Sans titre

Ce soir, à Bergisch Gladbach, rendez-vous est pris avec le bus. Il doit arriver dans 10 minutes. En attendant...

 

Un groupe d'adolescents, moitié assis, moitié debouts, moitié ailleurs. Des fous rires. Parmi eux une grande fille aux cheveux blond foncé. Ils se parlent, ils rigolent. Elle se retourne. Il ne s'agit pas d'une jeune fille, mais d'une femme, l'air un peu à côté de ses baskets, tenant contre elle un sac plastique dans lequel on devine une bouteille. Le groupe se rassemble un peu autour d'elle. Impossible de savoir tout ce qui se dit. Un "Aufpassen" de sa part est saisi au vol. Puis un premier lui jette des petits bous de papier dessus, un deuxième lui crâche dessu, un troisième enfin, secoue la cendre de sa cigarette sur sa jupe. C'est drôle. Un bus arrive, ça s'agite un peu. Un second, elle monte dedans sans acheter ni présenter de ticket. Eux, jouissant de la dénoncer au chauffeur de bus "Schwarzfahrer, Schwarzfahrer". Le bus s'en va. Le mien arrive.

 

On fait quoi dans ce cas là? On fait quoi?

 

On est triste, triste, triste.

 

Mais c'est tout?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.