COP22: actions ou négociations?

La COP22 a débuté ce Lundi 7 Novembre 2016 à Marrakech au Maroc. Un an après la COP21 qui a eu lieu à Paris, près de 20 000 participants vont se réunir pendant 12 jours pour mettre en place des actions collectives pour la préservation de l'environnement.

Délégations d'états lors de la COP21 à Paris en 2015 Délégations d'états lors de la COP21 à Paris en 2015

Les enjeux d'une COP

Une COP, Conference Of Parties dit Conférence des Parties désigne une convention universelle qui réunit chaque année une multitude d'acteurs autour de la situation climatique mondiale. Depuis la première COP à Berlin en Allemagne en 1995, ce rassemblement est largement médiatisé car il réunit près de 180 pays signataires engagés pour lutter contre le réchauffement climatique. Cette première COP fait d'ailleurs suite à un rapport qui reconnaît la responsabilité des humains dans le dérèglement climatique. 

Lors des COP, les états signataires se retrouvent autour de différents débats, négociations et colloques pour obtenir des objectifs communs à respecter pour lutter contre le réchauffement climatique. La COP revêt donc une importance capitale dans la préservation de notre planète car elle concentre toute l'attention de chaque pays sur les questions environnementales et sur la réalisation quantifiable et vérifiable de différents objectifs. Ajouté à celà, la COP permet de pousser les pays les plus "riches" à soutenir les pays plus "pauvres" au travers d'aides économiques, technologiques et humaines.

 

Le Maroc, hôte et centre d'attention

Cette année, la conférence internationale sur le climat réunit 195 pays à Marrakech au Maroc. Ajouté aux délégations de chaque pays participent des entreprises, des ONG mais également des scientifiques ou des syndicats. En tout, c'est près de 20 000 personnes qui vont se réunir non loin du quartier historique de la Medina.

L'an dernier, le premier accord universel sur le climat a été adopté à Paris à l'unanimité lors de la COP21. Il vise principalement à limiter la hausse de la température de la planète sous les 2°C par la réduction des émissions de gaz carbonique (CO2) à hauteur de 50% pour 2050 et 100% pour 2100. Ce texte a fait énormément parler de lui car il oblige les pays les plus pollueurs à contenir leurs émissions plus fortement que les pays moins pollueurs. C'est la première fois qu'une telle décision est signée à l'unanimité dans une COP, avec un objectif final au dessus des espérances initiales. 

Aujourd'hui, le Maroc se retrouve au coeur des débats. D'un côté, ce rassemblement va permette de préciser et revenir sur les méthodes et actions à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs des accords de Paris. Cette COP est d'ailleurs aujourd'hui symboliquement appelée "COP de l'action". D'autre part, la COP22 se tenant sur le continent africain a une valeur symbolique et médiatique. En effet, l'Afrique est le continent le plus durement affecté par les effets du dérèglement climatique. C'est aussi un continent en plein développement et qui a besoin d'être soutenu par ses voisins pour amener une croissance positive. 

 

Les COP, sources de polémiques

Bien que les COP rassemblent quasiment tous les pays du monde autour de questions cruciales pour l'avenir de notre planète, celles-ci sont sujettes à de vives critiques, notamment de la part de militants écologistes.

En nous replaçant dans le contexte de la COP21, le rapport de 39 pages qui a été rendu à la suite des négociations de Paris est jugé mou, sans réel impact voire même déconnecté de la réalité. Les accords sont effectivement historiques. Tous les pays ont signé pour aller dans la même direction ou, plus précisément, sur le fait d'être d'accord sur les objectifs à réaliser. Cependant, beaucoup voient dans ces accords un rendu qui amène sur des notions qui étaient déjà évidentes et peu contraignantes. Les accords ne précisent pas un plan d'action concret qui permettrait de réduire pour chaque état les émissions de CO2. Pire, les industriels ne reçoivent aucune directive quant à leur manière de produire, de consommer alors qu'ils représentent, plus qu'un Etat, l'origine des émissions polluantes d'un pays. Aucune sanction n'est mise en place pour les états qui pollueront. De simples rappels à l'ordre pourront-ils réellement contraindre un état à arrêter de polluer ?

 

Relations économiques entre les lobbys des énergies fossiles et les ONG à la COP22 Relations économiques entre les lobbys des énergies fossiles et les ONG à la COP22

 

Aujourd'hui, tous les acteurs doivent s'engager dans la préservation de l'environnement. Pour Enerconfort, lutter contre le réchauffement climatique passe bien évidemment par la mise en place d'accords environnementaux pour l'ensemble des pays du monde. Cependant, tous ces accords doivent s'ancrer dans la réalité du monde dans lequel nous vivons. Actuellement, nous devons négocier l'adoption d'un plan d'action concret avec un aspect engageant ainsi que des bénéfices et avantages à la clé. De plus, il faut inclure les industriels, le secteur privé et donc tous les acteurs économiques dans ces accords pour pouvoir espérer une amélioration réelle et durable de la qualité de notre environnement. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.