Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

192 Billets

0 Édition

Lien 17 mai 2011

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Quel roi est nu ?

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.youtube.com/watch?v=KLyjFSbiczQ

La fonction principale de l’hypothèse n’est pas, au fond, de délimiter le champ du possible, de circonscrire celui du probable.L’hypothèse, écrirait peut-être Clément Rosset, crée du double.Elle invente un double du réel en l’absence du réel. En l’absence d’avènement, elle formule une forme du vrai qui vient combler l’absence angoissante du vrai. Elle a pour fonction de rassurer celui qu’effraie le silence comminatoire du vrai ; celui qui redoute une forme ou l’autre de l’avènement.L’hypothèse est une façon de prothèse greffée sur le temps et qui lui rend la parole lorsque son silence inquiète.Elle ne construit pas un advenu, elle prépare à un avènement. Elle mithridatise, sur le mode de l’homéopathie (puisqu’il n’est en l’hypothèse que des fantômes de substance), une âme inquiète contre la rudesse, postulée par l’âme, de ce qui est à venir.Ce qui est à venir, l’hypothèse y confronte, y prépare, y dispose.Le silence du monde contraint à la stupéfaction, à la terreur, à la mutité de l’emprise rationnelle. L’hypothèse est propédeutique du phénomène. En plein ou en creux, elle aura eu un peu raison, l’avènement gagné, de l’âpreté de l’avènement. L’hypothèse n’est point fille de l’audace, elle est enfant de l’angoisse téléologique et pour tout dire de la sensation du silence cruel de l’avenir.Elle est invention d’un double du réel en quoi opèrent des causalités, elle est Protée, voix entée d’un temps tragique dont la voix propre est introuvable.Face aux insoutenables avènements qui s’annoncent, en tout état de cause, dans l’affaire Strauss-Kahn, nous formulons des hypothèses.Ce n’est pas que nous passionne le possible, ce n’est pas que nous anticipions, depuis un gai savoir, un à venir qui nous « sacrera sage ».C’est bien plutôt que faire hypothèse nous prépare à endurer le pire, nous permet de modéliser, pour moins en être les patients, pour moins en vivre la passion, ce qui approche, quoi qu’il arrive, et qui nous est intolérable.Ce qui se dit, depuis l’arrestation de DSK, ce qui se dit depuis la prétérition, depuis la précaution consistant à dire qu’on ne dira point, ce qui se dit à l’envi, ce vacarme, est à l’évidence prophylactique : il prépare au pire.Et qu’est-ce que le pire ?L’épouvantable, en l’affaire DSK, est que, quelle que soit la vérité qui l’origine, cette vérité est épouvantable.Qu’une machination méphitique ait emporté, tous ensemble, un homme, un couple, la pensée et l’action sociale-démocrate internationaliste, la stature sinon du présidentiel, du moins du présidentiable français et c’est l’épouvantable d’une subordination radicale du politique à une superstructure occulte qui adviendra, étant advenu.Que DSK ait violé et c’est l’épouvantable d’une subordination du politique au raptus, à l’individu radical, qui adviendra, étant advenu.Ces deux épouvantes contraires et, au fond, siamoises, puisqu’elles puisent à la même source de la disparition du politique, de l’espace communautaire légitime comme souverains, causent une angoisse légitime.Le corps bourrelé de DSK, bouc social-démocrate au désert ou brute aux pulsions ancillaires, exsude l’angoisse. Et cette angoisse détermine une folle angoisse de l’espace public.Nous ne savons rien de rien, nous faisons hypothèse, nous préparons le temps à advenir moins crûment.Rien n’y fera : le moment était sans doute venu pour la goutte de faire déborder le vase, pour le social de voir s’incarner devant lui la sujétion de l’action publique,la nudité odieuse du « roi Politique ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28