Est-il possible d'écrire un programme politique de Gauche

Pas loin d'une douzaine de candidats à Gauche. De Valls à droite à Artaud à gauche de la gauche en passant par Montebourg et Mélenchon, ils ont tous le même programme. Et c'est bien là le problème majeur de l'élection de 2017, aucun candidat de Gauche n'a de programme politique réellement adapté à notre société.

Constat

Après cette introduction, nombre d'entre vous se demandent s'ils vont continuer à lire cet article.
"Mais enfin, comment peut-on dire celà ? Ils n'ont pas le même programme, on ne peut pas comparer décemment Macron à Poutou, Valls à Mélenchon, Hamon à Artaud !". Je vous demande de lire jusqu'au bout :)

Et pourtant, je prends la liberté de dire qu'aucun des candidats à l'élection présidentielle n'a de programme politique cohérent et adapté à la situation actuelle de la France, de l'Europe, du monde.

En cela, ils se ressemblent tous. Ils ont tous un conservatisme quasi religieux envers la valeur travail, envers l'exception française, envers la République, mère de la Démocratie.

Mais il n'y a plus de valeur travail, l'exception française a disparu, détruite par 40 ans de libéralisme, il n'y a plus de République, pas plus de Démocratie. Car en République, le peuple gouverne. En Démocratie, les élections font les politiques engagées par l'Etat. Or qui est aujourd'hui capable de dire sérieusement, avec des exemples factuels, que la Démocratie est respectée en France ? Personne et encore moins depuis le 29 mai 2005 ou la Démocratie a été condamnée à mort.

Depuis, les élections font les gouvernements qui obéissent à la finance.

Et depuis 20 ans, il s'est passée une révolution qui a l'air invisible mais qui est plus que présente, partout, partout, partout ! Certains économistes, presque tous, parlent de la 3ème révolution industrielle. Mais quelle industrie ? Il n'y a pas eu de révolution industrielle, nous venons de vivre, et nous vivons toujours, LA Révolution de la communication !

La communication

Nous sommes passés d'une époque ou l'on achetait un Quid et un dictionnaire tous les 4 ou 5 ans pour avoir une somme de savoir conséquente à la maison. Quand on se posait une question, on allait les consulter si on les avait à portée de main. Ou bien l'on attendait d'y avoir accès, ou d'aller à la bibliothèque, ou d'appeler un ami "savant".

Nous sommes passés par une période de transition. Pendant dix ou quinze ans, l'information est devenu le lieu du tout et du n'importe quoi. On lisait des inepties partout, Wikipedia était le lieu haï par les professeurs qui voyaient leurs élèves en extraire le pire.

Mais aujourd'hui, Wikipedia est devenu, par le biais de l'Internet collaboratif, bien plus fourni que n'importe quelle encyclopédie en 24 volumes. Et bien plus juste et bien plus à jour.
Avez-vous déjà consulté la page d'une personne décédée dans la nuit ? Sa page Wikipedia est à jour. Bien sûr, il faut garder l'oeil critique mais quand on a envie d'avoir une réponse, on réveille notre téléphone et on a notre réponse.

Tout n'est pas parfait, et nul doute que les futurs programmes scolaires auront à coeur de former nos enfants à toujours lire un article en ayant à l'esprit que la source doit être certifiée, que l'auteur est fiable etc...

Cette révolution de la communication suit la mondialisation que l'on ne peut éviter. De plus en plus de métiers disparaissent de nos pays développés pour aller dans les pays un peu plus pauvres ou ils finissent par disparaître aussi.

La valeur travail

Qu'est ce qu'on peut nous casser les pieds avec la valeur travail aujourd'hui. La valeur travail, c'est une valeur préhistorique, au sens littéral du terme.

Nous sommes des femmes et des hommes préhistoriques et nous devons devenir des femmes et des hommes historiques. L'Histoire, c'est raconter comment l'Homme s'est affranchi des contraintes physiques. Une femme ou un homme ne doivent pas travailler pour vivre, ils doivent vivre, réfléchir, philosopher, prendre du plaisir.

Je vois ici et là des pétitions ou des indignations parce que Amazon crée un magasin sans caisses, que Carrefour et Leclerc développent les systèmes de Drive. Mais pourquoi s'indigner ? Ces gens-là suppriment des emplois qui sont si proches de l'esclavage que certains se suicident sur leur lieu de travail.

On ne doit pas s'indigner parce que les emplois manuels partent dans les pays low-cost (qui commencent à chercher encore plus low cost), on ne doit pas s'indigner parce que les emplois tertiaires représentent aujourd'hui 75% des emplois totaux.

Est-ce que l'être humain a besoin de retourner la terre quand un tracteur peut le faire?
Est-ce que l'être humain doit assembler des voitures quand un robot peut le faire ?
Est-ce que l'être humain doit passer des articles devant un scanner quand on peut simplement passer sous un portique 2D ?

Non !

Il n'y a pas de valeur travail autre que si elle apporte une satisfaction humaine. Mais quel politicien.ne va modifier cet état d'esprit ?

La démocratie

Il n'y a pas plus de démocratie en France ou ailleurs dans le monde que de pouvoir au peuple. Qui est capable de dire qu'il a voté pour celui ou celle qui a été élu et que l'élu a fait ce qu'il avait prévu (promis ?) de faire ?

A part quelques exceptions démocratiques, il n'y a pas de réel pouvoir populaire. Et puis, que veut dire "pouvoir populaire". En ce moment, il doit y avoir une bonne dizaine d'initiatives "citoyennes" de taille médiatique importante. Mais tous se disent citoyens sans vraiment définir ce que c'est. Le pire étant les mouvements qui veulent mettre les citoyens au pouvoir sans différencier les citoyens de gauche, de droite, les incompétents et les fachos, les extrémistes religieux et les laïcards. Ils sont tous citoyens, mais sont-ils tous aptes à être député.e ou maire ?

Alors que faut-il faire ? Aucun système d'élections, de délégation de pouvoir du peuple à une élite ne fonctionne réellement.

Quelle est la solution ? Et si elle existe, pourquoi personne ne la propose ?

Une proposition de révolution

Car c'est bien une révolution qu'il est nécessaire d'entamer.

Nous devons changer la République et la Démocratie, nous devons abandonner la valeur travail (et ses pendants écoeurants que sont famille et patrie), nous devons utiliser la révolution de la communication.

D'abord en revoyant la démocratie. A une époque ou il fallait plusieurs jours pour transmettre des informations d'un bout du pays à l'autre, la 5ème République avait son intérêt. Aujourd'hui, elle est obsolète. La communication permet au peuple de se prononcer en quelques minutes sur une mesure politique nouvelle. Il suffit d'une application sur votre téléphone portable : vous recevez une notification avec une question sur une réforme, vous répondez oui ou non et c'est voté. Plus besoin d'assemblées mais à certaines conditions.

Car cela sous entend que les électeurs sont informés, qu'ils disposent de l'information réelle. Cela veut donc dire que l'information ne doit pas être entre les mains de puissants comme elle l'est aujourd'hui. Cela veut aussi dire que les enfants doivent être formés au traitement objectif de l'information.

La cyber démocratie est une nécessité qui va s'imposer très vite. Beaucoup y pensent déjà, des solutions techniques et sécurisées apparaissent régulièrement. On ne pourra jamais assurer d'une sécurité totale, il suffira donc de limiter les intérêts des lobbies à intervenir dans les votes.

Et pour cela, une première Révolution doit avoir lieu. Celle du revenu inconditionnel d'existence.

Le revenu pour tous

C'est le changement dont la société a besoin aujourd'hui. Il faut abolir la valeur travail comme on a aboli les privilèges. D'un coup, d'un seul, détruire la relation de subordination qui asservit des humains à d'autres humains.

Et la seule solution pérenne, c'est de donner le pouvoir à un humain de dire non à un employeur. Qui peut, aujourd'hui, dire non à un employeur qui demande une baisse des salaires, une augmentation des heures de travail, un licenciement économique ? Personne en dessous d'un certain niveau de revenu. Au dessus, en général, on n'est moins soumis au stress du chômage, moins de 5% des cadres sont demandeurs d'emploi contre 15% d'ouvriers.

Si l'employé dispose d'un revenu qui lui permet de vivre décemment sans avoir besoin d'un contrat de subordination envers un employeur, il pourra répondre non à une proposition indécente.

La suite coule de source : avoir un revenu minimal garanti de 1500 €, c'est une relance de la demande, des entreprises obligées d'embaucher à des salaires corrects pour des emplois à forte valeur ajoutée. Les autres emplois étant petit à petit remplacés par des automatismes, de la caissière au comptable.

En complément de ce revenu, une réduction drastique du temps de travail s'opèrera naturellement. En n'ayant pas besoin de plus de revenu, la majorité des humains travailleront à temps partiel par choix. Car la nature humaine ne cherche pas à accumuler de l'argent, elle cherche à accumuler du bien-être, du bonheur, du plaisir, de la connaissance.

Il n'est pas question ici de développer plus avant sur ce revenu, je vous invite à lire les différentes propositions à ce sujet dont celle de Baptiste Mylondo. Et cette révolution en entraînera d'autres.

Quand il n'y aura plus de camionneurs, le ferroutage s'imposera. Quand il n'y aura plus d'éboueurs, on triera bien mieux ses déchets. Quand il n'y aura plus de besoin d'accumuler de l'argent pour sa retraite ou son chômage, il n'y aura plus de spéculation ...

Conclusion

Voilà pourquoi aucun des candidats de Gauche, aujourd'hui, n'a de réel programme politique révolutionnaire. Certains veulent asservir les ouvriers, d'autres veulent couper la tête aux riches mais aucun ne veut changer réellement.

En changeant la donne, en supprimant la valeur travail, en utilisant la cyber démocratie, on change la société, ce n'est pas une 6ème République qui nait, c'est l'humanité qui renaît.

Il y a quelques bribes dans certains programmes, il faudrait prendre les bons morceaux des programmes de Hamon, Mélenchon et Beppe Grillo et en éliminer les mauvais côtés pour arriver à quelque chose de correct.

Qui se lance ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.