Emmanuel Rubio
Abonné·e de Mediapart

99 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2022

Anne-James Chaton : quand la poésie rejoue la Genèse version Matrix

Anne-James Chaton et Alva Noto présentaient hier à la Gaîté lyrique leur spectacle « Alphabet », associant poésie objective et musique électronique. Pour une immersion totale dans le tourbillon des lettres et le retour à une genèse fantastique des livres et du monde. Hors-pair.

Emmanuel Rubio
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Anne-James Chaton & Alva Noto, "Alphabet" à la Gaîté lyrique.

Les classiques ont longtemps médité sur le singe écrivain qui, tirant les lettres une à une, au hasard, pourrait bien un jour recomposer Homère, ou la Bible elle-même. Peut-être l’ère des ordinateurs est-elle la mieux à même de relancer cette interrogation. Infatigables, à la différence de notre simiesque confrère, ultra-rapides, absolument systématiques… il n’y a pas de raison qu’ils manquent la combinaison gagnante, l’Iliade enfin retrouvée, intacte, sans la moindre perte. On pouvait y penser, hier soir, face à l’immense tableau de lettres tournant sur elles-mêmes, à toute vitesse, sur lequel se détachaient Anne-James Chaton et Alva Noto. Une sorte de panneau d’aéroport en folie, prêt à annoncer tous les départs, y compris les plus imprévus, les moins prononçables. Régulièrement un mot en sortait, proféré au même moment par Anne-James Chaton d’une vois toujours égale. Dans l’ordre alphabétique. Il semblait que l’on assistait à la genèse mécanique des mots, sans la moindre part de subjectivité.

Un tel bouillonnement de lettres bleutées, toutes identiques, se recomposant toujours et se projetant sur le visage même de leur proférateur, rappelait pourtant une autre vision : Matrix et sa génération informatique du monde. Plus encore peut-être quand Anne-James Chaton n’égrenait plus que les 0 et 1 du code binaire qui défilait derrière et sur lui. Mythiquement, c’était le monde qui se forgeait sous nos yeux, incompréhensible, plein de violence et de crashes aériens.

Anne-James Chaton & Alva Noto, "Alphabet" à la Gaîté lyrique.

Peu à peu surgissait ainsi un autre mythe encore, au plus loin du singe littérateur : celui promu par la Kabbale d’un monde mis en branle par le tourbillonnement des lettres. Derrière l’affolant panneau d’aéroport perçaient les roues de lettres du Sepher Yetsirah et de la Genèse revue et corrigée. « Au commencement était le Verbe… » Imagine-t-on émotion plus grande, pour un amateur de lettres, que de se trouver embarqué dans ce tohu-bohu renouvelé ? Genèse tout entier, les oreilles littéralement envahies par l’intensité, le corps physiquement pris par les ultra-basses d’Alva Noto, sans échappatoire possible…

Il n’est jusqu’à l’hésitation entre mécanique pure et émergence miraculeuse qui ne participe de l’expérience. Réglée au dixième de seconde près, et comme neutralisée, la voix d’Anne-James Chaton semble entièrement liée au défilement électronique. Pendant plus de trois quarts d’heure. La performance est impressionnante : une voix d’homme peut-elle tenir longtemps à ce rythme-là ? Mais c’est aussi qu’elle se mesure à la machine et entend bien la reprendre en main. Lire les codes les plus abstraits, jusqu’au binaire informatique, c’est rappeler qu’ils sont langage, qu’ils sont écrits. C’est refuser de négliger tous ces écrits apparemment illisibles qui nous gouvernent d’autant plus aisément que nous les laissons dans l’ombre.

Anne-James Chaton & Alva Noto, "Alphabet" à la Gaîté lyrique.

Prise entre sa mécanisation extrême et la mise en lumière des conditions bien humaines de l’aménagement du monde, la poésie d’Anne-James Chaton paraît toujours engagée dans un combat, vital, que poursuit la danse saccadée, enflammée, de son public. Après bien des mots, isolés, par deux, par trois, le singe électronique finit par générer une strophe de Verlaine : « Les sanglots longs / Des violons / De l’automne / Bercent mon cœur / D’une langueur / Monotone. ». Scandée, cassée, hachée, répétée, la phrase reprend toute cette force d’obsession dont on oublie trop souvent que Verlaine, loin de toute musique agréable, l’avait associée à l’insupportable monotonie. Plus tard, avec « Uni Acronym » et sa longue énumération de logos trilittères, c’est pourtant l’emprise sur le monde qui fait retour. Cette pièce, désormais classique, le public la connaît presque par cœur, images incluses. Mais avec « Alphabet », Anne-James Chaton est au meilleur de lui-même. Il y a assurément trouvé l’équivalent de ce que fut pour Bernard Heidsieck « Le Carrefour de la Chaussée d’Antin » : une inoubliable expérience de la poésie et de son monde.

Alva Noto & Anne-James Chaton - ALPHABET LIVE (Teaser) © Alva Noto

PS : A défaut de spectacles, malheureusement trop rares, on peut écouter « Alphabet » sur les différentes plateformes de musique en ligne. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA