Emmanuel Antoine
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2014

« Architecte : du maître de l’œuvre au disagneur » de Bernard Marrey

Emmanuel Antoine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Partant de la construction de la coupole de la cathédrale de Florence au XVe siècle, à travers plusieurs récits de chantiers, cette histoire des architectes publiée en novembre dernier décrit les grandeurs et décadences d'une profession depuis qu'elle a vu le jour au XVIe siècle.  En s'éloignant des contraintes de fabrication, des matériaux utilisés au profit de bureau d'étude, la profession d'architecte est reléguée aujourd'hui à un rôle de dessinateur de plan, perdant la maîtrise d’œuvre d'un bâtiment. Elle fait face également à des clients publics qui perdent eux-mêmes la maîtrise d'ouvrage de leur projet au profit de grandes entreprises du BTP (Bouyges, Vinci, Spi-Batignolles, Effaige) depuis notamment la mise en place des PPP (Partenariat public privé) en 2004.
Le livre retrace également la manière dont parfois la profession entretient elle-même ce « mur d'orgueil »1 entre la maîtrise d’œuvre d'un côté et le gros et second œuvre de l'autre. La phrase  de Jean Balladur (architecte de la Grande Motte) adressé à Paul Chaslin (GEEP-Industries) à  l'occasion d'un colloque sur l'architecture en 1970 est révélatrice : « n'oubliez pas qu’ici, vous représentez la matière et nous l'esprit ». Fernand Pouillon en 1980 le soulignait de manière explicite :
« La normalisation » pour employer un langage contemporain date de Colbert, de la création de l'Académie. L'architecte devient le plus souvent un professionnel qui se détache de la glaise, de la boue des chantiers. Il observe de haut, il n'invente plus de techniques, il juge. Au côté du client, il apparaît comme le garant de la morale mais se mêle de moins en moins de construire par lui-même. La responsabilité des prix, la productivité, les techniques nouvelles sont laissées à des praticiens entrepreneurs, autrement dit mercenaires du bâtiment opposés aux artistes. De ce moment commence la froideur, la décadence de l'architecture »2.
Au moment où nos sociétés s'interrogent sur les limites d'une économie numérique tertiarisée, affranchie de toutes contraintes et de toutes responsabilités, où chacun éprouve le besoin de retrouver un autre rapport aux temps, le sujet de ce livre fait écho bien au-delà de la profession des architectes. Il fait écho auprès de tous ceux qui, comme nous, sont persuadés que l'addition d'artisanats est plus efficace à répondre a des besoins sociaux et des enjeux écologiques, que des mécanismes de concentration capitaliste (public ou privé) qui considèrent « qu’il y a d’un côté, ceux qui pensent le travail et ont le droit de s’interroger sur le pourquoi et de l’autre, ceux qui l'exécutent et seraient cantonnés à la question du comment. »3.
 « Architecte : du maître de l’œuvre au disagneur » de Bernard Marrey aux Editions du Linteau 20€ 169 pages

http://www.editions-linteau.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=92

1 Walter Gropius – Manifeste du Bauhaus -1919

2 Lettre à un jeune architecte, Paris, Éditions du Linteau, 2010

3 Positionnement de l'association MINGA : http://www.minga.net/IMG/pdf/Texte_de_positionnement_Minga.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND