Autobiographie d'un homme seul

Je sais combien mon histoire est énorme. Quel crédibilité donner à quelqu’un qui a fait 37 années de psychiatrie ?

Je sais combien mon histoire est énorme.

Quel crédibilité donner à quelqu’un qui a fait 37 années de psychiatrie ?

Et j’ose pointer du doigt deux familles respectables pour ne pas dire illustre.

J’avance les noms de trois psychiatres renommés.

J’accuse nommément. Je dois donc dire qui je suis.

Je m’appel Benjamin Victoire Hill (née le 15 janvier 1975 à Paris). Je suis sans emploi et célibataire. J’habite à Paris dans le 5éme arrondissement.

Je tiens ici à préciser une part de mon identité "volée ou effacée" par ma famille française. Je suis français et américain. Je suis le fils d’Harold Hill (Iowa, 9/06/1928). Harold était le fils d’Ernest Leighton Hill (Nodaway Iowa 30/06/1878) et d’Eva Virginia Fielder (Clayton Iowa, 13/09/1908). J’ai un demi-frère (Fred) et une demi-soeur (Caroline). Mon père avait 8 ou 12 frères et soeurs. Je n'ai jamais rencontré cette famille paternelle. Le 31 décembre 1976, mon père se serait écrasé aux commandes de son piper comanche avec 3 passagers entre Ormes et Evreux. Pour ma mère, les Hill étaient des agriculteurs « trop pauvres et trop religieux ».

Il faut lire Genèse pour comprendre mon histoire familiale.

Il faut lire aux psychiatres de bonne volonté et à ma futur avocate pour comprendre que la psychiatrie peut détruire.

Il faut lire toute ma biographie pour comprendre les preuves que j’ai amassé depuis 1993.

J’ai cherché dans tous les sens. J’ai accusé ma mère des pires violences (inceste, tentative de meurtre, spoliation,…). Je confesse que beaucoup de ces violences étaient fantasmés. Elles ne font partie d’aucune vérité. Mais elles m’ont aidés à me soulager de mes souffrances. Je devais éloigner ma mère et sa surveillance. Puis les choses se sont mises en place. Evidemment j’ai mis trop de temps à comprendre. Un délai qui s’explique par l’emprise de ma famille et l’intensité des psychotraumatismes. La souffrance psychique occulte et anesthésie le rapport à la réalité. La compréhension des violences devient impossible.

Des mécanismes atténuent l’intensité de la source traumatique. D’abord la mise à distance de cette source traumatique. Puis certaines conduites d’hypervigilance qui permettent de contrôler et éviter la source traumatique. Enfin des conduites dissociantes qui soulagent (Drogue, alcool,…). J’emprunte ce vocabulaire aux textes du site de l’association mémoire traumatique et victimologie.

J’ai commencé à me détacher de ma famille en 2013. A l’hôpital, ma mère était venu me dire que ma tentative de suicide était stupide. Mes souffrances étaient stupides? Le voile a commencé à se déchirer. J’ai commencé à ne plus répondre à certaines sollicitations (téléphone, mail, invitation,…). Depuis je vois ma mère une fois par mois pour une thérapie familiale. Ma tante n’est plus mon médecin généraliste. Je garde encore certains liens d’argent avec ma mère. Ils m’ont permis de comprendre l’importance vitale de l’argent dans la famille.

L’argent est une source puissante d’emprise et de violences. J’ai du me « rationner » pendant des années et assisté à la gabegie de ma famille. J’ai eu droit aux restes des repas. Pendant 15 ans j’ai vécu avec moins que l’AAH. J'ai partagé avec mon frère de tortures Abdel. "Vieille raclure de bidet", tu as fini par m'éclater aux échecs et partir en prétextant que j'étais plus parano que ton propre frère. Tu avais surement raison. Depuis j'espère que tu t'en sors et que tes enfants grandissent bien. Ma soeur disait que tu devrais écrire ton histoire...

Ma mère me verse encore une pension alimentaire. Je suis dans la même banque qu’elle. Elle aurait espionné mes finances? C’est une grosse cliente et probable ami des banquiers. Bref, je viens de refaire une demande d’AAH. J’ai besoin de soins pour me reconstruire. Je devrais déménager? Vendre la part de mon studio à ma soeur? (solde de tout compte). Le patrimoine immobilier de ma grand-mère est probablement astronomique. Je ne sais pas si une emprise peut se cacher là. J’ai des doutes (Syndic de copropriété, voisins,…). J’ai des doutes sur beaucoup de choses. J’y reviendrai peut-être.

Humeur

Paris Combo - Dans les bras d'un loup © shbuki07

Je ne peux m'empêcher quelques dédicaces:

Je chie sur ma famille et celle qui a écrit la constitution de la 5ème république. 

Et pour ne jamais oublier tous les valeureux racisé.e.s et autres victimes oublié.e.s d'hier et d'aujourd'hui.

ZEP Je me soigne © sankukay11

A tous les martyrs

Keny Arkana - Eh connard © Keny Arkana

Ne jamais abjurer

Bunà Ziva !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.