Emile Rabreau
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2022

« Accueil pour tous ! » : à Pantin, 150 exilés survivent dans un camp

Ce dimanche trois avril, sous un soleil de printemps et un froid encore hivernal, plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour réclamer la mise à l'abri de 150 personnes survivant dans un camp à Pantin. Après une campagne présidentielle où les idées d'extrême droite ont jailli de toute part, cette mobilisation résonne gravement avec le 1er tour de l'élection, dimanche prochain.

Emile Rabreau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La manifestation a été coorganisée par les personnes exilées et les associations de soutien. Elle doit partir depuis le camp "Cheval noir", qui tient son nom du square dans lequel il a progressivement été installé en fin janvier dernier, près de la station Raymond Queneau du métro 5.

En tête de cortège, les hommes exilés, majoritairement d’origine afghane, tiennent fermement une banderole réclamant un « accueil pour tous ». Ils entonnent le long du canal Saint Martin des slogans en brandissant leurs nombreuses pancartes. On peut notamment lire sur certaines d’entre elles : « Un toit pour tous », « Je veux aller à l’école » ou encore « Je veux être un homme heureux ».

Les soutiens associatifs et les passant-e-s suivent de près avec ferveur les hommes survivants pour certains depuis plusieurs mois dans le camp. La "Fanfare invisible" fait danser et chanter les manifestant-e-s. La police nationale (Compagnie d'Intervention et Brigade Anti Criminalité) surveille avec vigilance la mobilisation.

L’arrivée de la manifestation est symbolique : elle se fait à la limite de Paris, sous le pont du canal de l’Ourcq, rebaptisé "pont Delphine Seyrig" par les associatifs et les personnes exilées, en référence à l'arrêt de tramway juste à côté. C’est à cet endroit qu’en fin d’année dernière, de nombreux hommes exilés ont été réprimés par la police, qui les obligeait à partir toujours plus loin de Paris. La préfecture en était même allée jusqu’à donner l’ordre à ses agent-e-s en bleu de répandre de l’huile sur le sol sous le pont pour empêcher tout campement ou encore à gazer le peu de nourriture dont disposaient les hommes survivant dehors, dans le froid de l’hiver.

C’est à cause de cette répression que les personnes exilées se sont progressivement installées dans le square "Cheval noir" à quelques kilomètres du pont, repoussées toujours plus en périphérie, entre Pantin et Bobigny. Le deux avril, sur ses réseaux sociaux, le collectif Pantin Solidaire explique d’ailleurs au sujet de l’itinéraire de la manifestation : "68 jours plus tard en sens inverse…", faisant référence au premier jour d'installation du camp le 28 janvier dernier, après que la police soit parvenue à faire fuir les personnes exilées du pont Delphine Seyrig.

L'objectif de cette manifestation était simple : demander l’accueil inconditionnel des personnes qui survivent dans la rue, notamment pour celles implantées au campement "Cheval noir".
Les pouvoirs publics sont parvenus à mettre en place un dispositif important pour l'accueil des Ukrainien-e-s, pourquoi ne pas en faire de même pour les personnes en situation d'exil originaires d'autres pays ?
L’accueil à géométrie variable a un impact direct sur des centaines voire des milliers de personnes, contraintes faute d’autre solution de vivre dehors, dans l’attente que les pouvoirs publics daignent se préoccuper de leur situation.


A quelques kilomètres de la mobilisation pantinoise se tenait dans Paris une manifestation contre les idées d’extrême droite. Ces deux manifestations résonnent gravement avec le premier tour de l'élection présidentielle qui doit se tenir dimanche prochain.
Les idées d’extrême droite prolifèrent depuis longtemps dans les champs politiques et médiatiques. Leur diffusion a été rendue légitime par opportunisme et complaisance par de nombreux bords politiques si bien qu’elles ont abondées durant la campagne présidentielle sans que peu ne s’en indignent ni ne s'y opposent. Aujourd’hui, la droite et l'extrême-droite sont placées favorites au premier tour de l'élection présidentielle.

La crainte est gigantesque à l'idée que les violences subies par les personnes exilées soient maintenues voire s'exacerbent pour encore cinq années de suite.

Mobilisons-nous !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat