Après les 35h, après la crise, les fonctionnaires !

Grace à notre Monarque-oligarque, nous avons un nouvel ennemi confirmé : le fonctionnaire.

Pour ceux qui l'ignorent, le fonctionnaire est aussi néfaste que la réforme des 35h, que la retraite à 60ans, que la crise, que les traders ... et en prime, c'est un nanti.

Discutons donc concrètement des ces nantis de fonctionnaires, que chaqu'un s'exprime, le débat ne peut qu'enrichir la réflexion et nous ne pourrons jamais être plus ineptes que ce gouvernement.

Je parlerai d'un type de fonctionnaire à abattre, celui que je connais, et laisse le soin aux autres d'expliquer les avantages et inconvénients des autres types de fonctionnaires.

L'infirmièr(e) (et les autres soignants pourront s'en doute s'y retrouver mais qu'ils n'hésitent pas à compléter) est donc nanti(e) :

- Par ses horaires peut-être ? Au choix, horaires classiques (6h30-14h30, 14h-21h, 20h30-7h), horaires coupés qui avaient été supprimés mais qui reviennent en force (le top, 9h-13h puis sieste puis 17h-21h), de nuit, en 12h etc ...

- Par ses activités ? Etre confronté à la mort, la souffrance, la misère ? Sacrifier tous les soins relationnels par obligation ? Assister les patients pour tous les actes, y compris les plus pénibles ? Tenter de sauver le bébé en mort subite à 3h du matin ?

- Par son travail en équipe, quand on a la charge de 30 patients ce qui est ingérable ? Par le glissement des taches sans aucune couverture légale ?

- Par son salaire ? Environ 2000€ pour un(e) infirmier(e) spécialisée (bac+5) avec 12 ans de carrières

- Pour sa retraite ? Certes calculée au départ de façon plus "équitable" que pour les salariés du privé mais les primes représentant en moyenne 30% du salaire et non prise en compte dans le calcul, une retraite nette très limite ...

- La sécurité de l'emploi ? Certes, à l'heure actuelle c'est un énome privilège mais qui n'est en fait pas lié au statut de fonctionnaire mais malheureusement au fait que les besoins de santé ne peuvent pas diminuer ... Sans parler de la précarisation des professionnels de la santé (aides-soignants, secrétaires etc... pour qui les CDD s'enchainent sans fin).

Alors assumons ce statut de nanti, acceptons les critiques d'un président censé représenté tous les français, assumons les containtes liées au service public et surtout allons bosser sans protestations aucunes.

Attention usagers, la qualité des soins et votre sécurité dépend entre autre d'effectifs minimums au sein des équipes, attaquer les soignants c'est attaquer votre santé !

La place est libre pour tous les autres nantis ...

Et qu'on n'évite les procès d'intention : oui, la situation des chômeurs, bénéficiaires du RSA, des ouvriers et de nombreuses autres professions est bien plus difficile. Ceci étant, ce n'est pas en cassant les services publics que leur situation va s'améliorer, bien au contraire, le service public est bien souvent l'ultime recours pour ces personnes et l'accueil est assuré 24h / 24h.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.