Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 déc. 2021

Les mesures gouvernementales sont-elles sanitaires ou vaccinales ?

Avec la loi actuellement en discussion qui vise à instaurer le pass vaccinal, on peut de plus en plus se demander si la politique sanitaire du gouvernement à pour priorité d'améliorer la santé de la population (mesures sanitaires) face au SARS-CoV-2, ou si son but est simplement de multiplier les injections vaccinales. Quelques indices sont rapportés ici.

Enzo Lolo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si le gouvernement se souciait de notre santé, n'aurait-il pas mené depuis mai 2020 des campagnes d'information sur la nécessité de renforcer notre système immunitaire par un ajustement du niveau de vitamine D, relayant fortement les recommandations de l'Académie de Médecine ? N'aurait-il pas permis à la Sécurité Sociale de rembourser les analyses du niveau de vitamine D, jusqu'ici non remboursables ? Aujourd'hui des dizaines de publications scientifiques, dont une méta-analyse, montrent qu'un niveau correct de vitamine D réduit fortement les hospitalisations et les décès en cas de Covid.

Si le gouvernement se souciait de la santé, pourquoi le projet de loi actuellement en débat exclut-il les personnes guéries de la vie sociale si elles ne sont pas vaccinées, qu'elles aient été infectées depuis plus ou moins de six mois ? L'immunité naturelle acquise après une infection est de meilleure qualité et de plus longue durée que celle développée après une vaccination. Même si on accepte le principe du pass, rien ne peut justifier cette exclusion. De plus la vaccination de personnes déjà touchées et guéries n'est pas sans risque sur leur système immunitaire. Contraindre une personne à se faire vacciner sitôt guérie du Covid est irresponsable.

Si le gouvernement se souciait de la santé de la population, inciterait-il les personnels soignants vaccinés à venir travailler y compris lorsqu'ils sont infectés et contaminants, tout en suspendant — en les privant de leurs revenus — les personnels non vaccinés testés négatifs ?

Si les autorités se souciaient de la santé, n'auraient-elles pas mené à bien ne serait-ce qu'un essai clinique sur les traitements précoces (dont elle juge "insuffisants" les nombreux essais qui indiquent leur efficacité ? N'aurait-il pas ré-autorisé l'essai Covidoc, suspendu précipitamment en mai 2020 pour des motifs infondés ? N'aurait-il pas encouragé les recherches de l'Institut Pasteur de Lille sur le Clofoctol, plutôt que de les entraver sans cesse ?

Si le gouvernement se souciait de la santé — et de la saturation des services de réanimation —, aurait-il découragé les patients de faire suivre leur Covid-19 par un médecin de ville, et dissuadé les médecins de ville de prendre en charge leurs patients atteints de Covid ? N'aurait-il pas encouragé un suivi médical ? Sans même parler de traitements précoces, ne serait-ce, par exemple, que pour perettre aux médecins de repérer une éventuelle hypoxie chez leurs malades du Covid, et de réagir immédiatement par une oxygénation simple et non invasive, à domicile ou en les envoyant à l'hôpital, plutôt que de les laissers attendre seuls que leur état se dégrade au point de nécessiter une admission en réanimation ("Si vous ne pouvez plus respirer, appelez le 15...")

Si le gouvernement se souciait de la santé, depuis que des effets secondaires des vaccins sont signalés (thromboses, myocardites...), n'aurait-il pas encouragé les médecins à prescrire aux personnes se faisant vacciner les quelques médicaments simples pouvant réduire le risque que de tels effets surviennent ?

En résumé, ce que cherchent les autorités et leur "Conseil de Défense Sanitaire" dont les délibérations sont secrètes et les conflits d'intérêts patents, est-ce de multiplier les injections vaccinales, ou de protéger la santé de la population ?

Il n'existe à peu près aucune raison scientifique de croire que les deux soient synonymes.

Certes, en réduisant au silence les scientifiques et les médecins qui critiquent la politique sanitaire, on peut faire croire à un "consensus", mais ce consensus n'est en réalité que médiatique, et aucunement scientifique.


[En raison de la politique de dépublication pratiquée sans sommation par la modération de Mediapart sur des critères discutables et imprévisibles, à l'avenir les billets de ce blog seront simultanément publiés sur ce site : https://www.covid-factuel.fr. Ainsi, ce billet est publié ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik