Emmanuel Riondé
Pigiste Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2022

Emmanuel Riondé
Pigiste Mediapart

Pour saluer Le Ravi

Le Ravi, mensuel enquête et satire en région marseillaise, cesse de paraître. Bref hommage à ce fleuron de la « presse pas pareille ».

Emmanuel Riondé
Pigiste Mediapart

Un journal ferme boutique. Après 18 ans d'existence, le mensuel marseillais Le Ravi a baissé les bras en fin de semaine dernière. Cessation de paiement, liquidation judiciaire. Fin de l'aventure pour la petite équipe de 6 salarié·es qui faisait vivre le journal. Ils et elles se retrouvent au chômage et vont sûrement commencer par prendre un peu de repos. C'est pas volé.

Le Ravi c'était le choix de la presse papier, celle qui noirçit un peu les doigts, et du dessin de presse, celui qui fait rire ou grincer. Le parti pris crânement défendu d'une satire jamais malveillante, jamais méprisante ni raciste, souvent piquante et toujours tricotée avec des contenus journalistiques de qualité : enquêtes étayées, reportages bien écrits, dossiers fouillés, entretiens, chroniques, débats.

On y trouvait chaque mois le récit de tout ce qui fait la vie d'une aire régionale : les tribulations pas souvent glorieuses (euphémisme) des élu·es, les élans de vie des mouvements sociaux et du monde de la culture, les mobilisations associative et citoyenne. Et aussi un suivi pointilleux et documenté du poison fasciste qui, en PACA comme ailleurs mais là-bas plus tôt et plus vite, s'instille patiemment dans les veines du pays.

Le Ravi c'était chaque mois quelques formats originaux et percutants qui vont nous manquer : le « contrôle technique de la démocratie » (reportage embeded dans un conseil municipal quelque part en Provence), ou le « poids lourd » (portrait de Der d'une « personnalité qui présente une surcharge médiatique »). Leur ultime 4 pages en ligne est fidèle à cette ligne.

Raconter autrement la vie en PACA et à Marseille, prendre toute sa place de média dans le débat local, intervenir auprès des minots pour faire de l'éducation populaire: l'utilité politique du Ravi, alternative de choix à la Provence récemment rachetée par Rodolphe Saadé, le patron de la CMA-CGM * qui aura été le dernier poids lourd portraitisé par le mensuel, n'est pas contestable.

Tout cela prend fin, ce n'est pas un échec, c'est une histoire qui arrive au bout. Le pognon, dont celui, public, qui tombe largement dans les caisses des médias dominants, a manqué. Et l'on finit par s'user à devoir toujours repartir au combat, non pas pour faire son boulot de journaliste, mais pour convaincre les lectrices et les lecteurs qu'il faut s'abonner, lire, que l'indépendance à un prix etc. Convaincre que face à une presse quotidienne régionale (PQR) toujours plus notabilisée et ronronnante, fait-diversière jusqu'à l'outrance, et généralement dans les mains de grands patrons, il faut, quand on le peut, soutenir celles et ceux qui font vivre une alternative médiatique. C'est un acte politique qui n'est pas mineur.

Le Ravi appartenait à l'archipel français de la « presse pas pareille » - une expression qu'on leur doit -, critique et indépendante, structurellement en lutte pour sa survie (ici, une carte proposée par l'Age de faire). Il en était même l'un des fleurons. Dix huit ans d'indépendance, à chercher des poux aux « élites » dirigeantes, à décrypter et à documenter les enjeux de la vie locale, en se marrant, loin de Paris et de ses réseaux de soutien, c'est pas mal du tout. L'équipe du journal sort la tête haute du champ de bataille médiatique. Respect, bravo, merci et bons vents à elles et eux. Et force à toutes celles et ceux de la « presse pas pareille » qui continuent d'aller au charbon...

* rectification ajoutée le 15/09/22: Rodolphe et non pas Jacques, son père, décédé, comme je l'avais écrit par erreur. Merci au lecteur très averti qui m'a signalé la coquille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac