Vous ne voyez pas nos rêves s'accomplir ?

Vous ne voyez pas qu'on est en train de le faire ?

 Billet rectifié à 19h12: il y a un article sur FI à côté d'un énième article sur le monarque finissant...

Voilà, un événement inédit, mais non, les Colonnes de Mediapart bruissent sur la Manif pour tous, ce triste défilé de réacs de tout poil – c'est le cas de le dire- et encore une fois, pas un mot sur ce qui vient de jouer à Lille. Un mouvement citoyen qui se met en marche, à Médiapart, ça ne les intéresse pas. Non, ce qu'ils aiment à Mediapart, c'est l'odeur rance des réacs, ou alors le TSM dans lequel s'illustrent tristement quelques pointures du club, que je ne nommerai pas ici, trop d'honneurs à ces messieurs-dames qui n'ont d'autre chanson en tête qu'une pauvre rengaine sans cesse ressassée jusqu'à l'usure et la nausée.

 J'ai suivi la première Convention de la France Insoumise- δ depuis chez moi. J'ai entendu des témoignages de celles et ceux qu'on n'entend jamais. J'ai entendu Christian Audoin, communiste insoumis, dire clairement pourquoi il se trouvait là, qu'il ne s'agissait pas de ralliement, mais d'en être, tout simplement. Parce que trop de gens souffrent. Parce que la planète, et nous humains, sommes en danger de disparaître. Oh, ce sont évidemment les pauvres qui disparaitront en premier, regardons ce qui se passe à Haïti pendant que les riches se construiront des murs. Justement, que dit JLM à propos des murs : à bas les murs !

 A Lille, c'était une première, il y avait autant de femmes que d'hommes parce que tiré-es au sort.

 A Lille, étaient réuni-es celles et ceux désigné-es pour lancer le programme L'Avenir en Commun.

 A Lille s'est donné à voir une maison commune, où vient qui veut se retrousser les manches et non imposer aux autres des appareils bureaucratiques.

 « Vous n'êtes pas des mélenchonistes, d'ailleurs je ne le suis pas ». Je sais bien que ces propos ne couperont pas la chique aux roquets hargneux....Mais il me semble que, plutôt que de continuer ces attaques aussi stupides que méchantes ou cette attente stérile du Godot de la « gôche », la moindre des choses est de penser à celles et ceux qui tombent chaque jour : Emmeline qui a failli crever d'un AVC parce que ses patrons de La Poste n'ont (plus) aucune considération pour celles et ceux qui travaillent. Pout elle et tou-tes les autres, pour nous tou-tes, il n'y a pas de temps à perdre !

Discours de clôture © Jean-Luc Mélenchon
Bon sang, vous nous manquez, venez !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.