussi Avignon : prison ferme et peines avec sursis pour six gilets jaunes

Tout au long de la vidéo, l'avocate a ensuite remis en cause la procédure du policier, "un enquêteur au nez très fin" à qui elle affirme :" Tu balances des noms sans savoir (...)", avant de lui expliquer ce qu'était une "balance en 39-45", de lui signifier "qu'il ne dit que des bêtises..."

Assumant ses propos, Me Albert-Salmeron précise aussi aux policiers qu'elle "(a) fait beaucoup de choses dans sa vie" et que "sa profession n'est pas sa vie". "Moi, j'ai une situation familiale qui me permet de ne pas travailler..."

Depuis lors, ses confrères avocats parlent à peine à voix basse de cette vidéo. Me Albert-Salmeron fait grincer des dents et ses interventions ressemblent pour certains à des "provocations" tandis que d'autres s'étonnent de ce comportement quasiment "suicidaire".

Interrogé, le bâtonnier du barreau d'Avignon, Me Christiane Imbert-Gargiulo, s'est gardé de livrer le moindre commentaire sur cette affaire et cette consoeur. "Il y a des règles de déontologie, je n'ai pas à parler de cette affaire". Et, plus sibylline : "Je fais et ferai ce que je dois faire"...

En attendant, comme il y a une dizaine de jours à Sorgues, l'avocate, qui a annoncé sa convocation sur sa page Facebook, devrait pouvoir compter sur de nombreux soutiens de gilets jaunes pendant son audition devant les grilles du commissariat de police. À la fin de sa vidéo, toujours visible sur internet, Me Sophia Albert-Salmeron, décidément très "bavarde", termine en apostrophant le policier : "Les avocats, je te rappelle qu'on dit ce qu'on veut ! ". Mais les policiers peuvent-ils tout entendre ?

* Contactée sur son portable et à son cabinet, hier, Me Albert-Salmeron n'a pas répondu à notre message. En revanche, sur sa page Facebook, l'avocate dénonce un acharnement judiciaire.

 

 

 

  • Maître Albert Salmeron a passé le lundi au Palais de Justice d'Avignon où elle plaidait pour les gilets jaunes traduits en comparution immédiate devant le TGI. La Provence ne pouvait l'ignorer puisqu' une journaliste de son service s'y trouvait aussi....La Rédaction a donc fait en sorte de publier ces calomnies sans prévenir l'avocate, en plein travail sur le bancs de la défense...Tout en feignant l'investigation objective par la félonie des derniers mots (*)...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.