Emile Dutertre
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2022

Apocalypse dans les têtes

Croire au Christ des évangiles est confortable. Les valeurs qu'Il préconisait en Palestine ont été laïcisées. Il est plus ou moins devenu un personnage "conceptuel" Qu'il puisse être de retour aujourd'hui c'est l'apocalypse dans les têtes.

Emile Dutertre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

   Au printemps 1994, dans une librairie du centre de Grenoble, je suis tombé sur "La réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse" de l'écossais Benjamin Creme. (un livre publié à Londres en 1980 et aujourd'hui traduit dans plusieurs langues...)

   Selon l'auteur nous sommes entrés dans une période cruciale : "...de formidables changements sont à l'oeuvre dans le monde... la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui sera totalement transformée... des relations humaines entièrement nouvelles s'établiront, fondées sur le partage et la coopération."

   Le scoop du livre était l'annonce du retour du Christ.

   Ce que j'ai lu dans cette librairie de Grenoble ce jour là,  m'a semblé si cohérent et si en phase avec notre époque que le retour du Christ m'est apparu comme étant une évidence... Je n'en ai pas douté une seconde. 

   28 ans plus tard, cet événement relève à mes yeux de la nécessité...

   Une précision ici : Le Christ est un Instructeur Mondial (au sens le plus large) . Christ est le nom qui lui est donné en Occident. Sous d'autres cieux Il este le Madhi, ou encore le Bouddha Maitreya (son véritable nom). Les Hindous attendant pour leur part une réincarnation de Krishna...

  ("toutes les religions proviennent de la même source" disait Gandhi.)

   Nous avons aujourd'hui les moyens de nous détruire. L'actualité en Ukraine est là pour nous le rappeler de façon angoissante : si la guerre devient mondiale, elle sera nucléaire. 

   Fin de l'aventure humaine sur la planète terre.

   Le Christ nous enseignera comment assurer cette "paix perpétuelle" dont rêvait Emmanuel Kant, et sans laquelle nous n'avons pas d'avenir.

   La paix passe par la justice. Et sans un partage plus équitable des ressources de la planète entre les peuples, il n'y a pas de justice...

   Paix = Justice = Partage

   "Tant qu'un seul enfant meurt de faim dans un monde d'abondance, nous n'avons pas de justes relations humaines" écrit Benjamin Creme. 

   Une équation si simple à écrire mais dont la résolution semble à des années lumières!

   Plus ça va moins ça va mais on y va gaiment...

   Une chose maintenant : Je ne me vois pas grimper sur un tabouret pour proclamer la bonne nouvelle! J'en serais d'ailleurs bien incapable, j'aurais plus envie de partir en courant qu'autre chose...

   Mais cette histoire qu'est-ce qu'on en fait ?  Benjamin n'a quand même pas écrit tous ses livres pour que personne ne les lise et surtout que personne n'en parle jamais!

  Ses affirmations s'inscrivent dans une grande opposition "moderne" (c'est du moins comme ça que je vous les choses) 

   - Le camp de ceux pour qui il n'y a pas d'intention dans l'univers (Jacques Monod, Sartre, et tous leurs suivant...)

   - Et le camp de ceux pour qui la présence de 7 à 8 milliards d'individus s'excitant sur une planète a une signification qu'il nous reste à découvrir...

   Comme on est bien parti pour tous rôtir à la fin du siècle, et même qu'aux yeux de certains l'apocalypse climatique c'est encore un peu long à attendre, et qu'ils se tâtent pour l'apocalypse nucléaire,... je ne suis pas sûr que l'on puisse s'offrir le luxe de négliger la moindre piste.

   Ceci dit, je prétend juste être le perroquet le plus fidèle possible de tout ce qu'a pu dire et écrire Benjamin Creme. Je m'en voudrais de déformer ou colorer quoi que ce soit. C'est pourquoi si ceux qui m'auront lu jusqu'ici (à supposer qu'il y en ait) pouvaient se faire une opinion (par eux-mêmes!) au sujet de ce que je persiste à appeler des "informations", ce serait parfait. (partageinternational.org)

   Une intelligence collective me semble plus puissante qu'une simple intelligence individuelle.  (et je me souviens de Descartes se méfiant de son propre entendement dans Le Discours de la Méthode...)

   Benjamin Creme c'est 40 années d'enseignements et d'informations étonnantes. C'est plusieurs ouvrages traduits dans de nombreuses langues. C'est aussi , et peut-être surtout, la revue mensuelle de langue anglaise Share International, qui existe depuis 1982, et qui paraît également en français (depuis 1988) allemand, espagnol, néerlandais, japonais et slovène...

   C'est un corpus énorme renouvelant tout ce qui semblait jusqu'ici solidement établi...

   Bon fin de la pub !

   Mais encore une fois me laissez pas seul les mecs, ça serait sympa! Elle fait pas mal cette histoire, elle est même de nature à redonner espoir à un monde qui souffre et en a bien besoin...

   Quant à sa vérité finale, on peut s'en remettre à Saint Augustin : "La vérité est comme un lion, tu n'as pas besoin de la défendre. Libère la et elle se défendra toute seule."   

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali