Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

192 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 sept. 2022

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Les patients de Monsieur Duret

D’où vient que la « voiture de masques » que la peinture de Cyril Duret place sous nos yeux peine tant à s’ébranler, d’où vient qu’en émane cette curieuse impression d’empêchement ?

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Cyril Duret

D’où vient que la « voiture de masques » que la peinture de Cyril Duret place sous nos yeux peine tant à s’ébranler, d’où vient qu’en émane cette curieuse impression d’empêchement ?

D’où vient que ceux qui en occupent les mansions contigües semblent à tout coup en état de « patience », non de cette nature de patience du modèle appliqué à prendre, le temps de s’objecter en sujet pictural, la « pose », mais d’une nature comme pure, substantielle, de la patience, en quoi s’aliène une vision du peintre sidéré, objectant son art dans une forme à quoi l’espérance d’une animation est en quelque manière ôtée ?

C’est entendu, Cyril Duret est un « Proust-peintre », un enquêteur au temps perdu, aux plaisirs et aux jours, dont le projet apparent est de rendre compte, dans l’accumulation résignée des motifs qui en transcende la singularité, l’irréductibilité à soi, d’une façon « d’air du temps ».

Il ne fait pas de doute que le désir du peintre trouve dans sa fabrique le lieu de l’archivage de la mémoire d’un voyant.

Mais ce n’est pas seulement un « temps déjà perdu » que suspend Cyril Duret, ce temps est frappé, il porte un sceau relatif, il est un temps de l’œuvre, de l’œuvre de vie, un temps dans quoi, absorbés en eux-mêmes sous une collection de phénomènes objectaux, une collection qui évoque Teniers le jeune, des sujets emportés dans leur caravansérail immobile attendent et souffrent, en l’attente, de n’attendre rien.

Tout se passe comme si les personnages de Cyril Duret attendaient l’advenu, « ressentaient » (au sens du « ressentiment ») le retrait de l’œuvre de son organe d’engendrement.

© Cyril Duret

États de visages, états des corps, émergence au premier plan de l’amas consacré décor : la technique picturale déployée avec une ostension maniaque par l’art du peintre conçoit le retrait d’êtres à quoi quelque chose manque, qui leur manquera : l’animation que leur ôte, comme il se retranche, le travail du peintre, laissant au monde peint depuis un scrupule de peindre tout, comme une mélancolie.

C’est là tout à fait comme si le vivre manquait d’auteur, l’auteur ayant engendré, pour qu’il allât son chemin, le monde peint.

Cyril Duret est un Proust-peintre, c’est entendu, mais c’est peut-être surtout ce Pirandello, ce Flaubert, dont les créations demeurent aussi visiblement que possible les orphelines si jumelles l’une de l’autre que leur masse considérée constitue orphelinat de matière, viduité d’objet.

Ce que me semble peindre Cyril Duret, c’est l’évacuation du peintre de la peinture, le ciel vide cher à la théologie pascalienne, la schize douloureuse de ce moment de l’œuvrer où la création imperfective s’applique à manifester le deuil de son enchantement en en faisant son sujet même, son « spectacle ».

Oui, c’est une patience, c’est un manque d’être -ou de principe d’être- que peint Cyril Duret, ce n’est pas n’importe quel temps, ce n’est pas n’importe quel domaine de l’archive d’homme, c’est celui de la nostalgie, de la saudade, du constat douloureux d’une rupture dans lequel baignent, comme en un inextinguible crépuscule, des sujets qui ne sont pas tant sujets d’eux-mêmes que redoublements contre-narcissiques d’un art en consomption, d’un peintre contristé de devoir faire retrait pour « laisser être ».

© Cyril Duret

Il en va des portraits de Cyril Duret comme de ces portraits de Véronèse, dont le regard noir semble formuler à l’art le reproche d’être ce qu’il ne saurait abandonner d’être : la trahison d’une promesse de présence.

Aussi bien ne voit-on pas, face aux travaux de Cyril Duret, les figures captivantes gagnant leur nébuleuse, autre chose que l’ennui (la hantise sans résolution) d’un temps de l’orphelinat, d’un temps du ressentiment d’une vie que l’œuvre, parce qu’il ne lui était pas donné d’en user autrement, eût laissée en plan(s).

C’est ce moment nécessaire que saisissent les portraits de Cyril Duret, ce moment de la séparation, du départ de l’œuvrer qui « étonne », qui convie l’œuvre à entrer, depuis ses forces propres, en animation.

© Cyril Duret

L’œuvre patiente, elle s’animera, elle s’animera sans doute, mais ce moment de l’animation n’est pas son moment, ne l’est pas encore : elle dit, au moment où la saisit Cyril Duret, grâce à l’art et malgré lui, grâce au geste d’art et à sa démultiplication en collection et malgré eux, la douleur d’un retrait, celle d’un terme ; elle dit, et le dit d’autant mieux qu’elle la peuple, qu’elle la bonde, la solitude affreuse de l’œuvre qu’a évacuée l’œuvrer.

Par réversion, c’est l’œuvrer, le présent éternisé dans l’objet peint, de sa fabrique, que donne à voir Cyril Duret, désignant dans le ménagement d’un célibat de l’art comme départ, comme part du monde, comme « mondanité », sa souveraineté comme émergence au mystère révoltant de l’absence d’art.

(Les œuvres de Cyril Duret sont exposées jusqu'au 15 octobre 2022 chez Loeve&Co Marais, 16 rue de Montmorency.)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost