Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 déc. 2021

Véran désinforme, Castex s’affranchit de la philosophie des soins hospitaliers

Les membres du gouvernement se servent de données imaginaires pour justifier leur politique de discrimination envers les non vaccinés et de surveillance envers toute la population.

Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Invité par France Inter le 18 décembre, le Ministre de la Santé Olivier Véran a présenté le variant Omicron comme une menace qui justifie de prendre des mesures plus sévères, notamment à l'encontre des non-vaccinés. Les arguments qu’il a apportés ne résistent pourtant pas à l’analyse.

M. Véran, qui sait qu’en Afrique du Sud le variant Omicron a fait exploser le nombre de « cas » de Covid sans que la moindre hausse des décès ne soit signalée, a avancé que cela s’expliquait par le fait que la population sud-africaine était jeune, peu vaccinée et qu’elle avait été dévastée par les vagues précédentes.

La dévastation de l’Afrique du Sud ne semble pas manifeste : selon OurWorldInData, en 20 mois le Covid-19 aurait emporté 0,15 % de sa population, c’est-à-dire un peu moins que pour la France (0,18 % de la population selon le même site — tandis que d’après l’INSEE, dans le même laps de temps, l’ensemble des causes de décès emportaient 1,7 % de la population française.)

Nombre cumulé de "décès Covid" par million d'habitants, en France et en Afrique du Sud © OurWorldInData.org

L’argument du faible taux de vaccination des Sud-Africains pour expliquer l'absence mortalité due au nouveau variant reste assez mystérieux et, faute de le comprendre, on s'abstiendra d'y répondre.

Quant à la jeunesse de l’Afrique du Sud, elle est indéniable, mais cela n’a pas empêché une certaine proportionnalité entre le nombre de cas et le nombre de décès lors des vagues précédentes. En quoi la jeunesse expliquerait que soudain la proportionnalité et la mortalité induite disparaissent pour le variant Omicron ?

Nombre de cas et de décès par million d'habitants en Afrique du Sud © OurWorldInData.org

Son autre argument s’appuie sur l’exemple danois. Selon M. Véran, le Danemark a avec le variant Omicron un taux d’hospitalisation aussi important qu’avec le variant Delta.

D’où M. Véran tire-t-il de telles affirmations ? Il y a actuellement au Danemark une hausse des « hospitalisations Covid » (à des taux bien plus faibles qu’en France), hausse qui a commencé avec l’arrivée de l’hiver, comme à peu près partout en Europe, et bien avant l’apparition du variant Omicron au Danemark : la (petite) vague d’hospitalisations et de décès « Covid » au Danemark a débuté mi-octobre, tandis que les premiers variants Omicron sont détectés depuis la fin novembre, et n’ont pas encore supplanté le variant Delta au Danemark.

Nombre de cas de Covid et de cas Omicron détectés au Danemark © https://covid19.ssi.dk/

De façon assez étonnante, l’apparition d’Omicron coïncide même avec un infléchissement du taux d’hospitalisation, suivi une semaine plus tard d’une baisse des décès (voir aussi cet article.)

Nombre de "patients Covid" à l'hôpital par million d'habitants, en France et au Danemark © Enzo Lolo d'après OurWorldInData.org

La hausse des hospitalisations danoises dont parle M. Véran n’a donc rien à voir avec le variant Omicron, et son argument est, là encore, déconnecté des faits.

En définitive, M. Véran a cherché à nous faire peur avec le variant Omicron, en inventant pour cela des arguments fallacieux, et nous a bel et bien désinformés.

Un Premier Ministre éloigné des données

La veille de l’intervention de son Ministre de la Santé sur France Inter, dans une déclaration télévisée du 17 décembre 2021, le Premier Ministre français avait prononcé une phrase insupportable, tant sa logique — et ses conséquences si on la suivait — sont dévastatrices.

M. Castex a en effet affirmé que le Président de la République et lui « [assument] de faire peser la contrainte sur les non-vaccinés, car les services de soins critiques et de réanimation de nos hôpitaux sont remplis pour l’essentiel de personnes non vaccinées. »

Il s’agit d’abord d’un énorme mensonge. L’immense majorité des patients en soins critiques et en réanimation ne sont pas atteints de Covid, mais sont hospitalisés pour de toutes autres raisons. Le fait qu’ils soient ou non vaccinés contre le Covid ne change donc rien à l’affaire.

Combien de patients sont actuellement en réanimation et en soins critiques en France pour diverses causes ? Il est difficile de le savoir précisément si on n’a pas accès aux données hospitalières, mais on peut s’en faire une idée approximative, grâce aux rapports de l’ATIH (ici et )

En 2020, nous dit l’un ces rapports, 645 328 journées d’hospitalisation en Soins Critiques (SC) ont été effectuées par 45 732 patients pour cause de Covid, et ces 645 328 journées ont pesé pour 8% du total des journées de SV en France. On en déduit par une règle de 3 que le nombre total de journées de SC sur l’année 2020 a été approximativement de 8 millions.
Même si les 5 % de « patients Covid » passaient en moyenne plus de temps en SC que les 95 % d’autres patients, on peut estimer que ce nombre de 8 millions de journées en SC par an est proche de la valeur habituelle (d’autant que l’autre rapport de l’ATIH nous informe que le nombre de séjours en SC — année atypique et perturbée — a été en baisse en 2020, de 5,9% par rapport à 2019.)

