Hommage à Audiard

Comment osent-ils encore?

 Ce matin, je me suis réveillée sur cette idée : comment osent-ils encore ? Je mets au pluriel ce pronom sujet. Ce n'est pas que le seul Hollande ou son Iznogood de premier ministre, mais tou-tes celles et ceux qui depuis cinq ans sont au pouvoir, qui sont ainsi désigné-es. Ils ont réussi une quasi-unanimité contre leur bilan (à part quelques benêts béats et la poignée d'apparatchiks syndicaux qui se posent la question de savoir à qui désormais ils vont devoir faire allégeance, histoire de se retrouver un strapontin). Seuls les gens friqués s'y sont retrouvés depuis cinq ans, mais ceux-là en veulent toujours davantage, et Fillon et sa Blitzkrieg sont bien plus prometteurs que ces vendus de socialos, qui seront toujours à leurs yeux "la gôche" honnie et détestée, parce qu'elle aura permis "le mariage pour tous", qui pèse bien peu finalement, quand on pense que c'est par cette porte que tous les réacs se sont engouffrés, qu'ils ont eu des boulevards inespérés pour brandir leur haine d'un autre âge, l'âge où l'on enfermait les pédés et où les femmes crevaient chez les faiseuses d'ange.

Même ça, ils l'auront raté.

On savait qu'ils nous prenaient pour des sans-dents, des imbéciles et j'en passe. A ce point-là, c'est INDECENT. De grâce, rendez-nous service! n'attendez pas le 22 janvier! Enfermez-vous dans votre palais plein de courants d'air de Solférino, bouchez toutes les issues, et disparaissez.

Nous n'avons pas besoin de vous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.