Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

192 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2021

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

NOUS NE NOUS AIMONS PLUS

En droit de la nationalité, on le sait, deux conceptions s’opposent, au fond. L’une considère que la nationalité est le produit de l’origine ethnique, linguistique, culturelle, géographique, du sujet. Elle promeut la race, la langue, l’habitus, la terre, l’Être. Elle distingue par naissance un individu comme « national ».

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En droit de la nationalité, on le sait, deux conceptions s’opposent, au fond.

L’une considère que la nationalité est le produit de l’origine ethnique, linguistique, culturelle, géographique, du sujet. Elle promeut la race, la langue, l’habitus, la terre, l’Être. Elle distingue par naissance un individu comme « national ».

Elle promeut le droit du sang.

Là où prévaut cette conception naturaliste, "ontologiste", opère le droit du sang, c'est-à-dire le droit de tenir l’autre comme irréductiblement autre et singulier et de se définir d’autre part, comme irréductiblement autre et singulier.

Vienne une crise qui angoisse et cet autre singulier de l’autre singulier devient volontiers, quand il partage un espace donné, l’intrus inférieur d’un propriétaire supérieur. Alors prévaut le droit du sang, celui qui des veines passe en terre.

L’autre conception considère que la nationalité est produit juridique, démocratique, résultat du choix politique d’un territoire donné. Elle sait concéder la nationalité depuis un attachement second, celui de fait du sujet à une terre autre que celle où il est né, où se parle sa langue, prospère sa coutume, se féconde sa terre. Elle la concède depuis le constat d’une présence sur son sol. Comme un fait de droit, elle la décrète. Elle promeut le droit, la politique, le territoire, l’Existence.

Elle « indistingue » depuis le droit.

Elle promeut le droit du sol c'est-à-dire le droit de tenir l’autre, le différent, comme même et solidaire et de se définir d’autre part, comme même et solidaire.

Vienne une crise qui angoisse et ce même du même devient volontiers la fraternité surprenante et qui rassure d’un frère surprenant qui rassure. Alors prévaut le droit du sol, celui où, comme au carnaval, l’autre et le même dansent comme un même.

La France a, aux yeux du monde, consacré ce second droit. L’on y est le même étant l’autre.

Du point de vue de sa politique de nationalité, elle est cela, au monde.

Dans les années 1930 et sous l’occupation, le fascisme français nommait « anti-France », toute conception internationaliste, voyageuse, errante, de l’appartenance.

Il nommait « anti-France » la France, en somme, il était l'anti-France en la dénonçant chez l’autre.

Ces temps sont heureusement révolus et l’on se contente, aujourd’hui, en France, par l’expulsion, la déchéance, le signalement administratif discret, l'organisation de la prolifération censément opportune et fine de débats insidieux, de pratiquer sans dire, de faire sans « en connaître »…

Il y a quelque chose d'étrange à voir notre pays s'évertuer à ne point être ce qu'il est. Il y a quelque chose de comique et de pathétique à le voir s'essayer à une définition de son identité en la mettant en pièces.

Il semble que nous ne sous aimions plus.

Pis : il semble que le temps revienne, irrésistiblement, du règne de ceux qui aiment que nous ne nous aimions point.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère