Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2014

Une peinture dissipée

Le 5 octobre dernier se tenait à Paris, à la Galerie Olivier Nouvellet, l’exposition « Pour une image dissipée » de l’artiste Bernadette Février (1).

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 5 octobre dernier se tenait à Paris, à la Galerie Olivier Nouvellet, l’exposition « Pour une image dissipée » de l’artiste Bernadette Février (1).

© 

Bernadette Février tient en effet beaucoup à ce qu’on dise de sa peinture qu’elle est « dissipée ».

Elle n’y tient pas sans raison.

De série en série, d’opiniâtreté dévolue au développement de telle syntaxe technique en assiduité concédée à tel procédé plastique, l’œuvre de cette artiste « explique », elle déploie, elle déplie, elle élucide, elle résout en décomposant. Elle illustre pied à pied, elle enlumine méthodiquement, maison après maison, scène après scène, chapitre après chapitre, une conception des choses à laquelle elle n’est nullement réductible et qui est sa justification latente.

Tout y dit du monde qu’il est à la fois soluble dans la compartimentation en fragments de son ordre et dans un dépassement de cette discontinuité, ostensiblement désigné par la peinture comme son eschatologie.

© 

Car c’est le projet de l’acte pictural posé par Bernadette Février que de manifester la présence de l’Un, de la « résolution », comme l’au-delà d’un être-là condamné, intus, à l’expérience de la fragmentation subjectale et in cute, à celle, asymptotique, aporétique, de l’altérité comme évidence d’une rupture.

À la façon d’Aristote ou de Guillaume D’Occam, Bernadette Février peint une présence complexe, figurale au carré, désertée par les universaux, orpheline de cette substance machinale, de ce nombre, de cette grille qui en ferait, au monde, l’engin articulé d’une origine révélée au monde par le monde.

Vanité des vanités tragique que ce monde affolé, réduit sous le regard à la floraison inerte et formidable de ses mille milliards d’acquêts disjoints ?

© 

Voile sur voile sur voile sur rien ?

© 

Corpus propédeutique de telle chute sans nom, de tel abandon ?

© 

La peinture de Bernadette Février dit le contraire de cela. Elle est fille d’espérance. En dissipant, en détaillant, en portant au jour la ronde des pièces, en numérotant les abattis du temps, elle ne fait rien moins que souligner le néant où résonnerait leur frottement têtu : elle indique que la dissipation du monde est élan vers la solution de ses élans concurrents en une abolition de tout élan, en une résolution statique qui, à la façon du point d’orgue, est plénitude éminente de la révélation.

Bernadette Février tient beaucoup à ce qu’on dise de sa peinture qu’elle est « dissipée ».

Elle devrait peut-être ajouter qu’elle ne l’est que pour résoudre ailleurs…

(1) : Exposition dédiée par l'artiste à la poétesse, critique et traductrice Jacqueline Risset, disparue le 3 septembre dernier.

Site de l'artiste : http://www.bernadette-fevrier.com

Site de la galerie : http://www.cercleoliviernouvellet.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès