Pour la transparence sur les pesticides présents dans les produits alimentaires

Nous, citoyens, consommateurs, exigeons de connaître la teneur en pesticides de nos aliments. Par chacun de nos achats, nous influons sur l’offre de produits qui nous est proposée. En signant cette pétition avant mai 2017, nous pouvons espérer que notre demande de transparence sur la teneur en pesticides des aliments ait une place dans le débat électoral.

https://blogs.mediapart.fr/perso/contributions/liens/672217

CONSTAT

1. Nous, citoyens, consommateurs, qui nous attablons au moins trois fois par jour, nous sommes régulièrement alertés sur la présence de pesticides dans notre alimentation quotidienne. Cela aussi bien par les pouvoirs publics que par des ONG[1].

2. Éplucher les fruits et légumes ne semble pas suffire à les débarrasser des pesticides, qui sont également présents dans toute la chair[2].

3. Les substances composant les pesticides, bien que leur présence dans notre alimentation fasse l’objet de règles strictes, sont bel et bien des produits toxiques[3].

4. Les effets cocktail potentiellement nocifs entre les différentes molécules actives des pesticides ou avec leurs synergisants[4] sont encore trop peu étudiés mais pourtant réels[5].

Plus de 9 Français sur 10 (92,8 %) souhaitent que l'utilisation de pesticides dangereux soit signalée par un affichage sur les produits alimentaires concernés[6].

Réalisons notre souhait en signant cette pétition !

Plus grand sera le nombre de signatures, plus légitime sera cette pétition pour lancer la réflexion, provoquer le débat et trouver des réponses concrètes et utiles pour les consommateurs.

APPEL

L’omniprésence et les potentiels dangers des pesticides prennent toujours plus de place dans le débat public. Les pouvoirs publics en sont conscients[7] et des ONG lancent des campagnes de sensibilisation[8]. Cependant, l’information directe des consommateurs est inexistante.

En signant cette pétition, nous souhaitons :

- que l’ensemble des pesticides présents dans les produits alimentaires soit indiqué aux consommateurs ;

- demander aux candidats à l’élection présidentielle de 2017, aux partis, aux pouvoirs publics, aux producteurs et aux distributeurs qu’ils prennent les mesures nécessaires pour nous informer en toute transparence.

Nous voulons savoir ce que nous mangeons !

MOYENS

Les professionnels, pouvoirs publics et associations sont les plus à même de proposer comment rendre effectif ce souhait de transparence. Voici quelques pistes envisageables :

- en fournissant la liste des substances (d’origine chimique ou naturelle ; molécules actives des pesticides et synergisants) sur l’emballage, sur des étiquettes de lot pour les aliments vendus en vrac, et/ou via le code barre ou un flash code qui pourrait contenir un lien direct vers la fiche E-Phy d'une substance active, par exemple, ou encore vers son profil agritox ;
- sous forme d’une information concise, en indiquant le nombre de substances au-dessus de la limite de détection, classées par dangerosité (selon la Classification des pesticides selon leur dangerosité (2009) produite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)) ;
- dans le cas où les substances contenues dans les pesticides seraient trop difficiles à identifier, en rendant disponible la liste de l’ensemble des substances utilisées tout au long du processus de production et de distribution.

DESTINATAIRES

Cette pétition est adressée :

- aux principaux candidats et partis dans le contexte des élections présidentielles et législatives ;
- aux pouvoirs publics (ministères et commissions parlementaires) car ils ont un rôle central à jouer pour relayer la volonté des citoyens ;
- aux principaux distributeurs (Intermarché, E. Leclerc, Carrefour, Super U, Auchan, Casino, Monoprix, Aldi, Lidl, Biocoop, Bio c’ Bon) ;
- à la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA).

http://www.mesopinions.com/petition/sante/transparence-pesticides-presents-produits-alimentaires/28437

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.