VU AU CINÉMA DU RÉEL 2015

Le corps instrument de travail, instrument de vie.Pour Nicolas Frize, musicien en maraude, le monde est entièrement peuplé de musiciens en action ou en puissance, c'est aussi une mine inépuisable d'instruments de musique.

Le corps instrument de travail, instrument de vie.

Pour Nicolas Frize, musicien en maraude, le monde est entièrement peuplé de musiciens en action ou en puissance, c'est aussi une mine inépuisable d'instruments de musique.

Hier à la SNCF ou à la manufacture de porcelaine de Sèvres, mais aussi à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis ou avec les prisonniers de la centrale de Saint-Maur dans l'Indre, aujourd'hui aux Archives Nationales pour sa prochaine création.

Pour ce Cinéma du réel c'est la résidence du compositeur avec ouvriers et ouvrières de l'usine Peugeot Citroën à Saint-Ouen. Usine dans la ville ; pour Nicolas Frize la musique est déjà dans l'usine. Il la piège à l'aide de ses micros comme d'autres traquent les chants d'oiseaux dans les forêts.

Pour se faire il est côte à côte avec les ouvriers pendant que les cinéastes Sébastien Jousse et Luc Joulé les filment et recueillent leur parole : les très belles voix off du film.

Nous voyons leurs gestes et ils nous disent comment, dans un monde hyper codifié, ils réinventent ce geste, se l'adaptent, se l'approprient. Minuscule espace de créativité dans les interstices de l'organisation industrielle. Nous voyons les corps au travail, nous entendons ce qui se passe dans les têtes. L'esprit qui engage le corps tout entier dans le geste, l'esprit qui vagabonde quand le corps travaille tout seul, ou celui qui reconstitue une symphonie de Bruckner au rythme des pièces qui passent entre les mains.

Pendant ce temps Nicolas Frize tourne et furète dans les poubelles de l'usine à la recherche de ses nouveaux instruments, il trace, à l'aide de sa propre écriture musicale les gestes de ses futurs interprètes qui feront sonner les instruments de fer blanc, rebuts rejetés par les emboutisseuses. Il donne leurs partitions vocales, des mots et des chuchotements, aux ouvriers qui participeront au concert final de la résidence.

Finalement, c'est la ville qui entre dans l'usine, les habitants observent les machines et les chaînes d'emboutissage avant d'assister au concert.

Formidable film sur l'humanité que l'industrie attache au travail, mais aussi et surtout sur le battement primordial de la vie dans les corps et dans les têtes, un battement que rien ne semble pouvoir faire taire et que Nicolas Frize met au jour, pépites musicales qu'il aligne systématiquement au fil des ans.

 C'EST QUOI CE TRAVAIL, un film de Sébastien Jousse et Luc Joulé, 100', 2015, France

En compétition française au festival Cinéma du réel 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.