Adama Traoré : comment s'organise l'impunité des gendarmes !

Adama Traoré en 2016, comme Ali Ziri en 2009, sont morts d'asphyxie, les autopsies le confirment pour l'un et l'autre. SI l'asphyxie est due à des techniques d'immobilisation létales, les policiers et gendarmes sont coupables de leur mort, mais si elle est due décompensation (hypothétique) de leur cardiomégalie commune, c'est le non-lieu pour les forces de l'ordre !

Je relève dans les expertises et contre-expertises  des morts aux mains de la police ou de la gendarmerie que l'asphyxie ou l'arrêt cardiaque seraient possiblement dus à une décompensation, phénomène hypothétique qui permet d'écarter la responsabilité des forces de l'ordre.  https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9compensation

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/17766-decompensation-definition

Pour Ali Ziri et Adama Traoré, leur mort pourrait être due à une décompensation de leur "cardio-myopathie hypertrophique" commune. Ces allégations médicales sont avancées comme des hypothèses "théoriques" indépendamment du contexte factuel du pliage et du plaquage. Pour Ali Ziri, le non-lieu définitif utilise cette même méthode : alors que l'expertise de l'Institut médico-légal de Paris  lie clairement l'asphyxie au pliage, cause de la mort, la Cour de cassation rappelle la "malformation cardiaque inconnue" de la première expertise, précisée comme cardiomyopathie hypertrophique, qui peut être cause de mort subite. L'arrêt  dit : "la seconde autopsie ne donne pas d'éléments écartant indubitablement une décompensation de pathologie préexistante ". (Voir ci-dessous l'arrêt de la Cour de cassation du 16/2/2016, exposant le non-lieu définitif dans l'affaire Ali Ziri ).

Pour résumer : l'autopsie de l'Institut Médico-Légal  de Paris, et l'expert Pourriat affirment que l'asphyxie due au pliage est la cause de la mort, la Cour argue du fait qu'ils ne donnent pas de preuves sur l'inexistence d'une autre cause de la mort...hypothétique !!!!

On pourrait croire à ces  problèmes médicaux, comme cause de la mort, bien que cette décompensation d'une  pathologie cardiaque soit "potentielle", dans un ensemble multifactoriel de causes, ( pour parler clair : une cause hypothétique non prouvable, puisque le coeur  asphyxié s'est arrêté, et que cette cause de la mort est formulée en dehors du contexte factuel de l'interpellation ). Mais, ALERTE, ce même montage fallacieux est  en préparation pour Adama :

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/08/01/mort-d-adama-traore-des-zones-d-ombre-persistent_4977208_1653578.html

"Un examen anatomopathologique du cœur fait le 26 juillet, a permis de déceler un « ensemble lésionnel compatible avec une cardiomyopathie hypertrophique » chez Adama Traoré, c’est-à-dire une maladie du cœur pouvant être « potentiellement la cause directe de la mort ». A ce stade, rien ne permet cependant d’en être certain. Cette maladie a pu provoquer un arrêt cardiaque puis l’asphyxie d’Adama. Mais elle peut aussi y être totalement étrangère."

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/07/22/pas-de-justice-pas-de-paix-a-beaumont-sur-oise-un-defile-en-memoire-d-adama-traore_5163895_1653578.html

"Un an après ce drame, qualifié de « bavure » policière par l’entourage et qui avait entraîné plusieurs nuits de violences à Beaumont et ses environs, une nouvelle expertise a confirmé récemment que le jeune homme était mort asphyxié, mais la cause de cette asphyxie (fragilité cardiaque ou compression thoracique lors de l’intervention des gendarmes) reste à établir."

http://www.20minutes.fr/paris/2099927-20170705-mort-adama-traore-expertise-exclut-hypothese-probleme-cardiaque

Extraits : "L’origine de l’état asphyxique reste indéterminée. Si l’expertise atteste qu’Adama Traoré est bien décédé d’une asphyxie, reste désormais à savoir ce qui l’a déclenchée. Adama Traoré a-t-il succombé des suites de cette pathologie cardiaque ou des conditions de son interpellation, un état de stress intense, précédé par une course-poursuite avec les gendarmes, par exemple ? Voire d’un mélange de ces deux facteurs ? « Adama Traoré était en bonne santé, l’étude de ses antécédents médicaux le prouve, il faisait du sport tous les jours. Il n’a jamais fait le moindre malaise sur un terrain de foot, même quand il jouait en plein cagnard, et il en aurait justement fait un ce jour-là ? ». Yassine Bouzrou n’y croit pas. D’après lui, le jeune homme serait décédé des suites d’une compression thoracique.

Lors de son arrestation, Adama Traoré avait été maintenu au sol sous « le poids des corps » de trois gendarmes. Selon un des gendarmes auditionnés, dont la version a été confirmée par ses collègues, il aurait alors indiqué avoir « du mal à respirer ». Ces derniers ont également dit, qu’au moment du malaise, la victime avait été installée en position latérale de sécurité (PLS). Une version contredite par un sapeur-pompier qui affirme que lorsqu’il est arrivé, Adama Traoré se trouvait « face contre terre, sur le ventre, mains dans le dos menottées ». « Quand bien même on considérerait qu’il a un souci médical non décelé, l’usage disproportionné de la force ne saurait être expliqué », poursuit Yassine Bouzrou. Une autre interrogation porte sur les secours prodigués. Sa mort n’a été déclarée qu’une heure et demie après son interpellation.

Selon nos informations, les experts évoquent dans leur rapport un « état antérieur plurifactoriel associant notamment une cardiomégalie et une granulomatose systémique de type sarcoïdose. » Ce dernier terme, désigne une maladie immunitaire rare qui se développe généralement chez des hommes jeunes, pouvant affecter plusieurs organes, dont le cœur. Elle peut entraîner une insuffisance cardiaque ou des troubles du rythme ventriculaire. La cardiomégalie, qui désigne un cœur hypertrophié, peut être un des signes de cette maladie."

C'est sur cette cardiomégalie que s'appuie le non-lieu définitif dans l'affaire Ali Ziri. Espérons qu'elle ne servira d'alibi aux gendarmes de Beaumont. Espérons que la formidable volonté de la famille Traoré, son exigence absolue de vérité et de justice, aboutira à la mise en examen et à la condamnation des gendarmes pour la mort d'Adama. L'exceptionnelle mobilisation du 22 juillet à Boyenval, en permet l'espoir.

E.L. membre du Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri.

 

 

Image en ligneImage en ligne

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cardiomyopathie_hypertrophique

https://blogs.mediapart.fr/athenaeg/blog/040816/morts-aux-mains-des-forces-de-lordre-quel-espoir-dans-le-combat-pour-la-verite

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.