OPEP : L'accord qui veut faire augmenter le cours du pétrole

Aujourd'hui, Enerconfort s'est penché sur le sommet où se rencontreront les différents membres de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole à Vienne en Autriche. Cette réunion des pays les plus gros producteurs mondiaux vise à stabiliser voire à faire remonter les cours du pétrole autour d'un commun accord, au détriment des consommateurs encore largement dépendants à cette énergie.

Le cours du pétrole en baisse

Des barils de pétrole entassés prêts à êtres commercialisés © Sergio Russo Des barils de pétrole entassés prêts à êtres commercialisés © Sergio Russo

Depuis près de deux ans maintenant, le cours du pétrole a largement baissé. En Janvier 2016, le prix du baril de pétrole brut est passé sous la barre des 30 dollars. Ce prix n'avait pas été atteint depuis près de 12 ans. Rappelons-nous qu'en Juin 2014, le prix du baril avait atteint le montant astronomique de 114 dollars.

D'après Francis Perrin, président de Pétrole et Stratégies Énergétiques, cette baisse du prix du pétrole s'explique principalement par une surproduction. Le déséquilibre entre l'offre en pétrole et la demande mondiale est telle que les prix chutent. Il n'y a pas d'entente sur les prix qui pourrait viser à maintenir ceux-ci malgré la surproduction car certains producteurs tels que l'Arabie Saoudite et l'Iran sont foncièrement opposés sur des questions géopolitiques. Ces deux puissances se tirent donc dans les pattes pour couper les vivres à l'autre ce qui a pour conséquence d'amener une forte concurrence sur le marché des producteurs de pétrole. 

 

L'accord sur le gel de la production

Actuellement, chefs d'état, ministres et autres dirigeants se rencontrent à Vienne en Autriche pour tente de retrouver une stabilité économique. Les membres de l'OPEP cherchent notamment à rallier la Russier à leur cause. La Russie participe largement au surplus de production mondiale.

L'OPEP est une organisation intergouvernementale qui encadre et régit toute l'activité qui implique le secteur pétrolier. Elle compte 14 membres à son actif, principalement des états situés en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. Aujourd'hui, la majeure partie de la production mondiale de pétrole provient de ces pays membres. Cependant, des pays tels que le Canada, les États-Unis ou encore la Russie jouent également un rôle majeur dans la production et l'export de pétrole dans le monde. 

L'OPEP cherche par ce rassemblement à controler la production des états membres et non membres de l'organisation pour lutter contre la baisse du cours du pétrole. L'accord vise notamment à produire 500 000 barils en moins par jour ce qui permettrait de faire remonter les prix mondiaux, au détriment des consommateurs encore dépendants à cette énergie. 

 

Malgré les divergences, le danger est réel

En effet, les communiqués du Kremlin soutiennent un accord commun entre la Russie et l'Iran sur la limitation de la production. Plusieurs pays producteurs de pétrole comme la Libye ont témoigné leur refus de diminuer la production, notamment pour lutter contre l'instabilité politique et économique en assurant une production constante.

Enerconfort souhaite au travers de cet article sensibiliser ses lecteurs aux dangers du pétrole. Au delà des problèmes écologiques et sanitaires qu'il engendre, l'or noir est aujourd'hui sujet à des pressions et des accords géopolitiques. La production mondiale étant délocalisée aux quatre coins du monde dans des pays souffrant parfois de contextes politiques difficiles, le pétrole est sujet à de fortes variations de prix comme nous avons pu le voir ces dernières années.

Le développement des énergies renouvelables est une solution durable à l'extraction, la production et la commercialisation des énergies fossiles. La production autonome, locale, intelligente et propre de ces sources d'énergie permettrait non seulement d'alléger les factures énergétiques mais également de stabiliser durablement les prix des énergies.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.