Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

Suspendue, sans salaire ni allocation, dans le silence de la société

Je publie le texte que m'a fait parvenir Camille C, soignante suspendue.

Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suspendue, sans salaire ni allocation
dans le silence de la société

Le 15 septembre 2021, ma vie a basculé

Je m’appelle Camille C.

Je suis psychologue.

J’exerce depuis vingt-huit ans dans le service public auprès d’enfants, d’adolescents et de leur famille.

Le 15 septembre, la cadre de santé m’a remis une lettre de la direction dans laquelle elle me signifiait ma suspension.

Comme mes collègues non vaccinés, j’ai dû quitter mon poste, mes patients et mes collègues vaccinés le matin même.

Le 15 septembre, brutalement, toutes mes thérapies ont été stoppées.

Certains des enfants dont je m’occupe souffrent de pathologies lourdes, d’angoisses massives. Eux et moi étions en plein travail. Ce travail basé sur la confiance tissée lentement au fil des années a explosé en plein vol.

Mars 2020, premier confinement

Afin de ne pas rompre la continuité des soins, mes collègues et moi avons proposé de télétravailler, faire des entretiens par téléphone, de rencontrer des patients à l’extérieur. La direction l’a accepté.

Avril 2020

Avec des collègues, je me suis portée volontaire pour effectuer sans masque (car il n’y en avait pas encore) des permanences.

J’ai également effectué des entretiens auprès de familles en situation de traumatisme avec masque, (dès leur arrivée dans les services) et distanciation sociale.

Certains de mes collègues ont été contraints de travailler en étant positif au Covid.

Septembre 2021

Comme mes collègues qui ne se sont pas soumis au passe sanitaire, bien que testée négative au Covid19, je n’ai plus le droit de travailler.

Comme tous mes collègues non vaccinés, je suis interdite de télétravailler.

Alors que dans ce contexte de crise sanitaire les enfants sont en grande souffrance psychique et ont besoin de soins, que dans les structures psychiatriques telles que les CATTP et les CMP, la liste d’attente augmente, alors que les mesures de distanciation sociale (masque, gel hydro-alcoolique, et distance de plus d’un mètre) sont respectées, le gouvernement fait le choix de privilégier l’obligation vaccinale aux dépens de l’obligation de la continuité des soins.

Est ce la seule solution ? Pourquoi ne pas proposer, par exemple, des tests salivaires à tous les soignants vaccinés-non vaccinés ?

Comment comprendre les choix du gouvernement ?

Ces dernières années les mesures prises concernant l’hôpital ont déjà fortement impacté et compliqué le travail des soignants et mis en difficulté les patients. Avions nous besoin de cela ?

Comme la majeure partie des non vaccinés au covid19, je ne suis pas opposée aux vaccins d’une manière générale. Mais ceux proposés actuellement en France utilisent un procédé de fabrication inédit et trop de paramètres sont encore inconnus.

Les autorisations de mise sur le marché sont provisoires, les essais cliniques encore en phase 3, et ce jusqu’à 2023.

Nous n’avons pas encore beaucoup de recul sur ce vaccin. On nous dit qu’il permet d’éviter les formes graves et les hospitalisations. Nous savons maintenant que le vaccin n’empêche pas la circulation du virus, les vaccinés peuvent en être porteurs, le transmettre, en être malades.

Par ailleurs, quid des effets secondaires à court, moyen, long terme pour tous ?

Pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas incité à la vaccination uniquement la population à risque de forme grave et celles et ceux qui désiraient être vacciné·es ?

Pourquoi en France seuls les vaccins ARN sont disponibles alors qu’il en existe de plus classiques, comme le chinois ou le Valneva par exemple ?

Pourquoi aucun médicament pour soigner n’est encore sur le marché ?

Pourquoi ne pas respecter le choix de chacun ?

En tant que psychologue, mon travail consiste à être à l’écoute de l’autre et à l’aider à être à sa propre écoute. Dois-je renoncer à m’écouter ?

Dois-je aller contre ma propre volonté, signer une déclaration de consentement éclairé avant de me faire vacciner avec un vaccin à ARN messager, dans le seul but de ne pas perdre mon emploi ?

Dois-je me soumettre à une loi votée le 5 août dont je ne comprends pas la logique ni l’intérêt ? Dois-je obéir à un gouvernement à qui je ne fais aucunement confiance et qui va jusqu’à m’imposer d’injecter dans mon corps un produit dont le procédé est inédit et dont je ne connais pas la composition complète, d’autant que j’ai peu de risque de faire une forme grave ?

A qui appartient mon corps ?

Dois-je me soumettre à ces directives incohérentes ? Ne plus penser ? Renoncer à ce qui fait l’essence de mon travail ?

Comment pourrais-je me faire vacciner et reprendre les séances avec mes patients sans renoncer à ma vérité, celle qui me guide dans mon travail avec les enfants et leur famille ?

Quel choix ai-je ?

Combien d’enfants, d’adultes, ont vu leurs soins suspendus, leurs prises en charge arrêtées brutalement ?

Combien ont vu leur famille, leur cercle d’amis, leur syndicat, leur équipe de travail se fracturer sur la question de l’obligation vaccinale et du passe sanitaire ? Ce dernier bafoue les lois du secret médical et du droit inaliénable au travail.

Combien de collègues sont allés tendre leur bras, contre leur volonté, la mort dans l’âme, pour pouvoir reprendre le travail ?

Est ce la mission d’un gouvernement de diviser son peuple ou au contraire, n’est elle pas de le rassembler ?

Vaccinés, s’il vous plaît, respectez notre choix comme nous respectons le vôtre.

Soutenez-nous. Unissons nous. Nous avons besoin de vous.

Guidés par le principe de précaution et la balance bénéfice / risque, nous, non vaccinés et/ou farouchement opposés au passe sanitaire, subissons de la part du gouvernement une violence innommable.

Nous sommes suspendus.

Sans travail, sans salaire, sans allocation, sans aucun droit…

Comment payer nos factures, assurer l’éducation de nos enfants… Imaginez-vous notre détresse ?

Asphyxiés socialement dans le silence des grands médias, punis, comme des criminels pour refuser une injection encore en essai thérapeutique,

Qui va finir par nous entendre ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff