Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2022

Un « grand poème antipoétique »

À propos de Couper les tiges de Virginie Lalucq.

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On sait la passion vouée par Blaise Cendrars, non tant à l’homme Gustave le Rouge, dont il fit un sujet littéraire dans L’Homme foudroyé[1], qu’à son écriture, qu’il honora dans Kodak[2], en la découpant en lambeaux, sur le modèle séminal du « cut-up », au service de son attique et vertigineux recueil, cet emblème allègre de la littérature futuriste.

Lisons-le, définissant, après Apollinaire et mieux, l’exigence nouvelle dont le Rouge illustra, de roman en roman, les impératifs :

« (…) détruire l’image, ne pas suggérer, châtrer le verbe, ne pas faire style, dire des faits, rien que des faits, le plus de choses avec le moins de mots possible ».

Si Gustave le Rouge, cet artisan-limite de l’évacuation du littéraire du littéraire, cet humble corps glorieux « revenu » de la rencontre avec l’esthétique nouvelle, débarrassée des oripeaux du lyrisme affété de la littérature exténuée par les siècles d’écart élitaire, mérite, selon son émule en tabacomanie, la qualification de « grand poète antipoétique », que dire de Virginie Lalucq ?

Son recueil de jeunesse Couper les tiges, dont le titre atteste la portée programmatique, ne se développe pas autrement qu’en vertu de l’ambition des deux cheminées complices du début du XXème siècle, qu’en vertu de l’énergie qu’elles employèrent à doter le siècle à son orée d’une littérature émondée, arasée, ramenée à sa bouture, enfin congruente à un temps de résurgence de l’acte pur sinon gratuit, d’une littérature dégagée de cette gangue de critique, de réflexivité immanente qui, la rendant volubile à l’excès, en souligne l’incapacité tragique, l’impuissance jacassière à s’observer du dedans, c’est-à-dire à définir son objet « in litteras », en un mot, à être brillamment ce qu’elle est : une présence singulière lancée dans le devenir et dont les expansions critiques internes dissolvent la puissance évocatrice « ipse » en y appliquant le vice corrosif des vapeurs critiques de la littérature « qui en est ».

Il faut en effet à la littérature qui entend devenir des œuvres telles que celle de Virginie Lalucq, de ces œuvres qui, « brisant le verre » de l’encyclopédisme littéraire importun afin « qu’éclate un rire », délivrent la beauté du poème de cette « poésie », de cet apparat satisfait dont il n’a que faire pour être poème.

En effet, si le poème est un « titre », une qualification préalable du poème qui, par tous les pores de sa matière de poème, lui pèse, alors vraiment, qu’en reste-t-il qui persiste au temps comme poème qui n’ait été suffoqué, épuisé, par cette qualification antérieure à sa fabrique propre ?

Qu’est-ce qu’un objet dont toute la vertu consisterait en sa qualification préalable sinon cette qualification préalable même, qui « s’en passe » ?

Qu’est-ce qu’un « poème poétique » sinon une contingence aussi mort-née que le rejeton mort-né, chlorotique, d’une lignée qu’il flétrit en dépit de soi de suffocation en suffocation ?

Couper les tiges adresse, après le Rouge, après Cendrars, après le grand Apollinaire, après Jarry, l’affreux rire de l’idiot rédempteur au « poème de poésie » ; il l’adresse aussi à cette pensée littéraire académique qui prend à sa gorge qui veut battre la pensée toujours encore impensée du lecteur au travail vrai.

C’est là sa haute vertu, sa haute puissance comique : elle est un plateau où quelque chose d’un bourgeonnement veut vivre à l’entier détriment de ce qui, l’intégrant, la digérant hors de soi, en obère la capacité à être au temps.

Couper les tiges constitue une tentative d’orphelinat volontaire, une tentative à la fois irrésistiblement farcesque et poignante de l’écriture de s’affranchir de l’écriture, de ne pas confire en tautologie chic, d’être de l’écriture en tant que l’écriture lui « lâche la grappe ».

Poings aux hanches, pouce sur le nez, le livre de Virginie Lalucq œuvre à ne point être « ce que c’est » avant que d’être, à extirper un « sui generis » hors du genre, de son Histoire, de ses ors, de ses dignités et de leurs métastases en l’objet littéraire.

Il veut être, cet objet, son objet, sa culture, ses vertus, sa stature, son « image » propres : il gifle pères et pairs, il intime silence aux voix du dehors de cette esthétique historisée dont il est l’enfant insolent ; il est l’adolescent qui veut faire justice de tout sang reçu, il s’émancipe en brute, il est seul et veut être seul, il prétend être ce qu’il est sur les cendres de ce qu’on fut, de ce qu’on fit pour lui et qui « bavarde », au fond de son petit monde solitaire et singulier, comme la pollution du cancre « au radiateur ».

Oui, la littérature et le poème sont les cancres paradoxaux, les cancres savants, de Virginie Lalucq ; leur polyphonie, leur babil, leur jactance est une nuisance dont la conception d’une voix doit à tout prix faire justice pour opérer au livre.

Le livre à venir, en somme, est, avant que d’être, autodafé de l’idée de livre, nous hurle Couper les tiges.

On lira ici un grand premier livre, un livre vraiment, un livre contre le livre, un livre contre la pensée du livre ; on le lira comme on entend le bon rire, franc, généreux, impitoyable, obtus, libre, d’un être et d’une écriture voués, c’est à dire radicalement, exclusivement, absolument subordonnés à leur devenir.

[1] : 1945.

[2] : 1924.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine