Ces foèus devenus rois

comment les plus fous et les plus cons accèdent au pouvoir

LES FOUS DEVENUS ROIS n°23 8 avril 2020
Un peu partout sous nos yeux incrédules
Arrivent au sommet les raides dingues
cerveaux rigides têtus comme des mules
entourés de leurs porte flingues
ils paradent sans pitié pour les leurs
ils nous flanquent la peur de notre vie
notre vie sans valeur
c’est le règne des fous, des nervis

Ubu roi n’est pas loin, toujours là
Content, rigolard et affamé
Avide de gloire, tout à sa fierté
Avec ses mercenaires ses fiers à bras

Le monstre dévore ses enfants
Les assassine gaiement
accroché à son puissant rocher
ne se laisse pas approcher
merdre ! murmure sa digne épouse
il exagère de les tuer par douze
il sacrifie tout à ses phynances
ça ne lui portera pas chance
mais le monstre s’en fout
il continue c’est tout
il met en scène son éloquence
enferme tout ce qui pense
il ajoute à son sabre le goupillon
toujours prêt à bénir
dans son délire
les puissants comme les pions

plus besoin de coup d’état
nous faisons le premier pas
nous élisons ces tristes rois, ces fous.

Elisabeth Chatenet

UBU ROI le roi qui disait « merdre », écrit en 1888 par Alfred JARRY, il avait 15 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.