Ellen Salvi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2012

Logement : les ventes à la découpe refont scandale

« Gecina, découpeurs en série, Gecina, expulseurs en série, venez discuter avec nous ! », scandaient ce mardi 17 avril, les dizaines de locataires venus manifester place de la Bourse, à Paris, contre la vente à la découpe de leur immeuble par le bailleur privé Gecina.

Ellen Salvi
Journaliste
Journaliste à Mediapart
© 

« Gecina, découpeurs en série, Gecina, expulseurs en série, venez discuter avec nous ! », scandaient ce mardi 17 avril, les dizaines de locataires venus manifester place de la Bourse, à Paris, contre la vente à la découpe de leur immeuble par le bailleur privé Gecina.

Au même moment, les actionnaires de ce dernier tenaient une assemblée générale à l’intérieur du palais Brongniart. Plusieurs associations (DAL, Jeudi Noir...) et élus d'arrondissement et de Paris (communistes, EELV, UMP) étaient venus pour soutenir la manifestation.

Laurent Muntlak © ES © 

Locataire depuis 29 ans dans l’immeuble situé 166-172 quai de Jemmapes (Paris Xe), bientôt cédé à BNP Paribas et promis à la vente à la découpe, Laurent Muntlak entend bien rester dans les murs : « Mes enfants sont nés dans cet immeuble, toute ma vie s’y trouve, dit-il. Il est hors de question que je m'en aille. »

Pourtant, comme la plupart de ses voisins, M. Muntlak n'est pas en mesure d'acheter son appartement : « Compte tenu du prix au m2, on va atteindre des sommes astronomiques ! ». Il a donc signé une pétition à destination de la mairie « pour essayer d’avoir une préemption de l’immeuble ».

© ES © 

Pour l’heure, le maire PS du Xe arrondissement, Rémi Féraud, s’est contenté d’adresser un courrier aux locataires de l’immeuble, leur indiquant que « le coût très élevé de la transaction ne permet pas à la Ville de Paris d’exercer son droit de préemption ».

Un argument qui ne tient pas aux yeux des élus communistes qui ont présenté, le 30 janvier dernier, un vœu lors de la réunion du conseil d’arrondissement demandant que « s’ouvre des négociations auprès de la société Gecina pour l’acquisition par un organisme public de logements sociaux ».

© ES © 

L’immeuble de quai de Jemmapes n’est pas un cas isolé. Étaient également présents ce mardi les locataires de l’immeuble de rue Pradier, dans le XIXe arrondissement. Rue Pradier, quai de Jemmapes... Mois après mois, Gecina se défait de ses biens. Dix immeubles parisiens (1.239 logements en tout) ont ainsi été cédés en janvier à un opérateur immobilier. La moitié d’entre eux va être revendue à la découpe.

« Gecina s’apprête à vendre 1.400 appartements à la découpe dans Paris », précise René Dutrey, conseiller EELV de Paris (lire ici la tribune « Logement: sécurisons les locataires » qu'il a co-signée sur Mediapart). Pour lutter contre ce phénomène, le groupe écologiste du Sénat a déposé le 22 mars une proposition de loi, destinée à protéger les locataires en supprimant notamment le « congé pour vente ».

Présent ce mardi devant le palais Brongniart, René Dutrey explique que seuls les écolos et le Front de gauche soutiennent aujourd’hui le texte : « Nous sommes seuls, y compris à gauche, regrette-t-il. Les socialistes ne partagent pas la volonté d’interdire le congé-vente, c’est peut-être trop radical pour eux. »

© ES © 

Également présents lors de la manifestation, Jean-Jacques Giannesini et Anne-Constance Onghena, tous deux conseillers UMP du XIXe arrondissement, s’étonnent des priorités de la mairie de Paris : « Nous voudrions savoir pourquoi la ville de Paris, qui préempte n’importe quoi à n’importe quel prix, ne préempte pas l’immeuble de la rue Pradier, affirment-ils à Mediapart. On n’a pas encore eu de réponse probante et concrète sur le sujet. La mairie dit qu’elle n’a pas les moyens. Or cette année, il y a eu plus d’un milliard de droits de mutation (droits et taxes perçus par le notaire pour le compte de l'État et des collectivités à chaque changement de propriétaire, ndlr), plus de 7 milliards en dix ans. Gecina se comporte comme des voyous, c’est clair, mais ils finiront par vendre de toute façon. La ville de Paris doit utiliser ces milliards pour que les locataires qui sont dans leur immeuble depuis trente ans, puissent y rester. »

« Nous sommes ouverts au dialogue », a assuré à l’AFP le PDG de Gecina, Bernard Michel. Aucun locataire n’a pourtant eu l’honneur de discuter avec lui pour le moment.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Genre
Mineurs trans : des groupuscules conservateurs passent à l’offensive
Après la prétendue « théorie du genre », le mariage pour tous et la PMA, c’est la transidentité des mineurs qui attise une nouvelle panique morale en France. En 2021, plusieurs collectifs se sont fédérés autour de cette question et tentent d’influencer médecins et politiques dans leurs décisions.
par Rozenn Le Carboulec
Journal
Pédocriminalité : un an après sa création, la commission inceste au milieu du gué
Installée en mars 2021 à la suite de l’émergence du mouvement #MeToo inceste, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants poursuit son recueil de la parole des victimes, tout en faisant face aux premières résistances de la société.
par Hugo Lemonier

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel