Utiliser le blog de mediapart

Bonjour,

Le blog de Mediapart est un outil formidable, il permet au quidam abonné de donner son avis sur un support déjà bien référencé sur Google (au hasard et par exemple).

Donner son avis, c'est quand même une des bases de l'Internet et de sa conception ouverte.

Donner son avis sur un support référencé, c'est se doter d'une visibilité énorme partout dans le monde.

C'est ce qu'offre Mediapart. Nos blogs sont donc référencés automatiquement sur Google car celui-ci considère Mediapart déjà très haut et que comme le contenu éditorial dynamique est une des variables principales surveillées par le moteur "quasi universel", publier un article dont l'URL (l'adresse qu'on tape en haut) contient le mot clé "Mediapart" est un gage de visibilité internette (je viens de l'inventer cet adjectif, j'ai le droit, c'est MON blog).

C'est donc génial.

C'est d'autant plus génial que TOUS les abonnés qui se permettent donc d'utiliser ce formidable outil respectent la charte de Mediapart !

Si ! Tous !

D'ailleurs, si on ne la respecte pas, on s'expose à des sanctions. A posteriori......... Car Mediapart modère a posteriori.......... Et c'est bien, c'est un principe de liberté. Merci Mediapart.

...

Il y a un mais ....

Ben oui, ça fait déjà quelques lignes que vous vous demandez quand il va arriver...

Il ya donc un (plusieurs même) mais...

MAIS !

Mais des petits malins (et aussi des petites malignes, la parité est respectée aussi dans l'irrespect) ne respectent pas la charte, pas complètement, insidieusement ou ouvertement. Et Mediapart, son équipe de modération en tout cas, ce n'est bien sûr pas à notre journal préféré que nous devons nous en prendre, a tendance à ... comment dirais-je ... ne pas beaucoup réagir quand on lui envoie des signalements.

Exemple : (ce sera plus clair mais je ne mettrai volontairement aucun lien vers des articles de blogs hors charte, pas de pub pour eux, quand même. En MP pour ceux qui sont un peu sadiques)
Un article met directement en cause votre serviteur et quelques uns de ses amis/camarades parce qu'il administre un groupe Facebook (moteur de diffusion de grand n'importe quoi) et que dans ce groupe, il y aurait des gens sexistes, racistes, intolérants, dieudosoraliens et autres joyeusetés ... etc.

Si c'est vrai, il faut le dire. L'écrire. Le partager. Avec les sources, les preuves, les informations. Sinon, c'est de la diffamation. Et si,en plus, c'est un avis personnel, c'est de l'attaque Ad Hominem (ou Ad Feminem mais les latins avaient une notion de parité assez limitée dans les pages roses du dico).

Et c'est interdit dans la charte (sisi lisez la bien).

Sans source ! (Vous savez ? Le truc des journalistes pour dire qu'ils ont bien fait leur boulot)

BREF ! Que des abrutis se défoulent, ça arrive partout, mais que l'équipe de modération ne réagisse pas assez vite, c'est dommageable. Je rappelle que l'Internet garde TOUT en mémoire, Google met TOUT en cache. Et plus ça reste longtemps publié, plus le droit à l'oubli est oublié vite.

Vous m'avez compris ?

Je rajoute pour l'anecdote l'action trèèès démocratique consistant, pour le rédacteur, à fermer les commentaires sur un tel billet et ne les rouvrir que le temps de publier des réponses qui vont dans le sens du rédacteur. C'est... bon, non, je me suis interdit de mettre des gros mots...

Chers amis de la modération, vous faites un boulot difficile, je le connais bien car gérer un forum et des pages Facebook politiques n'est pas une sinécure, mon équipe et moi le faisons bénévolement pour Nouvelle Donne. Mais ce boulot difficile doit être fait. Et quand on vous signale des attaques ad hominem, il faut y répondre immédiatement (l'accusé de réception du signalement ne comptant pas).
Nous avons été plusieurs à signaler des posts concernant et attaquant Nouvelle Donne (cible car dérangeant beaucoup aujourd'hui) et nous n'avons vu aucun retour.

http://blogs.mediapart.fr/edition/decouvrir-mediapart/article/110714/la-nouvelle-charte-de-mediapart-est-en-ligne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.