Vivre d’amour et d’eau fraîche à Gaza - Huda Abdelrahman - El Sadi

Huda, El Sadi de son vrai nom, et dont j'ai publié plusieurs lettres sur mon blog sous le nom de Huda Abdelrahman, a 21 ans et vit à Gaza. Elle est étudiante en français en 4ème année à l'Université Al-Aqsa de Gaza. Elle rêve depuis toujours de visiter Paris et de voir la Tour Eiffel autrement qu'en photo, et à bien d'autres choses encore...


Vivre d’amour et d’eau fraîche à Gaza - Huda Abdelrahman - El Sadi

Celle ou celui qui trouve son véritable amour, cet amour qui réside au fin fond de nos cœurs, trouvera le secret de la vie, goûtera le sens de la vie, verra son plus beau visage, battra tout, surmontera les tracas de la vie et le plus important, il se guérira en souffrant parce que son cœur est déjà pur. 

Peut-être imaginez-vous que je suis amoureuse d’un beau mec pour vous avoir raconté de telles histoires mais, en vérité, non, pas encore.

Le vrai amour est un sentiment exceptionnel spécial mais existant partout quand même, en fait il est gagnant celui qui le trouve et en Palestine c’est facile de le trouver.

En regardant nos grands-parents dont l’un tient la main à l’autre et dans sa deuxième main tient la clé du retour, on le trouve

En regardant le sourire de deux fiancés en train de préparer leur future vie sur les débris de leur appartement, on le trouve

En regardant deux amoureux qui défendent leur amour, se révoltent sur les traditions, on le trouve

Dans les cœurs des enfants privés de leur enfance, encore présente malgré la misère, on le trouve 

Dans le cœur d’une mère Palestinienne qui fête la journée de la mère sans ses enfants et encore croyante, on le trouve

Dans le cœur d’un prisonnier passant sa jeunesse dans la torture et privé d’avoir une famille mais encore résistant, on le trouve 

Dans l’uniforme abîmé d’un enfant, dans sa volonté à continuer sa vie brisée après la mort de sa famille on le trouve

Aux yeux d’un vieillard fixant la maison qu’il a passé tout sa vie à construire anéantie en secondes, on le trouve

Dans ses yeux gonflés, ses larmes pleines d’amertume coulant sur ses rides dont chacun raconte une blessure incurable, on le trouve

Dans le cœur d’un peuple qui n’a pas goûté la liberté depuis 66 ans mais encore fort, on le trouve

Dans l’espoir que porte un pays divisé en deux, dans la cruauté de l’apartheid, on le trouve

Dans la souffrance de Gaza, les massacres à Jenin, les génocides à Khan Younes, on le trouve

En goûtant l’orange de Jaffa, la cerise de Hébron, on le trouve

Sur la plus haute montagne de Naplouse et dans la solidité du mur d’Acre, on le trouve

En la foi existant à Jérusalem au fond de la mosquée Al.Aqsa, et celle de Bethléem au fond de l’Église de Nativité, on le trouve

Au cœur de La Palestine, on le trouve

Oui en vérité je suis amoureuse et tous les palestiniens partagent cet amour. On est amoureux de notre Palestine, on se défend pour la récupérer de son violateur et pour cela l’un parmi nous sacrifie sa vie pour qu’elle ne se fane plus jamais et on sacrifiera jusqu’à la dernière goutte de nos sangs.

Et vous demandez comment on peut vivre !!??

On vit de l’amour et de l'eau fraîche de notre terre

Huda El Sadi, Gaza le 2 octobre 2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.