Emmanuel Esliard
Merdre alors !
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2011

Palestine : la violence inaudible !

Emmanuel Esliard
Merdre alors !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Palestine, tout est relatif : la violence des colons dont vous n’entendez pas parler
Yousef

14 avril 2011

Lorsque j'ai entendu, le 12 mars, l'horrible nouvelle que cinq colons israéliens avaient été assassinés chez eux dans la colonie d'Itamar, je savais que ce n'était qu'une question d'heures avant qu'un mauvais article décrive les meurtres comme la fin d'une « accalmie de la violence » ou la fin d'un « calme relatif » depuis une attaque près d'Hébron, l'été dernier, au cours de laquelle quatre colons israéliens avaient été tués.

A l'époque, le Washington Post avait publié un éditorial disant que l'attaque mettait fin à "trois ans de paix" dans la région, éditorial auquel nous avions répondu sur ce site.


Je suppose donc qu'il ne faut pas être autrement surpris que Janine Zacharia, du Washington Post, ouvre la voie en affichant une ignorance complète de la situation qu'elle est censée couvrir, ou un parti-pris manifeste pro-Israël (ou les deux).


Voici l'article de Zacharia du 13 mars et l'extrait important :


"Le quotidien israélien Ha'aretz, citant une enquête préliminaire, a rapporté que les enfants étaient âgés de 11 ans, 3 ans et 3 mois. Le journal dit aussi qu'une autre fille de 12 ans et deux de ses plus jeunes frères ont réussi à s'échapper. L'attaque a brisé un calme relatif qui a prévalu en Cisjordanie ces derniers mois, tandis que les forces de la sécurité palestinienne assurent un contrôle plus strict dans les territoires où Israël les autorise à opérer, et que les forces israéliennes et palestiniennes coordonnent le travail sécuritaire.
En août dernier, quatre colons juifs avaient été tués dans une fusillade en Cisjordanie
."


La chronologie de Zacharia est probablement représentative de la couverture de ces événements dans la plupart des grands médias, malheureusement. On livre aux lecteurs américains ou aux consommateurs des principaux médias un message simple et clair : des Israéliens sont tués à 6 mois d'intervalle et entretemps, tout était calme.


Le problème est que pour Zacharia et beaucoup des médias, un "calme relatif" signifie qu'aucun Israélien n'a été attaqué, blessé ou tué, et ignore l'occupation et la violence continuelle contre les Palestiniens.


Dans cette période de "calme relatif", le groupe israélien pour les droits de l'homme B'Tselem a recensé qu'au moins 41 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes dans le territoire palestinien occupé. Parmi eux, Omar Qawasmeh, le civil palestinien de 66 ans qui a été massacré dans son lit alors qu'il dormait et que deux civils Palestiniens d'une vingtaine d'années, non armés, avait été assassinés au même checkpoint en moins d'une semaine.


Le fait que ces articles puissent décrire les meurtres de dizaines de Palestiniens par des soldats israéliens comme un "calme relatif" et les trouver complètement inintéressants est dégoûtant en soi. Pourtant, ce n'est qu'une partie de l'histoire.


Les lecteurs savent peut-être qu'un de nos projets de recherche en cours, au Centre Palestine, est de recenser et d'analyser la violence coloniale israélienne contre les civils palestiniens. L'automne dernier, nous avons fait une présentation détaillée de ces données qui mettent en lumière une facette de l'occupation presque jamais abordée.


L'analyse couvre des données de janvier 2009 à août 2010 et comprend plus de 1000 cas de violence de colons. Depuis lors, nous avons entrepris le codage d'une période beaucoup plus importante qui couvrira 6 années et nous permettra d'en comprendre plus sur l'histoire et la trajectoire de la violence des colons israéliens. Ce sera l'analyse la plus complète sur la violence coloniale que je connaisse. J'espérais faire une présentation actualisée couvrant ces nouvelles données pour cet automne, cependant, compte tenu de la récente flambée de violence des colons israéliens, nous avons accéléré le projet et nous ferons la présentation au printemps prochain.


Donc, quels cas de violence des colons y a-t-il eu pendant la période de "calme relatif" décrite par Zacharia ? Il y a eu, en fait, plus de 300 cas de violence de colons pendant cette période, qui ont laissé plus de 85 palestiniens non armés blessés, 4 morts et des dommages aux biens inestimables (dont des milliers d'oliviers et d'amandiers brulés ou déracinés). Parmi ces événements, il a eu plus de 26 cas d'incendies criminels, 59 destructions de bien, 32 attaques physiques, 20 tirs, 60 jets de pierre et 23 vols. Il y a eu aussi 10 cas d'attaques par voiture où des colons ont renversé des civils palestiniens, dont 2 enfants de 5 et 11 ans à Hébron, un homme de 85 ans à Salfit et cette horrible action filmée à Jérusalem.


Les attaques sont parties des colonies de Adora, Ariel, Ateret, Bat Ayin, Beit El, Beitar Elit, Bracha, Dulip, Efrat, Eli, Eli Zehav, Elkana, Elon Moreh, Haggai, Halamish, Harsina, Havat Gilad, Immanuel, Itamar, Kaida, Karmei Tzur, Karmel, Karnei Shomron, Kedumim, Maale Mikhmas, Maon, Maskiyot, Neve Daniel, Rehalim, Revava, Shama, Shuvot Rachel, Shilo, Sussia, Talmon, Kfar Tappuah, Yaki, Yash Adam and Yitzhar.


Elles ont été dirigées contre 79 villes et villages palestiniens différents, dans les districts de Cisjordanie ... et ceci seulement sur les 6 derniers mois.


Si ces 6 mois peuvent être décrits comme un "calme relatif", on peut vraiment se demander quelle somme de violence contre les civils palestiniens pourrait être considérée comme marquante par les grands médias !


Dans un monde où tout est relatif, il semble que la grande presse américaine a décidé que les vies des Palestiniens sont relativement sans valeur comparées aux vies israéliennes. Mais c'est aussi un monde où les médias traditionnels perdent de leur emprise sur le contrôle de la narration et les informations qui contredisent directement le journalisme défaillant sont disponibles au bout des doigts de chacun.


Nous continuerons à faire notre part pour vous apporter cette information, en particulier sur la violence des colons, et nous espérons que vous la partagerez avec d'autres qui, sinon, seraient induits en erreur par des grands médias relativement sans valeur.

Source : ISM France

Traduction : MR pour ISM

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier