Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2021

Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

Vaccins anti-Covid : les événements graves ne concernent-ils que quelques lots ?

Vérification d'un article publié dans un média en ligne britannique : l'exploration de la base de données de pharmacovigilance états-unienne révèle que seule une faible minorité des lots de vaccins produits est concernée par les déclarations d'effets indésirables graves. Les conséquences à tirer de cette observation sont colossales.

Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alerté sur un article publié par The Exposé, nous avons voulu vérifier si ce qu’ils affirmaient était fondé, et nos premières observations confirment clairement leurs dires : parmi les très nombreuses déclarations d’événements indésirables rapportés dans les semaines suivant l’injection d’un vaccin anti-Covid et enregistrés dans la base de pharmacovigilance états-unienne VAERS, les événements indésirables graves, et en particulier les décès, se concentrent sur un très petit nombre de lots de vaccins.

Et cela aussi bien pour Moderna ou Pfizer que pour Janssen.

A moins d’autres explications de cette incroyable observation, cela signifierait plusieurs choses :

- les événements indésirables graves enregistrées dans VAERS ne correspondent pas à des accidents de santé dus au hasard, sans lien avec les injections. Si c’était le cas, ces événements seraient à peu près uniformément répartis sur tous les lots de vaccins, et non pas, comme c’est le cas, totalement concentrés sur environ 5 % des lots.

- Cette observation viendrait donc prouver statistiquement l’existence d’un lien de causalité entre les injections et la plupart des effets indésirables enregistrés, confirmant que les problèmes graves et les décès rapportés dans VAERS sont massivement dus aux vaccins anti-Covid. C’est donc bien par dizaines de milliers que se compteraient les décès dus aux vaccins anti-Covid, pour ne parler que de ceux enregistrés dans VAERS.

- les autorités sanitaires n’ont pas fait leur travail : elles auraient dû repérer que quelques centaines de lots posent manifestement problème, les rappeler et alerter.

- les vaccins peuvent être sûrs à court terme — c’est le cas de la majorité des lots — mais, pour des raisons inexpliquées, certains lots sont particulièrement dangereux, et conduiraient à des accidents de santé graves, à des décès, et à des invalidités permanentes.

Et cela soulèverait des questions quelque peu vertigineuses :

– qu’est-ce qui conduit certains lots à être dangereux, tandis que d’autres ne le seraient pas ? Est-ce dû au transport ou à la conservation des vaccins ? A des compositions différentes (volontairement ou non) des vaccins selon les lots ?

– Comment se fait-il que le même phénomène concerne les trois vaccins utilisés aux USA, à savoir 2 vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna) et un vaccin à adénovirus recombinant (Janssen) ?

– pourquoi cela n’a-t-il pas été repéré et signalé par les autorités états-uniennes ? Pourquoi les laboratoires produisant les vacccins sont-ils restés muets et inactifs sur ces constatations, qu’ils ont nécessairement observées

– pour un décès rapporté et enregistré dans VAERS, combien de décès sont intervenus sans être enregistrés ?

Si on est tenté de conclure spontanément, à partir de ces données, que certains lots sont en cause et pas les autres, quelles explications alternatives peut-on imaginer ? Il se peut que la cause réelle de cette observation nous échappe. Mais celles que nous avons tenté d’imaginer ne semblent pas tenir la route :

– la base de données de VAERS n’est pas « propre », et les lots de vaccins peuvent apparaître sous différentes formes : le lot « ER7145 » peut se trouver sur une autre ligne en tant que « er7145 » ou « N°ER7145 », conduisant à surestimer le nombre de lots. Mais d’une part cela concerne aussi bien les lots enregistrant des décès ou des formes graves que les lots enregistrant des effets bénins ; et d’autre part, ce type d’erreurs reste apparemment marginal.

– une part non négligeable de rapports d’événements indésirables ne contient pas de numéro de lot. Cela pourrait laisser dans l’ombre des données affaiblissant les observations faites. Mais ces numéros de lot inconnus ne concernent qu’environ 10% des rapport pour Pfizer et Moderna (et tout de même près de la moitié pour Janssen

– certains lots comprendraient-ils beaucoup plus de doses que d’autres, et les nombres d’effets enregistrés seraient-ils en fait relativement proportionnels au nombre de doses de chaque lot ? Cela redonnarait une crédibilité à l’hypothèse du simple hasard et poserait à nouveau la question de la causalité. Mais peut-on croire que quelques lots aient 100 fois plus de doses que la plupart des autres ?

The Exposé observe aussi — ce que nous n’avons pas cherché à vérifier — que les lots les plus dangereux ont été dispersés dans de nombreux états des États-Unis, tandis que chaque lot bénin n’a été envoyé que dans quelques états. Ce qui ajoute encore des questions.

Toutes ces questions viennent s’ajouter à d’autres questions, non encore tranchées :

– quels sont les effets secondaires à long terme des différents vaccins mis sur le marché, et en particulier de ceux, technologiquement novateurs, autorisés en Union Européenne ? Quel impact sur le développement de cancers ou sur les fonctions reproductives ? Quel risque de favoriser un phénomène ADE (infection facilitée par les anticorps) ?

– la vaccination de masse est-elle une stratégie valide, ou contre-productive ?

– quelle est l’efficacité de ces vaccins ? De quoi protègent-ils ? (Formes sévères, infections ?) Et pendant combien de temps ?

– quel serait l’impact sur l’épidémie d’une adoption des traitements précoces et préventifs à base des molécules repositionnées largement testées contre le Covid ?


Détail de notre méthode.

(L'Exposé n'indique pas sa méthode pas à pas, mais la différence entre leurs chiffres et les nôtres peut s'expliquer par le choix de l'étendue géographique retenue pour la sélection des données dans VAERS.)

Pour vérifier les observations de The Exposé, on peut explorer les données de VAERS sur le site officiel du gouvernement états-unien, cliquer sur l’onglet « VAERS Data » (Fig.1), puis, en bas de page, cocher la case « I have read and understand the disclaimer » et cliquer sur « Search CDC Wonder » (Fig.2)

Fig.1 © CDC
Fig.2 © CDC

 Il faut ensuite cliquer sur "I agree" en bas de la page, puis sur "VAERS Data Search". Plusieurs options doivent être sélectionnées.
Dans le premier cadre (Fig.3), il convient de sélectionner "Vaccine manufacturer" et "Vaccine lot", ce qui permettra de trier les résultats par fabriquant de vaccin (Pfizer, Moderna, Janssen et "inconnu") et par numéro de lot pour chaque vaccin.

Fig.3 © CDC

Plus bas sur la page, au paragraphe 3, il faut sélectionner "+ Covid-19 (Covid19 Vaccine)" pour se limiter au vaccins anti-Covid, et descendre au paragraphe 4. On peut y choisir l'étendue géographique des événements indésirables enregistrés : les USA entiers ou un état américain en particulier, par exemple. Mais VAERS reçoit une partie de ses déclarations de l'étranger. Afin de repérer le maximum de numéros de lots, on choisira "All Locations", qui englobe les rapports provenant des USA et de l'étranger communiqués à VAERS (Fig.5).

Fig.5 © CDC

Au paragraphe 5, enfin, pour compter le nombre de lots de vaccins différents, il suffit de garder "All Events" (tous les événements) dans chacun des 3 premiers cadres du paragraphe 5 (Fig.6)

Fig.6 © CDC

Il faut ensuite cliquer sur l'un des boutons "Send", qui déclenche la recherche des données qu'on a demandées. Le résultat s'affiche au bout de quelques secondes.

Ce qui est affiché, c'est, pour chaque numéro de lot indiqué sur un ou plusieurs rapport d'événement indésirable, le nombre d'événements rapportés (Fig.7). Chaque ligne indique le nom du laboratoire, le numéro de lot, le nombre d'événements rapportés pour ce numéro de lot (et une colonne de pourcentage qu'on n'examinera pas ici.)

On peut l'examiner tel qu'il est affiché, ou le télécharger en cliquant sur "Export" (Fig.7), ce qui permet ensuite de travailler sur les données (en les triant, par exemple.) Dans le cas de la demande de "tous les événements" en provenance des USA et d'ailleurs ("All Locations"), sur les 3 vaccins anti-Covid, le résultat prévient que tout n'est pas affiché sur la page, et qu'il y a 837 595 événements enregistrés (résultat affiché le 01/11/2021).

Fig.7 © CDC

Sur les résultats affichés, en les faisant défiler, on constate que pour la plupart des lots, entre 1 et 15 événements sont enregistrés. Mais quelques lots affichent des nombre de rapports bien plus élevés :  pour Janssen, le lot 041a21a compte 1296 événements enregistrés, et le lot 1805018 en compte 1668 ; pour Moderna, le lot 011J20A a fait l'objet de 4352 déclarations d'événements indésirables, etc.

On se rend compte que parfois plusieurs lignes correspondent probablement au même lot, et que plusieurs lignes correspondent à des numéros de lot inconnus : "Unknown" "(unsure)", "N/A" etc.) Le nombre de lignes obtenues donne donc une estimation approximative du nombre de lots existants. Les nombreux événements pour lesquels le lot n'est pas renseigné (plus de 7500 pour Janssen, plus de 3000 pour Moderna et plus de 11 000 pour Pfizer) peuvent laisser penser qu'il y a en fait davantage de lots que de lignes, tandis que les doublons conduisent parfois à regrouper plusieurs lignes pour un même lot. Il faudrait également tenir compte des lots pour lesquels aucun événement indésirable n'a été rapporté, qui ne figurent donc pas dans VAERS et dont le nombre est par conséquent inconnu. Tout cela n'étant pas vérifiable ni quantifiable, on se contentera donc, en première approximation, du nombre de lignes comme estimation du nombre de lots existant pour chaque vaccin :

- 2150 lignes (environ 2150 lots) pour Janssen
- 13374 lignes pour Moderna
- 14694 lignes pour Pfizer
- 316 lignes "laboratoire inconnu"

Si on fait une nouvelle demande de données, en cliquant sur "Request Form" (Fig.7), on peut facilement rectifier la requête dans le paragraphe 5 (Fig.6) : on peut par exemple sélectionner "Death" dans le menu "Event category" puis cliquer sur "Send", ce qui sélectionnera uniquement les événements indésirables conclus par un décès. Une autre possibilité serait de ne chercher que les événements graves, en laissant "All Events" dans le menu "Event category", mais en sélectionnant "Yes" dans le menu "Serious".

Si on télécharge le résultat obtenu en ne gardant que les événements conclus par un décès, on peut de nouveau compter approximativement les lots impliqués :

- 103 lignes pour Janssen
- 614 lignes pour Moderna
- 862 lignes pour Pfizer
- 14 lignes "laboratoire inconnu"

C'est donc, pour chaque vaccin, environ 5% des lots qui sont concernés par une ou plusieurs déclarations de décès.

Pour Pfizer, les 12667 déclarations d'événements indésirables conclus par un décès se répartissent non pas sur les près de 15000 lots du vaccin Pfizer, comme les lois statistiques l'auraient voulu, mais sur un peu moins de 900 lots. Alors que la grande majorité des 15000 lots n'a fait l'objet d'aucune déclaration de décès, une quarantaine de lots affichent chacun plus de 50 décès rapportés : 229 décès pour le lot EM0477, 144 décès pour le lot EJ6795 et autant pour le lot EJ6788... Les 43 lots du vaccin Pfizer indiqués dans au moins 50 rapports sont mentionnés dans 3461 décès rapportés, c'est-à-dire plus du quart des décès rapportés.

De même, pour Moderna, les 4774 décès rapportés se concentrent sur environ 600 des 13 ou 14000 lots de vaccins Moderna, et certains lots sont particulièrement associés à des décès : 92 décès pour le lot 039K20A, 70 décès pour le lot 013L20A etc.

Il se peut que la méthode détaillée ici présente des erreurs ou des failles. Mais elle est de bonne foi, et soulève des questions qui doivent absolument trouver des réponses.


[En raison de la politique de dépublication pratiquée sans sommation par la modération de Mediapart sur des critères discutables et imprévisibles, à l'avenir les billets de ce blog seront simultanément publiés sur ce site : https://www.covid-factuel.fr. Ainsi ce billet est publié ici.]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre