Un confinement qui n'en a que le nom

Le Président Macron dans une allocution télévisée annonce que les Français seront confinés pendant au moins un mois. Mais pas tous les Français puisque le travail, les écoles doivent continuer. Une manière habile de confiner seulement les séniors sans vraiment le dire. Mais qu'en sera t-il de nos libertés d'expression et réunion.

Je ne sais pas vous mais je trouve que ce confinement n’en a que le nom.

Les salariés iront au boulot, nos chères petites têtes blondes retrouveront les bancs de l’école après deux semaine de « liberté », les transports en commun seront bondés.

A première vue tout semble continuer comme avant ...pas vraiment, ce maudit virus rôde autour de nous, cet ennemi invisible qui nous hante, nous effraie ne se contente pas de prendre des vies, Il ferme les bars, les restaurants, il nous prive de spectacle, de culture, de nos amis, de notre famille, de nos embrassades de tout ce qui en fait tisse ce lien social dont nous avons un besoin vital pour rire, pleurer, aimer, vivre tout simplement.

Mais ce confinement semble aussi plus particulièrement destiné aux séniors. Le président l’a dit et redit ce sont les plus fragiles. Annoncer de but en blanc que seuls les plus âgés seraient confinés n’était pas acceptable, il y aurait eu un côté discriminatoire. Les séniors n’étaient pas prêts psychologiquement à entendre un tel discours.

Pourtant c’est bien ça, les jeunes continueront à faire tourner le pays parce que l’économie ne supporterait pas un second confinement total pendant que les retraités resteront sagement devant leur poste de télévision en attendant des jours meilleurs. L’été 2021 si tout va bien. L’avouer aurait été plus courageux mais suicidaire.

Je sais que ce confinement était nécessaire, les contaminations augmentent de façon exponentielle. Ne rien faire eut été criminel. Mais ce soir j’ai entendu des annonces froides, dénuées de sentiment, martelées encore et encore, le Président Macron n’a pas fixé de cap 15 jours, 1 mois peut-être plus. Il est censé montrer la voie à suivre, donner confiance au peuple. Juste la sensation que c’est un capitaine qui navigue à vue perdu dans le tsunami de ce Covid qui emporte tout sur son passage.

Mais il a aussi beaucoup parler de privation peu de nos libertés parce que même si nous sommes masqués nous ne seront jamais muselés. Ce confinement, cette pandémie ne nous priveront pas de notre liberté d’expression et de notre liberté de penser.

Prenez soin de vous mes amis(es)prenez soin de celles et ceux qui vous sont chers(es).

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.