On calcule aisément que 8 millions de journées par an, cela veut dire environ 22 000 journées par jour (c’est-à-dire 22 000 lits de SC occupés en moyenne chaque jour de l’année.)

[Correction du 23/12/2021 : un document de la DREES indique que, fin 2019, il y avait 19 604 lits de Soins Critiques en France. Même s’il n’est pas resté inchangé depuis, on peut supposer que l’ordre de grandeur est resté le même : environ 20 000.]

Or, Santé Publique France nous indique que depuis 6 mois, le nombre de personnes hospitalisées pour Covid en Soins Critiques est resté en-dessous des 3000. Il vient d’atteindre 3000 — sur environ 20 000 lits de SC occupés —, mais l’inflexion est déjà visible et — sauf surprise — le pic pourrait bientôt être atteint.

© Enzo Lolo d'après les données de Santé Publique France

Avec moins de 3000 « patients Covid » en Soins Critiques au moment où M. Castex prenait la parole, c’est donc que le Covid occupait moins de 15 % des lits de SC en France. Dans la mesure où, selon un récent rapport de la DREES portant sur le mois de novembre 2021, les patients hospitalisés en Soins Critiques pour Covid sont pour moitié vaccinés et pour moitié non vaccinés, les quelques 1500 « patients Covid » non vaccinés en SC occuperaient moins de 7,5 % des lits de SC, et sont donc très loin de « remplir l’essentiel » des services de Soins Critiques.

Pour les services de réanimation, quelques données manquent pour faire un calcul semblable. Rappelons que les "Soins Critiques" englobent les services de réanimation, les lits de surveillance continue et les services de soins intensifs. Mais Santé Publique France ne détaille pas le nombre de « patients Covid » en réanimation parmi ceux qui sont en Soins Critiques, la DREES ne donne pas la répartition vaccinés/non vaccinés pour les services de réanimation, etc. 

Quoi qu'il en soit, même si la grande majorité des patients Covid en Soins Critiques sont en fait en service de réanimation (qui comptait 5500 lits en 2019 d'après la DREES), les ordres de grandeur ne seront pas renversés : avec une partie seulement des moins de 1500 « patients Covid » non vaccinés hospitalisés en Soins Critiques, "l'essentiel" des 5500 lits de réanimation ne pouvait pas être occupé par les « patients Covid » non vaccinés.

Mr Castex a dont présenté des faits absolument faux.

Un Premier Ministre qui retourne la logique des soins

Mais ce n’est pas le plus grave. Justifier une discrimination massive envers une part de la population par le fait qu’elle prendrait des risques pour sa santé et pour l’obliger à se protéger — et à se protéger d’une façon décidée unilatéralement par le pouvoir politique —, c’est du jamais vu. Jusqu’où ce raisonnement sera-t-il poursuivi par Jean Castex ? S’en prendra-t-il aux personnes âgées en leur interdisant toute sortie parce qu’elles représentent la grande majorité des personnes en Soins Critiques et en réanimation — que ce soit pour Covid ou pour autre chose ? Fera-t-il inscrire sur le pass sanitaire ou vaccinal le statut de « fumeur » ou de « non fumeur », pour interdire l’accès à la culture et aux loisirs aux fumeurs tant qu’ils n’arrêtent pas de fumer, en arguant de la place que prennent les fumeurs dans les hôpitaux ? Interdira-t-il les départs en week ends prolongés, parce que c’est à ce moment-là que les urgences doivent faire face à des pics d’accidents de la route ?

On peut certes comprendre que, si on tient mordicus à faire des économies en fermant des lits d’hôpitaux, il peut effectivement sembler judicieux de remplacer des moyens hospitaliers par une politique de tolérance zéro pour les comportements risqués — ski, escalade, mais aussi consommation de vin, de bière, de charcuterie, de tout ce qui donne du cholestérol etc. — qui risqueraient de conduire quelqu’un à l’hôpital ; et de mener des campagnes de discrimination envers tous leurs adeptes. Mais est-ce la logique que nous souhaitons voir se mettre en place ? Ou un réarmement des hôpitaux, avec une politique de formation de médecins et de personnels soignants pour assurer l’avenir, ne serait-il pas préférable ?


[En raison de la politique de dépublication pratiquée sans sommation par la modération de Mediapart sur des critères discutables et imprévisibles, à l'avenir les billets de ce blog seront simultanément publiés sur ce site : https://www.covid-factuel.fr. Ainsi ce billet est publié ici.]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de "Printemps silencieux" (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan