Sur la route du cochon, en Kibboutz

Article de Serge Grossvak 

En Israël

Sur la route du cochon, en Kibboutz

 

Je tiens l’information de Paul. Le cochon y est délicieux, au Kibboutz Mizra (15 km de Nazareth sur la route de Beith-Sheah). En Israël tout doit commencer par les Kibboutz, le cochon, le respect des valeurs humaines, le pays, la reconnaissance de la Palestine…

Dans ce Kibboutz le cochon y est goûteux. Vous ne serez pas surpris que le joyeux mécréant que je suis trouve un régal à honorer le cochon… mais même en fin d’année, il y a bien sûr autre chose.

Je reviens vers Paul, à Jérusalem. Il écoutait une émission à la radio de Jérusalem ce matin. S’y exprimaient des auditeurs après un reportage (je n’ai pas noté le détail). Il fallait expulser, expulser d’Israël (auraient-ils pris le goût ?) non plus (seulement) les palestiniens, mais ces faux juifs qui ne mangent pas Kächer (et n’appliquent pas leurs rigides lois religieuses).  Qu’arrive au téléphone un vieux Kibboutzim athée de 70 ans, pionnier du pays, ne calme pas leurs ardeurs ! Un désastre ! Il ne m’est pas possible d’imaginer que les premiers sionistes (bien minoritaires à l’époque) avaient pu imaginer pareil cauchemar pour leur rêve.  

 « Vers où Israël ? » s’interroge le cinéaste Camille Clavel. Devrions-nous dire, vers quel désastre ?

La paix et la reconnaissance de la Palestine sur les frontières de 67 constituent un préalable, dont il n’y a rien à négocier, pas un cm2 à revendiquer. Demeure la suite. Vers où cet Israël de fureur extrémiste ? Cet Israël assez fou pour se faire imploser tout seul absorbé par ses ligues factieuses. Cet Israël là n’a plus d’avenir et son pire ennemi est en son sein, en son pouvoir.

Voila que ces fous font du valeureux cochon le critère de citoyenneté, de nationalité. Celui qui croque du saucisson n’a plus qu’à faire ses valises (et pour le coup rejoindre cet autre pourchassé qu’est l’ennemi du cochon pour cause de Hallal). Ne serait-ce pas de la paix des cochons dont nous avons besoin ? Ripailleurs du cochon et régime sec anti porc, le salut est dans votre union ! Israël est à refonder dans cet esprit de tolérance et de diversité des goûts cochons, d’où qu’ils viennent.

Refonder Israël, reprendre tout en arrière, revenir aux idéaux humains des origines, ces valeurs qui attiraient vers les Kibboutz (mais camouflaient les Irgouns et autres prémisses). Ré inventer un Israël d’esprit de Kibboutz où la tolérance, le respect de tous seront portés à égalité par tous ses citoyens. Des citoyens juifs égaux des autres citoyens, soucieux de construire une société libérée de ces oppressions dont ont tant souffert leurs aïeux… Libérée pour tous ses habitants… à égalité.  

Aller, demain à Jérusalem ! Ce Jérusalem là, cité de la paix, citée du partage et de l’égal respect de tous les humains, ce Jérusalem là je suis près à en faire ma prière de tous les jours. Dans ce Jérusalem là, je suis près à manger mon cochon avec tous les gourmets du monde entier et ne pas oublier de serrer la main très fraternellement de ceux qui s’en prive pour Kächer ou pour Hallal.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.