Emmanuel Esliard
Merdre alors !
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2010

Emmanuel Esliard
Merdre alors !
Abonné·e de Mediapart

Edwy Plenel chroniqueur chez Ruquier

Emmanuel Esliard
Merdre alors !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Edwy Plenel chroniqueur chez Ruquier

« Edwy Plenel, le patron du site d'information Mediapart, remplacera le chroniqueur Eric Naulleau dans le prochain numéro d'On n'est pas couché, le talk show de Laurent Ruquier diffusé chaque semaine sur France 2 », signale l'AFP (donc ce soir samedi 23 octobre 2010). Interrogé par Le Post, EdwyPlenel confirme qu'il ne s'agissait pas d'une blague. Il devrait bien participer à l'émission qui sera diffusée samedi soir en tant que chroniqueur, au côté d'Eric Zemmour. «Je ne remplace personne. S'il faut poser des questions, je le ferai. Je ne sélectionne pas les tribunes, je prends les invitations», explique-t-il.

L’annonce ne figure pas en une de Médiapart où elle risquerait d’etre prise pour un blague ou une infâme traitrise de la part d’un abonné déçu. Or depuis le remplacement de P. de Carolis à la tête de France TV, Ruquier et Zemmour figurent sur la liste noire de Sarkozy, d’après une information donnée le 31 août sur point.fr et sur rue89.com. Donc, ou bien Ruquier, qui est de gauche, va renforcer cette image de lui-même et d’une équipe qu’il reconstitue au gré des attentes de son public, et dans ce cas, il se sert de Plenel pour renforcer cette image. Ce qui serait tout à fait correct et habile de sa part si son émission est vraiment vouée à disparaître par intervention personnelle de Sarkozy, et de Carla Bruni.

Toute autre est le cas d’Edwy Plenel, qu’il soit ou ne soit au courant de la situation de son nouvel employeur. S’il ne l’est pas, il se fait avoir comme un naïf en pensant pouvoir utiliser Ruquier au service de la cause de Médiapart, y compris financièrement puisque ses émoluments seraient entièrement reversés au journal ; il se fait avoir parce que personne n’utilise Laurent Ruquier pour sa propre cause. Mais dans l’hypothèse contraire, Plenel et Ruquier ont passé un contrat d’assistance réciproque pour les mois qui viennent. Or, si Ruquier sait parfaitement tâter le pouls de son public, on ne peut pas en dire autant de Plenel avec son lectorat et son club d’abonnés. Pour ces derniers, l’information donnée hier sur un blog fait plutôt l’effet d’une mauvaise blague.

Depuis son appel emphatique au peuple, E Plenel a intercalé entre les commentaires, des réponses aux critiques qui se sont récemment exprimées sur la ligne éditoriale, en parlant de malentendus : « Quand je dis "malentendu",c'est au sens premier : les journalistes n'ont légitimement pas compris qu'on ne comprenne pas leur démarche loyale et transparente, et qu'on les accuse d'être des suppôts du grand capital tout simplement parce qu'ils faisaient honnêtement leur travail; à l'inverse, certains lecteurs n'ont pas compris que les journalistes prennent mal leur interpellation et répliquent, à leur tour, vivement à des commentaires qui, eux-mêmes, étaient parfois violents. » Autrement dit, en cas de malentendus, ce sont les lecteurs qui ont tort.

Mais à qui donnera-t-il tort si certains lecteurs et à plus forte raison abonnés, lui demandent des explications sur son nouveau métier de chroniqueur, dans une tribune très populaire mais pour cette raison, pas très vue par le« peuple » de Médiapart ?

PRECISION de la rédaction de Mediapart: Edwy Plenel a répondu aux questions posées par ce billet. Sa réponse se trouve ci-dessous dans le fil des commentaires, postée à 13h33 le samedi 23 octobre 2010.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Lycée fermé pour « séparatisme » : deux ans d’accusations kafkaïennes, un dossier toujours vide
Cet établissement parisien hors contrat présenté comme « coranique », « clandestin » et « séparatiste » a été fermé par les autorités en décembre 2020 et sa directrice était jugée en appel à Paris ce vendredi. Mais deux ans après, rien dans le dossier consulté par Mediapart ne vient étayer ces accusations.
par David Perrotin
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis