Elisabeth Chaudanson
Utopiste
Abonné·e de Mediapart

110 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juil. 2014

Lettre de Gaza, Salma Ahmed Elamassié

Chers amis, Comme d'habitude, je ne sais pas à quelle pensée je dois donner la priorité, mais tout d'abord, je dois avouer que vos derniers messages répondant à mon dernier texte "Je n'ai plus d'espoir !" *, m'ont touché et m'ont donné UN PEU de courage, de force et d'espoir, de savoir qu'il y a encore des Justes dans ce monde qui appellent à la victoire de la justice. 

Elisabeth Chaudanson
Utopiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chers amis, 
Comme d'habitude, je ne sais pas à quelle pensée je dois donner la priorité, mais tout d'abord, je dois avouer que vos derniers messages répondant à mon dernier texte "Je n'ai plus d'espoir !" *, m'ont touché et m'ont donné UN PEU de courage, de force et d'espoir, de savoir qu'il y a encore des Justes dans ce monde qui appellent à la victoire de la justice. 
Depuis le début de l'offensive, vous me comprenez quand je dis ce que je ressens. 
Aujourd'hui, c'est le premier jour de la fête de l'Aïd, un des jours que j'attends d'habitude, comme tous les palestiniens, avec impatience, un jour où j'ai toujours le coeur plein de joie de voir, à chaque heure, un ou plusieurs de mes proches entrer chez moi. 
Avant j'habitais un tout petit appartement, mes cousins et mes oncles étaient nombreux à venir chez moi. Il n'y avait pas assez de places assises et ça n'a jamais posé de problèmes. Certains s'installaient sur les canapés ou les chaises, d'autres restaient debout. Tout le monde discutait, rigolait et se servait de pâtisseries que j'avais préparées pour eux. 
Aujourd'hui, le 28 juillet 2014, tout est différent : c'est le premier Aïd dans mon nouvel appartement qui est beaucoup plus grand que l'autre.
Chacun de mes proches aurait trouvé une place où s'asseoir s'ils étaient venus, mais personne n'est venu ! Tant mieux ! Je ne veux pas qu'il sortent et qu'ils soient touchés par les bombardements qui ne s'arrêtent pas.
Cet après-midi, j'ai dormi pour, dans mes rêves, entendre les pas de mes proches dans les escaliers de la maison, sentir leurs parfums, voir leurs sourires et les embrasser.
Mais, je n'entends que les bruits des drones et des bombardements, je ne sens que l'odeur de la mort, je ne vois que la destruction suite aux bombardements israéliens partout dans la bande de Gaza et je n'embrasse que ma peur !!! 
J'ai 30 ans et c'est la première fois que je n'ai pas envie de fêter l'Aïd. 
On a l'habitude d'acheter de nouveaux vêtements, pas seulement pour les petits mais aussi pour les grands, pour les mettre le jour de l'Aïd. 
C'est la première fois que je n'en achète pas ! 
Ce qui m'a beaucoup touchée, m'a brisé le coeur même, c'est que mon fils ainé de 4 ans qui n'était ni fâché, ni triste que je ne n'aie pas acheté de vêtements, au contraire !
Il m'a dit : " Je sais pourquoi tu ne nous as pas acheté de vêtements ! C'est à cause des bombardement n'est-ce pas ?" 
Avec les larmes aux yeux, j'ai répondu, oui ! 
" Moi, je ne veux pas de nouveaux vêtements, j'en ai déjà assez ! 
Après les bombardements, toi et moi irons au marché pour acheter des vêtements et des jouets pour les enfants dont les maisons ont été bombardées, ce sont eux qui en ont besoin !"
Je suis fière de mon fils qui, malgré nos précautions, commence à sentir, à comprendre qu'il y a de la mort et de l'agressivité et pas seulement la vie et la douceur autour de nous. 
Fière de cet enfant innocent qui avait les yeux qui dansaient de joie lorsque je lui ai dit qu'on pouvait sortir le jour de la trêve et aller chez ses grands-parents pour les voir et jouer avec ses cousins. 
Oui, nos enfants savent jouer, rire, vivre, danser, chanter et aussi être solidaires avec les autres. 
Mon coeur plein de tristesse pleure les 10 enfants tués au camps de réfugiés de Shati, à l'ouest de Gaza, des enfants qui jouaient dans un tout petit parc près de chez eux. 
Les familles de ces enfants n'ont pas laissé leurs enfants jouer pour qu'ils soient assassinés, elles avaient la paix et l'espoir de vie dans leurs coeurs. Elles croyaient que les avions de leurs ennemis n'allaient pas rejouer le même scénario d'assassinat d'enfants et que l'armée " la plus morale au monde" allait respecter l'Aïd. 
Malheureusement, ça n'a pas été le cas ! 
L'armée israélienne a bombardé aujourd'hui l'hôpital Alshifa, l'hôpital le plus grand de Gaza. 
Où doivent-ils aller, les blessés et les malades ? 
Je ne vais pas pouvoir dormir, parce qu'il y a de nouveaux massacres à Khan Younes au sud de la bande de Gaza, à Albureij au centre et à Jabaliya au nord. 
Nous n'avons plus d'électricité... la batterie de l'ordinateur va être épuisée dans quelques minutes et la radio n'est plus chargée. 
Au matin, nous saurons. 
Salma AHMED ELAMASSIE à Gaza le 28 juillet 2014
* http://blogs.mediapart.fr/blog/elisabeth-chaudanson/270714/je-nai-plus-despoir-salma-ahmed-elamassie-gaza

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux