Elie CARASSO
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2021

Sans candidat e UNIQUE des partis du Mouv écologique et social, QUE FAIRE ?

Sans candidat unitaire, comme tentent de l'obtenir à juste titre les militants de la Primaire Populaire, que faire ? Maintenant, dans les mois qui viennent et le jour du vote ?

Elie CARASSO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les jeunes militants de la Primaire Populaire combattent pour un e candidat e UNIQUE du mouvement social et écologique à l 'élection présidentielle d' avril 2022. A la veille de la fin du délai donné aux candidats des partis et mouvements ( PS-EELV- FI-PCF, etc), il apparaît clairement que nul le d'entre eux/ elle ne veut accepter de s'en remettre à la volonté démocratique de quelque 180 000 citoyens ( nes) qui ont choisi de contribuer à cet effort pour sauver la chance de voir figurer au second tour un représentant des classes dominées et exploitées face à MACRON, serviteur des oligarques richissimes qui décident de toute la politique du pays.

Ce refus sera une lourde faute à l'encontre du peuple et la preuve que les groupes et partis ne s'intéressent qu'à leur survie financière et à leur carrière dans les corps constitués. Dés lors , quelle attitude politique adopter ?   La Primaire Unitaire aura échoué dans son objectif. Malgré les bonnes volontés et les efforts. Un débat devra s'organiser pour répondre à la question.

Certains, comme Gérard MORDILLAT, proposent une ABSTENTION DE MASSE comme seul recours pour délégitimer le président. Si une majorité d'abstentions se dégage le jour du vote, ce sera la preuve que le peuple ne veut plus de la farce électorale truquée qui toujours aboutit à la destruction des conquis sociaux et des services publics, quel que soit le président élu depuis au moins le virage de l'austérité de Mitterrand en 1983, avec le premier gouvernement Fabius.

Si des luttes et des grèves se déploient comme en Guadeloupe et Martinique sur le territoire de la métropole, cette réponse active et collective sera la meilleure des armes contre le pouvoir cynique de Macron Castex Darmanin et elle donnera tout son sens au mot d'ordre d'abstention lors de la parodie d'élections puisque tout est joué d'avance en réalité sur le plan électoral.

Sans grèves et combats collectifs, l'abstention peut-elle être autre chose qu'une inertie ne changeant rien au pouvoir du bonaparte ? Pourrait-elle induire des grèves et luttes plus nombreuses et plus importantes qu'avant le vote ? Si ce n'est pas le cas, en quoi, l'abstention alors pourrait-elle modifier le rapport des forces sociales et gêner en quoi que ce soit le président élu ou réélu ? Il n'est pas homme à se soucier d'éthique et de majorité, et fera , comme les autres avant lui , tout ce qu'il veut en termes de privatisation des services publics et destruction des droits sociaux. Cela dépendra aussi de sa majorité à l'Assemblée. Ne faudra-t-il pas alors voter aux Législatives pour envoyer une opposition de " gauche" au Parlement ? Et sera-t-il compréhensible d appeler à voter aux législatives après avoir appelé à l'abstention à la présidentielle ?

Si, par souci de cohérence apparente, on s'abstient aux deux votes, on se retrouvera avec une nouvelle majorité écrasante et absolue qui laissera les mains libres au pouvoir.

Bien sûr, les anarchistes, par définition, seront hostiles au vote mais ils pèsent très peu dans la réalité des rapports de force. De petits groupes non anarchistes, peuvent, comme MORDILLAT à la présidentielle, parier pour des grèves de masse qui donneraient un sens clair à l'abstention du premier vote. Mais il semble difficile qu'ils appellent à une désertion complète des urnes SANS grève générale reconductible au minimum avec formation de comités de grève et d'action.

L'énorme obstacle à la grève générale étant, c'est bien connu, l'intégration des appareils syndicaux confédéraux à l'appareil d'Etat par voie du financement structurel de leur fonctionnement via l'argent des subventions obtenu sur la base des élections pro ( avant, par les arrangements en sous main avec l'organisation patronale) et cet obstacle, il se dresse comme un mur formidable d'inertie et de division face à toute tentative d'unification des luttes sociales.

Il ne suffit donc pas de rêver de la Grève générale voire même d'enclencher des grèves sectorielles pour rassembler et organiser le mouvement d'ensemble.

La question est posée : Que faut-il faire dans les six mois à venir ? Quelle stratégie et quelle tactique appliquer ? Je souhaiterais que divers militants et opinions s'expriment à ce sujet. Parfois le débat collectif permet de voir plus clair pour aller plus loin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau