Bricks – un film salutaire sur la crise et le soulèvement de la ville espagnole

Une usine. Des briques. Une ville… fantôme. Des expulsés qui refusent de l’être. Un film à voir de Quentin Ravelli.

Bricks - chantier à l'arrêt Bricks - chantier à l'arrêt

Bricks ? Des millions de briques, en Espagne. Cadrées, découpées, saucissonnées. De superbes plans d’usine.

Bricks ? Une maquette chez Monsieur le maire. Très propre. Et dehors une ville, couverte de briques.

Mais vide, mais abandonnée avant même d’avoir été habitée. Une sorte de maquette à l’échelle 1/1.

Et puis des gens qu’on poursuit, qu’on expulse.

Des maisons vides… et des gens sans maison. Bricks, c’est d’abord ce paradoxe.

Et l’architecte qui continue de parler brique.

Et des gens qui « s’indignent », qui luttent. Qui parfois l’emportent.

Filmer des gens qui l’emportent est sain. Nous manquons d’imagination.

Bricks - Affiche Bricks - Affiche

A Paris, le film n’est diffusé qu’aux 3 Luxembourg.

 

A lire : Quentin Ravelli fait également paraître Les Briques rouges aux éditions d’Amsterdam.

Rappelons aussi, sur le même sujet, le beau livre d’Anthony Poiraudeau, Projet El Pocero – Dans une ville fantôme de la crise espagnole, aux éditions Inculte.                     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.