GUILLAUME GESRET, "PHOTOCONTEUR".

Guillaume Gesret se tient, avec modestie, pour un "photographe amateur" et, à l'instar de certains de ses homologues latino-américains, pour un "photographe de rue".

 © Guillaume Gesret © Guillaume Gesret

Guillaume Gesret se tient, avec modestie, pour un "photographe amateur" et, à l'instar de certains de ses homologues latino-américains, pour un "photographe de rue".

Son projet d'artisan de l'art consiste à saisir l'activité humaine dans les rythmes de sa quotidienneté.

 © Guillaume Gesret © Guillaume Gesret

La plupart des images de ce photographe sont proposées en noir et blanc. Elles sont prises "sur le motif", à la façon naturaliste. Guillaume Gesret laisse la scène se développer dans son naturel afin de fixer l’instant qui le captive et de composer un récit analytique du réel "comme il va". Le lieu de la captation fait l'objet d'une observation préalable de sorte que le récit rencontre et son sens et sa charge d'émotion. 

 © Guillaume Gesret © Guillaume Gesret

C'est une esthétique fondée sur la reconnaissance d'un "déja-vu" tout bergsonien qui est ici visée, c'est la remémoration de la trajectoire intime, c'est celle, aussi, du temps partagé.

 © Guillaume Gesret © Guillaume Gesret

 

 © Guillaume Gesret © Guillaume Gesret

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.