emmap722
Urgentiste
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 déc. 2015

emmap722
Urgentiste
Abonné·e de Mediapart

Elitisme,intolérance, mépris ... qu'est donc devenu le Médiapart du départ, une Caste ?

Alors que la majorité des articles et des commentaires prônent la tolérance et le respect ... concrètement mépris, intolérance, agressivité sont de mise dans les commentaires et y compris dans ceux des journalistes de Médiapart.

emmap722
Urgentiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tous ici dénoncent à tour de bras l'intolérance, défendent le respect des différences, le sens du dialogue ...

Il fut un temps ou ici il était possible d'échanger et d'avoir des avis contraires à la ligne principale, il fut un temps ou les articles se basaient sur des faits et ou chacun était libre d'interprétrer les informations données, il fut un temps ou les échanges étaient constructifs.

Ce temps est malheureusement dévolu ...

Dès que l'on sort de la droite ligne, que l'on critique un article, un parti pris, un commentaire ou encore lorsque l'on essaie d'argumenter on est aussitôt qualifié d'agent du Gouvernement, de solférinien, de facho, de limité de la cervelle, de bulot et j'en passe  ...

Quel est donc l'intérêt de n'échanger qu'entre personnes persuadées de détenir LA vérité et de ne jamais accepter la critique (au sens propre du terme qui je rappelle n'a rien de péjoratif) ?

Les grands débats politico-philosophiques ont certes leur intérêt et ont fait de Médiapart un média qui sortait des sentiers battus, qui affirmait haut et fort son indépendance, est-ce encore d'actualité ?

Ces grands débats sont utiles à la réflexion, certes, mais ne propsent jamais de solutions concrètes, ce n'est pas le rôle d'un média que de proposer des actions, mais est ce alors son rôle que de publier parti pris sur parti pris (voire même des articles non classés en partis pris et pourtant, à la lecture ...) redondants ?

Les articles des dernières semaines montrent à quel point les journalistes et commentateurs sont en majorité bien éloignés des attentes des citoyens, bien peu informés de ce que vivent les personnes au quotidien mais s'érigent malgré tout en donneurs de leçons et détenteurs de la vérité vraie.

La modération est également à géométrie variable ... certes modérer n'est pas une tache facile, certes il y a une charte à respecter mais pourquoi certains commentaires sont dépubliés et pas d'autres tout aussi contraires à cette charte ?

Alors finalement c'est devenu uniquement du bussness ? On publie ce que les abonnés veulent enttendre et ceux qui essaient de faire valloir d'autres avis sont méprisés, insultés et finissent par se désabonner, et on arrive donc à une communauté bien propre ou aucune critique n'a plus lieu d'être ?

La situation actuelle dans le pays fait peur, oui, mais pas forcément pour les mêmes raisons. J'ai par exemple beaucoup plus peur de la montée du FN, des agressions contre des pompiers, des inégalités sociales qui se creusent que d'un état d'urgence qui serait une atteinte à la démocratie. Le FN va continuer inexorablement de grandir encore et encore parce que justement ce que veulent entendre les citoyens c'est la prise en charge et des solutions pour leur quotidien pas de grandes envolées lyriques à répétition bien éloignées des préoccupations du citoyen lambda.

Dénoncer les risques d'un état d'urgence, des aggressions islamophobes, xénophobes, de la politique droitière d'un Gouvenrment qui se dit de Gauche, oui, c'est indispensable, mais répéter en boucle les mêmes arguments et théories sur 10, 20, 30 articles, quel est l'intérêt ? Critiquer, oui, alerter, oui, appler à la vigilance, oui, mais quid des solutions ? C'est très facile d'être dans la critique négative en permanence pour tout et rien mais c'est tellement peu constructif ...

Médiapart n'est plus dans la vraie vie (l'a t-il été aujourd'hui je me pose la question), il prone la tolérance mais ne modère pas les commentaires insultants et méprisants, il prone la différence mais rejette ces différences.

Ce que veut Médiapart et la majorité de ses abonnés c'est donc philospher des plombes sur les mêmes et mêmes sujets, entre personnes bien pensantes, entre personnes suffisemment "cultivées" mais surtout ne pas laisser la voie libre à la critique, pousser ceux qui veulent exprimer d'autres idées vers la porte, rester au final entre théoriciens, penseurs, et rabacher les mêmes arguments sans fin ? L'élitisme est devenu détestable ... et montre a quel point il y a un réel fossé entre les bien pensants ici et les citoyens de tous les jours ...

Ce sera sans doute mon dernier coup de gueule vous pourrez ainsi discuter de grandes thories qui tournent en boucle depuis des semaines et restez entre vous, détenteurs de la vérité et grands sauveurs du monde.

Ce coup de gueule part des derniers articles sur les événements en Corse, ce ne sont pas des articles factuels et encore moins d'investigation, non ce sont encore des supports pour faire passer encore et encore les mêmes propos. Bien entendu que la dégradation d'une mosquée est inaceptable et condamnable, bien entendu que la xénophobie doit être combattue encore et toujours mais limiter l'article à ces actes sans même développer sur quelques lignes les agressions contre les pompiers (voire parler de guet appens qui aurait ...) c'est malhonnête, c'est choisir ce qu'on a décidé de dire et donc ne plus laisser aux lecteurs la possibilité de disposer de tous les éléments, et ça ne choque quasiment personne ? On en est donc arrivé à ce que font les autres médias depuis des années, à sélectionner l'information en fonction des intérêt propres du média, pour plaire aux abonnés, pour aller dans le sens de ce que les lecteurs veulent entendre ?

Médiapart a été un vrai média, indépendant, d'investigation, critique, participatif, ouvert, il ne l'est plus et rejoint donc les autres médias disponibles dans le pays, un Média qui trie l'information, qui n'aborde que ce qui va dans le sens de la ligne éditoriale, c'est triste, vraiment triste, et inquiétant aussi. Et pourtant j'étais fière de faire partie des premiers abonnés, d'avoir eu le sentiment de soutenir un Média qui se voulait indépendant, un Média qui a mené de réelles investigations et dénoncé ce qu'aucun autre Média n'aurait osé faire, oui, j'étais fière, j'ai défendu Médiapart à ses débuts contre ses détracteurs, je pensais que ce projet méritait mon soutien, mais c'était avant, avant que l'on ne tourne à l'obsession politique, à la pensée unique et à l'intégrisme des biens pensants qui dénoncent à juste titre le scandale des "sans dents" mais qui eux aussi font preuve d'un sectarisme et d'un mépris bien dangereux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère