Elisabeth Chaudanson
Utopiste
Abonné·e de Mediapart

110 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2014

UNE NUIT À GAZA SOUS LES BOMBES

Elisabeth Chaudanson
Utopiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Théâtre à Gaza © Inconnu

Mohamed Kacimi, écrivain-dramaturge, a animé, du 11 au 24 mai dernier, un atelier autour du texte de Musset " On ne badine pas avec l'amour " à l'institut français avec les étudiants des départements de français des Universités d'Al Aqsa et Al Azhar de Gaza. Le projet doit se poursuivre cette année par l'accueil des étudiants palestiniens à la Comédie de Genève et dans d'autres théâtres français.  

A Gaza non plus, on ne badine pas avec l'amour http://m.rue89.com/#/news/251075

UNE NUIT À GAZA SOUS LES BOMBES

Voici le texte de Huda Abdelrahman, étudiante au département de français de l'Université al Aqsa de Gaza. Huda avait travaillé avec moi au mois de mai sur le spectacle " On ne badine pas avec l'amour'. Elle avait joué remarquablement le rôle de Camille.
Mohamed Kacimi 


Sept heures du matin. Durant toute cette nuit, j’étais allongée sur mon lit à regarder les étoiles scintiller par la fenêtre; je m’efforçais de comparer les vraies étoiles ; celles qui ornent et illuminent le ciel, à celles qui ont une lumière jaune qui t’attire jusqu’au balcon et puis te rejette brusquement au fond de ta chambre avec la voix assourdissante de l'explosion qu'elles déclenchent, cette autre lumière s’appelle « avion et non pas étoile ». L’orchestre israélien a commencé sa fête partout dans la Bande : les canonnières au nord, à l’est et à l’ouest, les chars installés au sud et finalement les avions couvrant le ciel.
J'ai passé la nuit à compter les bombes qui tombent l’une après l’autre. Un peu plus tard, j’ai trouvé un autre moyen pour passer la nuit : distinguer les bombes des avions de celles des chars et des canonnières ! L’avion bombarde en général le même lieu une ou deux fois puis il part pour un autre cible, tandis que les chars et les canonnières » adoptent un autre système : ils lancent cinq bombes toutes les 90 secondes Un.. deux.. trois.. quatre.. Cinq...Mais sans changer de place. Les instruments de l'orchestre ont un même dessein : offrir aux spectateurs le plus de ravissement par la musique alors que l’orchestre israélien offre au public, le maximum de destruction par sa musique assourdissante, il faut voir la fumée noire montant au ciel et portant les souvenirs de la famille bombardée mélangés au sang des martyres qui se répand à travers toute la ville pour que la Bande entière partage avec elle les même nuages de peines. Vous savez, en réfléchissant cette nuit, j’ai trouvé qu’il ne faut pas blâmer les pays arabes ou européens pour leur silence. Non, non, au contraire je trouve qu’ils ont le droit de rester muets. Pourquoi se mêler des affaires des autres ? S’ils s’intervenaient, ils perdraient la bénédiction américano israélienne et ça menacerait la paix du monde! ils ont choisi la voie la plus facile: regarder du loin, parfois dénoncer les crimes israéliennes mais attention, dénoncer mais poliment. Ils respectent le principe suivant : plus on est muets, plus on est protégés. Les pauvres, ils ne savent pas que le silence tue et pousse jusqu’à la soumission. Ils ne savent pas non plus qu’on préfère résister et mourir brûlés, hachés et déchirés plutôt que de vivre comme des marionnettes sans dignité. Moi, je ne tolère plus cette situation de destruction massive, toutes ces morts d’innocents, non pas par peur, mais parce que je ne supporte pas le sentiment d’être paralysée devant tout ce que se passe et cela me tue. J’ai tenu à m’éloigner définitivement de toutes publications concernant la guerre sur FB , j’ai désactivé mon compte, mais hélas, la réalité me rattrape partout,. J’ai décidé alors de désactiver mon cerveau et de lui faire un software pour le débarrasser de tout mauvais souvenir dans les 21 années que j’ai vécues espérant qu’après la guerre je recommencerai ma vie par une feuille banche …A la fin de cette nuit, et après avoir vu et entendu tout ce que vous ne voulez pas entendre ou voir je me suis endormie à sept heures du matin au moment où les rayons du soleil claquaient contre paupières pour accueillir le nouveau jour et que les oiseaux chantaient la mélodie d’amour de chaque jour. Douce nuit à vous en espérant que cette nuit vient ne sera pas pareille à la nuit passée, mais j’en doute.
Huda Abdelrahmane

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali
Journal
Le socialiste portugais Antonio Costa rêve de majorité absolue
Les législatives anticipées se dérouleront le 30 janvier sur fond d’explosion des cas d’Omicron. L’abstention pourrait grimper. Le premier ministre espère parvenir à gouverner sans l’appui de ses anciens alliés de gauche, mais le pari semble difficile.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot