Un infini sans dieu

Être athée, agnostique, zététiste dans un monde ou la notion d’infini existe ne peut être qu’insupportable - quelle que soit notre non-croyance dans un ou des êtres suprêmes - Et pourtant, je le supporte puisque je n’ai pas le choix.

Et pourtant, régulièrement, je reprends conscience de cette impossibilité, de cette incongruité, même, qu’est l’infini. Qu’est ce que cette notion liée au temps, à l’espace et à la conscience ?

Notion liée au temps car on pense que le temps est infini, qu’il ne s’arrêtera jamais. Mais a-t-il pour autant commencé un jour ? Y-a-t-il eu un jour zéro ? Le Big-Bang est-il ce jour zéro? Et si oui, comme le pense Stephen Hawking, comment se représenter ce zéro absolu ? On peut avoir conscience que la température a un zéro absolu. En dessous de -273,15 °C, il n’y a pas de “plus froid”. Mais avant le jour zéro ?

 

L’espace est infini, lui aussi. En plus, il est en expansion. Je me rappelle d’une nouvelle en bande dessinée parue dans l’hebdomadaire Tintin dans les années 80. On y voyait des personnages qui s’éloignaient insensiblement puis de plus en plus en même temps que le paysage. Tel est l’espace infini en expansion. Y aura-t-il un jour une distance telle entre les éléments que la loi de la gravitation ne s’appliquera plus ? Que se passera-t-il ? Cette expansion sera-t-elle infinie aussi ? Et tout comme pour le temps, y a-t-il un espace zéro ou nul ? Le Big-Bang, encore lui semble y répondre. Tout était concentré en un point avant d’exploser. Mais autour de cet espace nul ? Le vide, le néant, le rien ?

 

Comme le temps et l’espace, peut-être que la conscience est infinie. En tout cas, on a du mal à imaginer qu’on s’arrêtera d’exister après la mort. On imagine que notre “âme” pourra être transférée dans un autre être, quel qu’il soit et continuer ainsi d’être consciente, de corps en corps, mais sans conscience de son passé. Et là aussi, encore une fois, ou donc cette conscience a pris naissance ? Était-ce donc dans ce corps que nous habitons aujourd’hui, dans un autre avant.. et avant ... jusqu’au Big-bang, toujours lui. Mais alors, ce début de tout était-il aussi le début d’une certaine conscience unique et universelle qui, avec l’explosion du temps zéro s’est disloquée petit à petit pour intégrer des organismes aux quatre coins de l’Univers ?

 

Que de questions...

Vous êtes nombreux à savoir, à connaître la réponse : Dieu(x). Mouais... Mais, ça n’a que l’air d’une réponse. Dieu(x)... Ce ou ces dieu(x) sont originaires d’ou, de quand ? Quel est leur niveau de conscience ? Il semble surtout évident que de prononcer le mot Dieu(x) en réponse à ces questions permet à ceux qui n’ont aucune envie de réfléchir et/ou qui refusent le doute de se reposer sur une non-réponse. Toutes les questions pouvant avoir comme réponse “dieu(x)”, il n’est plus nécessaire de s’interroger sur le pourquoi !

J’imagine, plus souvent qu’il y a quelques années, que mon corps que je ressens aujourd’hui sera, à un certain moment futur, détruit. Que ce soit par accident ou par mort naturelle, mon corps sera rendu à la nature. Mes cellules, mes atomes rejoindront la danse infinie de l’expansion de l’univers et s’éloigneront les uns des autres. Serai-je conscient ? Aurai-je toujours cette conscience ? Sera-t-elle transférée, transformée ou simplement annulée ?

À partir de là, penser l’avenir de notre planète, celui de nos enfants, des animaux et de leur bien-traitance, des forêts de palmiers à huile ou des feed-lots américains semble assez dérisoire. Dans 50, 100 ou 500 ans, nous aurons détruit plus ou moins définitivement notre environnement. Et alors ? À l’échelle de l’univers, c’est infinitésimal. De toutes façons, dans un futur proche à cette échelle, moins de deux milliards d’années, il n’y aura plus de Terre habitable. Quel est alors l’objectif de notre espèce ? Survivre ? Pour quoi faire ? Aller sur d’autres planètes qui a leur tour disparaîtront aussi ? Qui, à leur tour, seront tellement éloignées les unes des autres qu’elles seront invivables. Alors ?

 

Alors, on finira probablement tous, quelle que soit notre forme et/ou notre conscience à ce moment là, dans un gigantesque trou noir. Trou noir qui, lui-même, pourrait potentiellement exploser ou imploser et recréer un nouveau Big-Bang. N’est-ce pas d’ailleurs ce qui se passe depuis le “début” des temps ?

Je crois que je vais me refaire un café...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.