Entreprises, travailleurs, environnement, politiques de l'emplois, paupérisation.

Il y a six ans Dan Price, PDG de Gravity Payments, a décidé de payer tous ses employé es 5000 euros, depuis cette entreprise a triplé ses revenus. (Ulyces.co). Pratique à contre courant de la pensée unique occidentale imposant des pratiques économiques contre l'intérêt général et se nourrissant de l'appauvrissement de ses travailleurs.

Ce jeune dirigeant démontre magistralement que la bonne santé d'une entreprise, de ses travailleurs et de leur employeur, passe par le partage des richesses qu'elle produit directement à la source.

Ici en France les dirigeants, bien que notre société se soit développée technologiquement, ont conservé pour la plupart, et en particulier dans les grands groupes, une pensée et des pratiques féodales de servages.

Pour s'en convaincre, il suffit d'observer le management par la peur et tout le cortège des techniques inventées et pratiquées depuis plus de quatre générations pour maintenir les salarié es sous pression tout en les appauvrissant de plus en plus par des mesures justifiées par l'hyper compétitivité des pays à bas coût de mains d'oeuvre.

Pays vers lesquels se sont précipités depuis les années 80 de nombreux employeurs voraces en délocalisant à tour de bras et en vidant la France de nombreux savoirs faire, tout en jetant à la rue des centaines de milliers de travailleurs et leurs familles.

Ces processus de management par la peur et d'oppression développés et pratiqués par les dirigeants, sont depuis de nombreuses années enseignées dans les écoles ou les formations en continues, tant de la production de biens et de services, que de la production de processus et de pratiques politiques, les néolibéraux employant une novlangue toujours plus élaborée et toujours plus amplifiée depuis les années 80 et qui c'est accélérée vertigineusement avec l'arrivée de celui qu'ils ont fabriqué de toutes pièces pour sauver leur modèle néolibéral outrancier.

De fait si on observe les pratiques sur le terrain, les processus actuels et les destructions structurelles, économiques, physiques, psychiques, sociales, culturelles, politiques, sanitaires, sont de faits les résultats d'un état esprit et de comportements barbares en lien direct avec la nature propre à chacun de ces individus qui ne savent faire qu'une chose, rechercher et avoir plus de pouvoir afin de s'en servir comme d'un bras armé contre l'intérêt général, à leur seul fin de profits personnels.

IL est aujourd'hui, force de constater, une fois de plus et pour la énième fois, que les barbares sont toujours parmi nous, qu'ils ont appris à utiliser contre le grand nombre et l'intérêt général, tous nos outils technologiques, et nos découvertes faites en sciences sociales.

Les pratiques destructrices de ces barbares, ne sont pas seulement économiques, elles sont aussi sociales, culturelles, sanitaires, politiques, éducatives, environnementales, et elles sont à présent devenues systémiques et de faits, dirigées contre toutes et tous, les petits, les jeunes, les adultes, les parents, les anciens, bref l'environnement global du vivant, et même aujourd'hui ces pratiques atteignent et impactent les rituels réservés à nos morts.

Pour finir, Ces pratiques et cet état d'esprit qu'est le néolibéralisme, en fait le capitalisme à outrance pratiqué sans frein ni interdit par des politiques justes et protégeant le plus grand nombre des appétit voraces de quelques uns, a fini par détruire l'équilibre fragile qui existait dans notre démocratie lancée à la recherche de ses idéaux depuis 1789 et de ceux qui ont suivi au cours des grandes dates de notre histoire.

Histoire  construisant pas à pas une société voulue toujours plus en avant dans l'idée de protéger le plus grand nombre des appétits féroces d'individus pathologiquement destructeurs, histoire face à nous mêmes et sous le regard du monde présent, bref histoire d'une société en équilibre constant et recherchant un modèle toujours plus juste et qui à présent est en train de s'éloigner à grands pas.

En conclusion, je dirai qu'il est navrant de constater que de bonnes pratiques allant à contre courant de la pensée unique de compétitivité poursuivie depuis plus de quatre générations, sont étouffées et combattues, ou encore ignorées, par tous les moyens possibles et imaginables que les barbares nous ont confisqué et qu'ils utilisent pour eux seuls contre nous. Je ne crois donc malheureusement pas, pour l'instant, que l'expérience réussie de ce jeune dirigeant soit repris par une politique générale en faveur du plus grand nombre. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.