En_avant
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 sept. 2015

Le salon musulman du val d'oise. Quelle contre-attaque?

En_avant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que certain(e)s puissent vilipender le salon musulman du val d'oise au prétexte que certains de ses orateurs seraient sexistes ne semblent choquer personne. 

Je ne cacherais pas que je suis extrêmement attaché à la liberté des femmes et contre toutes formes de sexisme. Mais est-ce qu'on aide les femmes musulmanes à s'émanciper en s'attaquant à ce type de salon ou est-ce qu'on se borne à être le relais de sites islamophobes ?

Peu de voix s'élèvent pour défendre ce salon, pour lequel certains orateurs ayant pignon sur rue (Imam de Brest, du Bourget, de Maison Alfort) sont attaqués sur des phrases tirées de vieux prêches diffusés sur vidéos. Quelques phrases sont donc mises en exèrgues et amalgamées afin d'être relayées sur la fachosphère puis dans certains médias nationaux. Ces Imams sont aussi des personnages publics dont la plupart des prêches sont largemment diffusés et accessibles. Réduire leurs discours à ces quelques phrases est, sans doute, abject et réducteur.

La première occurence trouvé sur internet de ces amalgames, pour le salon 2015, date du 25 août ("Islam mine l'europe"). Certaines phrases sont évidemment sexistes, d'autres parlent de pudeur, de se parfumer, du voile, du porc... Bref de choses relativemment triviales sauf pour des gens convaincus de la nocivité de l'Islam.

Mais revenons en à la place de la femme dans l'Islam. Elle agite notre société au moins depuis la commission Stasi. Le sort de l'Islam pour ce qui est du sexisme a été partiellement scellé depuis que le voile a été interdit à l'école. Le voile est maintenant pour beaucoup synonyme d'oppression de la femme. Dès lors, à chaque nouvelle polémique, le sillon de l'islamophobie se creuse, en emportant quelques lambeaux de notre République.

Je ne disserterais pas du sexisme sauf pour dire qu'il n'est certainement pas l'apanage de l'Islam. Les religions ne sont pas nécessairement sexistes ou homophobes. Je me bornerais à rappeler que le sexisme est présent à l'assemblée nationale, à la télévision, dans la publicité,dans la manif pour tous,...

L'islamophobie peut à contrario se nourrir d'une certaine mysandrie.

Je ne disserterais pas non plus sur l'intégrisme. Notamment avec les islamophobes convaincus qui, systématiquement, sont prêt à jeter le discrédit sur l'Islam.

Le salon musulman du val d'oise en est à sa 3eme édition. Les éléments de sa critique sont brutalement apparus, d'abord dans la fachosphère, il y a une quinzaine de jours tout au plus. Pourtant TOUS ces éléments incriminants existent depuis plus d'un an. Au vu d'une chronologie des attaques contre ce salon qu'il faudrait établir, on peut se poser la question de leurs pertinences en plus de leurs motivations réelles. In fine, le but étant probablement, non pas d'interdire, mais de discréditer ce salon et l'Islam avec. Il y a aussi quelque chose d'effrayant et en même temps risible, dans la disproportion des moyens pour atteindre ce but, face au quasi mutisme des musulmans.

Enfin pourquoi ne pas se poser la question de l'intervention de l'état? Je ne doute pas de la présence des RG à ce genre d'évènement rassemblant 10 000 musulmans, contrairement à celle des journalistes. La liberté de culte étant menacée notamment par des attaques ad nominem, j'aurais souhaité que l'état sorte de sa réserve.

S'attaquer de façon systématique et stigmatisante à l'Islam nous rapproche de certaines des heures les plus sombres de notre histoire. 

En conclusion : L'intrusion des FEMEN

Les "deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s'il faut battre ou non sa femme", quand les deux militantes âgées de 25 et 31 ans, sont montées sur la scène, a raconté à l'AFP, Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris. 

On aura malheureusement compris que battre ces "FemmeN" ne posait pas question. C'est aussi gage de réussite pour elles.  Pour le reste de quoi parler ces deux Imams, de violence conjugale? Je reste sur ma réserve car je n'ai trouvé aucune vidéo s'y référant.

On retiendra certainement ce coup d'éclat orchestré, dont l'anti-sexisme peut être mis en doute. On retiendra aussi l'énorme machine médiatique à copié-collé l'islamophobie, basée exclusivement sur quelques phrases puis sur le geste "héroïque" des Femens.

EDIT 1

Daniel Perrotin de Buzzfeed était il le seul à ne pas avoir quitté les lieux Samedi à 20h30? Quoiqu'il en soit il nous livre une toute autre version que celle d'Inna Shevchenko. Accompagné d'un piste sonore de 4min20 avant "l'assaut " des Femen.

La version des Femen erronée

Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris, a affirmé à l’AFP que les “deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s’il faut battre ou non sa femme”, lorsqu’elles ont fait irruption. Elle a ajouté sur Facebook qu’au «salon musulman», on apprend «à accepter le viol conjugal…».

Cette version est fausse. Medhi Kabir était en train de demander aux musulmans d’avoir un comportement exemplaire avec les femmes, «de suivre le modèle du prophète, qui ne tapait jamais sa femme et qui ne se faisait pas servir». Voici la dernière phrase prononcée:

«Nous voulons des musulmans et des musulmanes qui se comportent comme s’est comporté le prophète…»

Piste sonore où on trouve par exemple à 2min 40, "l'homme c'est celui qui aidait sa famille dans ses taches ménagères, celui qui cousait ses propres habits".  https://soundcloud.com/dperrotin/discours-des-imams-nader-abou-anas-et-medhi-kabir-au-salon-musulman

http://www.buzzfeed.com/davidperrotin/des-integristes-a-pontoise-ce-quon-a-vu-au-salon-musulman

EDIT 2

Un article de Contre-Attaque, pour en finir avec l'Islamophobie, qui résume simplement ce déferlement de haine.

Avec notamment cette idée supplémentaire:

Il y a un "interdit" particulier à s'opposer à ceux qui s'en prennent à l'Islam. Ils sont relativement préservés par une vision décomplexée et nouvelle de la liberté d'expression. 

http://contre-attaques.org/l-oeil-de/article/il-etait-une

EDIT 3

Peut-être est-il bon de rappeler ces deux emballements médiatiques récents :

-L'agression de Reims. http://www.madmoizelle.com/agression-reims-maillot-bain-401839

-Ou, plus anecdotique, les menaces de mort au lycée Marcelin-Berthelot. 

http://blogs.mediapart.fr/blog/enavant/230615/la-mouette-baillonnee-un-ratage-ou-un-derapage-mediatique

EDIT 4

Communiqué Officiel ! ( Droit de Réponse)

http://www.salon-musulman-valdoise.com/

http://dourous.net/communique-droit-de-reponse/

Quelques Articles de la Presse.

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/videos-les-femen-deboulent-au-salon-de-la-femme-musulmane-a-pontoise-13-09-2015-5087805.php

http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/le-salon-de-la-femme-musulmane-agite-le-front-national-06-02-2015-4510005.php

http://www.bfmtv.com/societe/le-salon-musulman-du-val-d-oise-fait-polemique-914381.html

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/pontoise-le-salon-musulman-du-val-d-oise-fait-fi-des-polemiques-11-09-2015-5082585.php

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/12/01016-20150912ARTFIG00002-le-salon-de-la-femme-musulmane-a-pontoise-fait-polemique.php

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : les leçons de la présidentielle
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet