mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 29 juil. 2016 29/7/2016 Dernière édition

Un «martyre minuscule»

Dans ce qui peut à bon droit être tenu pour une œuvre majeure de l'histoire de la littérature française, Vies minuscules, Pierre Michon se fait l'hagiographe d'anonymes à qui l'alchimie complexe des Lettres confère le statut de héros. De héros du quotidien sans grade, de ce que Georges Pérec nommait «l'infra-ordinaire», mais de héros.
© BFMTV
© BFMTV

Dans ce qui peut à bon droit être tenu pour une œuvre majeure de l'histoire de la littérature française, Vies minuscules, Pierre Michon se fait l'hagiographe d'anonymes à qui l'alchimie complexe des Lettres confère le statut de héros. De héros du quotidien sans grade, de ce que Georges Pérec nommait «l'infra-ordinaire», mais de héros. C'est fait et écrit sans burlesque, sans ricanement, c'est écrit comme candidement, c'est fait, c'est écrit, c'est guilloché par une forme nonpareille, c'est conçu depuis l'amour sans fard d'êtres qu'ignore le plateau des majestés tragiques.

Le 26 avril dernier, Rémy L., employé de France Télécom-Orange de 57 ans, s'immolait sur le parking de son lieu de travail.

Saura-t-on faire le récit de ce « martyre minuscule » ?

Saura-t-on recruter en soi ce qu'il faut d'adolescence morale et politique pour dire l'infamie collective de ce qui a conduit ce corps à s'effacer du paysage, à faire sur le mode mystique la démonstration pratique de son annihilation par autrui, à illustrer la souffrance atroce suscitée par la superbe ignorance d'un temps où se partage le pouvoir entre tyrans minoritaires et aveugles et superstructure monétariste monomaniaque sans visage et partant sans regard.

Ce que dit peut-être le sacrifice de Rémy L., celui, aussi, de ceux qui l'ont précédé chez France Télécom-Orange, ailleurs, celui, encore, de Mohamed Bouazizi, l'immolé de la révolution tunisienne, c'est le désespoir engendré par un temps sans regard.

C'est le sourire éperdu adressé par la communauté des hommes à un temps politique qui a fait de la radicalité de son indifférence, de la sophistication malade de son aveuglement face au citoyen, la clé putative de leur bonheur d'ici...

Peut-être que ce n'est pas que l'on ne veuille plus mourir, ici et maintenant, quêtant par tous les moyens les conditions d'une éternelle jeunesse, peut-être que c'est plus humblement que l'on veut séduire, que l'on veut être vu.

C'est même sans doute, osera-t-on l'écrire, que l'on voudrait bien, ici et maintenant, être aimé.

Or, l'exemple donné par le gouvernement contemporain de la vie des hommes, est, au nom du mirage d'une prospérité qui entrave l'être, celui du désamour.

La Polis a cloué nue la Cité "au poteau de couleur", au poteau sacrificiel de la carence affective massive.Le temps est un amant délaissé qui s'échine à se faire beau, cesse de fumer, mange sain, dévale des kilomètres de pente en caoutchouc, fait aller et venir la fonte, travaille à voter, à penser au cordeau.

Et qui s'échine en vain.

Les corps et les âmes évoluent dans l'angle mort, ils appellent, ils font la roue, ils jouent de tous leurs atouts, de tous leurs atours, pour plaire et pour servir.

Ils sont accorts, ils sont beaux, ils veulent vivre loin pour plaire et pour servir.

Ils enseignent à leurs enfants juste ce qu'il faut de savoir pour plaire.

Ils consomment de culture juste ce qu'il faut de culture pour plaire.

Leur jouir se cache ou se fait Droit, leur révolte s'émousse, leur enchantement se nuance : celui qui veut plaire ne connaît d'aventure que celle de l'offrande d'un regard.

Or, le temps est aveugle.

Les sujets qui y promènent sont orphelins d'une vision de l'homme.D'une vision de l'homme qui voie, qui regarde l'homme.

Ils sont devenus les objets d'une passion morte, les inféodés d'un monde qui pense faire le bien du sujet en le niant comme sujet, en le comblant d'objets qui lui ressemblent, qui ne sont pas davantage objets que lui puisque l'attention qu'on leur porte est au fond la même.

Puisque le regard du temps sur le sujet est aussi mort que celui que l'on pose sur un pur objet pur, sur une forme « insignifiante », sur un signifiant de rien sinon de fonction, sur un désert symbolique, sur une parole tue.

La Cité est un corps qui ne plaît plus à la Polis. La Cité est une voix à laquelle la Polis est désormais sourde. La Cité est une désaimée.

Elle hurle le dépit et, ce faisant, elle désigne l'absurde : elle hurle le dépit de se voir tenue dans une nuit par un regard détourné, elle désigne l'absurde en quoi consiste le fait d'être tenue pour rien par ce qu'elle a conçu et qui a pour vocation prétendue la conception de sa prospérité d'âme et de corps.

Rémy L. est l'un des « martyrs minuscules » de ce temps ; à l'instar d'un tragédien, il a tiré les conséquences exemplaires d'une souffrance particulière, il a fait exemple, il a fait leçon.

Mais il a fait de son corps la matière même de la leçon.

Cette leçon, le champ social en souffrance le dit lorsqu'il dit : « je travaille depuis si longtemps pour cette boîte, comment peut-on... ? »

Lorsqu'il dit le désamour et son horreur à celui qui le lui fait vivre, comme Elvire le dit à Dom Juan.

Rémy L. a fait litière de soi pour dire ce donjuanisme, cette perversité profonde, cette cruauté benoîte, cette irresponsabilité puérile du temps contemporain.

 

Qui saura porter témoignage en 2012, se faisant en quelque manière le porte-voix d'une candidature posthume à l'élection présidentielle de Rémy L et de ses frères en martyre, de l'exigence du citoyen de rencontrer, enfin, un temps politique qui en soit, au profond, épris ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Reçu du philosophe Jean-Claude Conesa cet extrait splendide du philosophe plébéien Louis Gabriel Gauny s'adressant dans la
préface de son livre aux prolétaires :


"Je vous dédie ce livre chagrin et stigmatisé, fait de pénombre et d'abruptions
inspirées par les emportements d'un travail matériel qui ne laisse à la pensée
que de sombres symboles, dont les récits consomptifs, souvent incomplets,
toujours turbulents sont l'orageux miroir de notre sort.
Vous exigeriez trop, si pleins de ferveur pour notre cause, vous espériez
trouver dans ces pages un élément de délivrance : la délivrance est l'oeuvre de
tous, mais chacun peut apporter dans l'arène sa part de tourment, c'est -à-dire
de force, en racontant les crises qui passent chez celui que ravagent les
perturbations du prolétariat ; a fin que d'autres saisissent à travers leurs
transports sauvages un besoin de vie, un moyen de réhabilitation. je me
désespère de ne pouvoir vous offrir cette pureté de langage dont, j'en suis
sûr, vous avez en vous le sentiment, j'ai appris à parler mal comme d'autres
entourés de bons exemples se sont accoutumés au mot propre, à la phrase légale.
Enfant des faubourgs et sans cesse en rapport avec les verdeurs d'un français
corrompu, pour moi les mauvaises locutions se sont faites principes. Ma
misérable éducation, rétive par instinct et pauvre de mémoire, laisse courir ses
syntaxes séditieuses comme une bande de vandales poursuivis par la loi. Mais
déchirez la superficie de ce roman pour entrer dans ses pénétrations. peut-être
que vos désirs y rencontreront des amis intérieurs et souriront aux espérances
ascétiques, aux lointaines aspirations de notre âme vers l'infini".

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Emmanuel Tugny

Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Saint-Malo - France

Le blog

suivi par 60 abonnés

Un regard de l'Autre