Eloi Valat
Dessinateur
Abonné·e de Mediapart

205 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2017

Commune de Paris. Séance du 17 mai 1871 (II).

Poursuite de la discussion sur le sort des otages détenus par la Commune, en représailles aux assassinats commis par les Versaillais.

Eloi Valat
Dessinateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Suite de la séance du 17 mai 1871.)

La séance publique est reprise.

Commune de Paris, Raoul Rigault © Eloi Valat.

RIGAULT, procureur de la Commune. Je présente le projet de décret que voici:
«La Commune de Paris, vu l’urgence, décrète:
«Art. 1er. Le jury d’accusation pourra provisoirement; pour les accusés de crimes ou délits politiques, prononcer des peines, aussitôt après avoir prononcé sur la culpabilité de l’accusé.
«Art. 2. Les peines seront prononcées à la majorité des voix.
«Art. 3. Ces peines seront exécutoires dans les vingt-quatre heures.
«R. URBAIN, RAOUL RIGAULT, L. CHALAIN.»
Je suis d’avis de répondre aux assassinats des Versaillais de la manière la plus énergique, en frappant les vrais coupables et non les premiers venus. Et cependant, je dois le dire, j’aimerais mieux laisser échapper des coupables que de frapper un seul innocent. Parmi les gens que nous détenons, il y a de véritables criminels, qui méritent d’être considérés comme plus que des otages. Eh bien, le sort peut désigner les moins coupables et ceux qui le sont le plus peuvent être épargnés. Pour des individus, contre lesquels il y a des faits bien déterminés, qu’avons-nous à faire? Ainsi, par exemple, un tel est gendarme, ou sergent de ville; il est appelé devant le jury d’accusation. S’il nie, on appelle des témoins et l’individu peut être condamné en moins de vingt-quatre heures. Mais il y a des hommes qui sont plus coupables, par exemple les hommes qui ont été chargés de forger des complots sous l’Empire. En attendant que la justice soit instituée complètement, j’ai cru utile d’établir un tribunal, chargé de l’examen des crimes dont il s’agit. Remarquez que je n’appelle pas délit politique les cris de «Vive Versailles. Vive l’Empereur». Ce que j’appelle délit politique, c’est un crime commis intentionnellement. Je déclare, en outre, que je demanderai qu’il ne soit pas tenu compte de la prescription pour les crimes de cette espèce. Et je place sur la même ligne les hommes qui sont d’accord avec Versailles et les complices de Bonaparte.
LE PRÉSIDENT. Il y a une proposition formulée par le citoyen Urbain.
URBAIN. Si l’assemblée décide que les représailles auront lieu dans un très court délai…
RIGAULT, procureur de la Commune. Le jury d’accusation fonctionnera après-demain.
URBAIN. Si l’on nous donne les moyens d’exercer légalement, d’une façon convenable, et promptement, les représailles, je serai satisfait. Ce que je demande, c’est que le jury d’accusation nous donne, dans les vingt-quatre heures, les otages dont nous avons besoin.
LE PRÉSIDENT. Voici la proposition du citoyen Urbain:
«La Commune décrète:
«Dix individus, désignés par le jury d’accusation, seront fusillés en punition des assassinats commis par les Versaillais, et notamment de l’assassinat d’une infirmière, fusillée par eux au mépris de toutes lois humaines.
«Cinq de ces otages seront fusillés dans l’intérieur de Paris, en présence de la Garde nationale.
« Les cinq autres seront fusillés aux avant-postes, et aussi près que possible du lieu où a été commis le crime.
«R. URBAIN.»

Commune de Paris, Eugène Protot © Eloi Valat.

PROTOT. Je déclare que le projet présenté par le citoyen Rigault est d’une très grande inconséquence. Le jury d’accusation ne peut se prononcer que sur les questions de fait. Il doit avoir des connaissances spéciales spécifiées par la loi pénale. Il faut des magistrats; où sont-ils? Il n’y a pas de peines contre les délits déterminés par le citoyen Rigault. Il faut donc déterminer la peine dont ils sont susceptibles. Vous avez, en ce moment, de 40 à 50 instructions à faire. Vous ne les faites pas. Il n’y a que les juges de droit commun qui fonctionnent et les délits les plus graves échappent à la répression. Il aurait fallu que la Commune étudiât et statuât; je me propose de présenter sous peu un projet. Je conclus en disant: «Considérant que le procureur de la Commune a assez d’occupation…»
RIGAULT. Non, en deux audiences ce sera fait.
AMOUROUX, l’un des secrétaires de la Commune. Je suis d’avis qu’on doit user de représailles. Il y a un mois, nous avons annoncé la mise à exécution d’un projet qui a mis fin, pendant quelque temps, aux crimes que commettaient les Versaillais; mais, comme, en définitive, l’on n’a rien fait, les Versaillais ont de nouveau recommencé à assassiner les nôtres. En présence de ce qui se passe, je demande quel usage on fait de la loi sur les otages? Devons-nous condamner les gens retenus à ce titre? Mais est-ce que les Versaillais jugent nos gardes nationaux? Ils les prennent et ils les tuent sur les grands chemins. Qu’avons-nous à faire, nous? Il faut, chaque fois qu’ils tuent nos gardes nationaux, procéder de notre côté à une exécution semblable sur les prisonniers versaillais que nous avons entre les mains, surtout sur ceux qui appartenaient aux corps des municipaux et des sergents de ville. Je crois que cela ne suffira point; car peu leur importe qu’on leur tue quelques sergflnts de ville; il leur sera toujours facile de les remplacer. Il y a mieux à faire pour les frapper davantage; il faudrait que chaque fois que Versailles, qui a, comme vous savez, certaines idées religieuses, tuera l’un des nôtres, nous fissions immédiatement fusiller, non seulement des sergents de ville ou des municipaux, mais aussi un curé.
(Assentiment. La clôture!)
VAILLANT. Je suis, je l’avoue, dans un grand embarras, quand je vois, moi incompétent, dans la grave question qui nous occupe, les deux seuls personnages compétents de cette assemblée sur la matière, en complet désaccord. Ne serait-il pas bon que les citoyens Protot et Rigault s’entendissent pour nous apporter une résolution quelconque?
PROTOT, délégué à la Justice. Il n’y a pas de résolution à prendre. Le procureur de la Commune peut traduire, devant les deux premières sections du jury d’accusation, les personnes qu’il y a à faire juger.
RIGAULT, procureur de la Commune. En présence des événements, ces moyens ne me suffisent point.

(À suivre.)


 Autour de Vallès
numéro 46
Vallès et les anarchistes
sous la direction de Sarah Al-Matary

https://amisdevalles.wordpress.com/


Au sommaire du site de Michèle Audin
La Commune de ParisPaul Lafargue en visite à Paris (7-8 avril 1871)
https://macommunedeparis.com/


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon